« Nos points de vigilance portent surtout sur l’emploi et l’apprentissage »

ENTRETIEN - L’emblématique fondateur et président club d’entreprises en croissance Leader Occitanie (Jalil Benabdillah) a passé la main il y a un mois. Alors que les enjeux de reprise économique sont forts pour les entreprises, comment le réseau régional prend-il le virage ? Quatre questions à Julien Feja, président du Groupe D&S (maîtrise du risque nucléaire) à Bagnols-sur-Cèze, et nouveau président de Leader Occitanie.
Cécile Chaigneau

4 mn

Julien Feja, président du groupe D&S (Bagnols-sur-Cèze) et nouveau président de Leader Occitanie.
Julien Feja, président du groupe D&S (Bagnols-sur-Cèze) et nouveau président de Leader Occitanie. (Crédits : DR)

Le club d'entreprises en croissance Leader Occitanie, fondé et présidé jusqu'à présent par l'entrepreneur Jalil Benabdillah, vient de changer de tête dirigeante. Son très dynamique président avait en effet annoncé, fin janvier, son engagement aux côtés de Carole Delga, la présidente (PS) sortante de la Région Occitanie, pour les prochaines élections régionales, et son prochain désengagement notamment de Leader Occitanie (même s'il reste président d'honneur). C'est à un autre Gardois qu'il a passé la main. Élu à la mi-avril pour trois ans, Julien Feja est le président du Groupe D&S, basé à Bagnols-sur-Cèze et spécialisé dans la maîtrise du risque nucléaire.

LA TRIBUNE - Vous succédez à Jalil Benabdillah, qui est une figure forte de Leader Occitanie mais aussi de l'économie régionale. Comment prend-on une telle suite et quelle est votre feuille de route ?

JULIEN FEJA - On sera dans la continuité, nous l'avons travaillé ensemble quand j'étais trésorier et vice-président de Leader Occitanie, en charge de la direction opérationnelle. Jalil a une grande force de réseau et de communication, et il a porté le club d'entreprises Leader à son niveau d'aujourd'hui, avec des clubs Leader territoriaux, rassemblés sous la fédération Leader Occitanie... L'idée est d'utiliser ce qu'il a fait. Ma démarche sera de déléguer aux membres du bureau qui auront chacun un rôle à jouer dans des groupes thématiques, que je veux piloter comme un projet en entreprise, en équipes. Je veux renforcer l'implication des membres au service d'une vision de l'entreprise. L'objectif, c'est d'apporter aux adhérents des conseils, de la formation, de partager des expériences. Par exemple, Leader Solidarité qui permet d'emmener des jeunes défavorisés dans des lieux culturels ou sportifs, ou Leader Académie qui a vocation à inciter les générations à venir à s'orienter vers l'industrie... Il existe une vingtaine de thématiques aujourd'hui, mais nous allons nous focaliser sur une dizaine seulement, probablement Solidarité, RSE, Finances, Académie, International et RH qui sont des sujets forts.

Leader Occitanie s'organise autour de 9 Leaders territoriaux et compte 180 entreprises adhérentes. Reste-t-il des territoires conquérir ?

Nous sommes en train de couvrir Toulouse où le club Leader existait mais c'était un peu éteint. Et nous relançons aussi Leader Pyrénées-Orientales. Nous sommes encore absents sur le secteur de Béziers-Narbonne. Dans le Gard rhodanien (où est née la démarche Leader avec le 1e club, Leader Alès, NDLR), Leader compte 10 membres et je veux le faire progresser en faisant entrer des entreprises mais aussi des associations d'entreprises comme Cyclium (filière rhodanienne du nuclaire, NDLR)... Je veux qu'on aille chercher davantage d'entreprises de tous les territoires, mais des entreprises qui répondent aux critères de croissance, qui se diversifient, qui innovent.

Dans quel état d'esprit sont les dirigeants d'entreprises aujourd'hui, alors que le 3e déconfinement a été engagé, et quels points de vigilance avez-vous dans le viseur ?

Les entreprises adhérentes à Leader ont continué à travailler, se sont diversifiées pour certaines autour du Covid. Mais on a plus de difficultés pour s'approvisionner en matériaux et c'est un problème. Nos points de vigilance portent surtout sur l'emploi et l'apprentissage. On sent que les entreprises ont autre chose à faire, et il y a des apprentissages qui disparaissent. Il faut à tout prix faire un effort pour laisser la place aux jeunes en stage, en apprentissage. C'est maintenant qu'on doit le faire pour l'avenir...

La prochaine action de Leader Occitanie ?

Le 10 juin à 9 h, depuis la Cité de l'économie et des métiers de demain, nous présenterons notre projet d'outil RSE sous l'angle de la stratégie durable, en vue d'obtenir un jour un label RSE. Tout le monde veut faire de la RSE mais comment fait-on concrètement ? Le point de départ de notre démarche sera de faire un état des lieux avec des étudiants d'un Master de Montpellier Management. L'objectif, c'est de proposer aux entreprises adhérentes des outils sur la base d'expériences déjà menées. Moins de théorie et plus de pratique !

Cécile Chaigneau

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.