Les Fromagers de Lozère à l’assaut de l’Asie

 |   |  545  mots
Jean-Pierre Julien, directeur des Fromagers de Lozère.
Jean-Pierre Julien, directeur des Fromagers de Lozère. (Crédits : ©Christine Caville)
Présente très localement en GMS, l’entreprise lozérienne exporte depuis juin ses produits frais à Tokyo, et dès la semaine prochaine à Dubaï et en Thaïlande. D’ici deux ans, la TPE escompte réaliser 45 % de son chiffre d'affaires à l’export.

Des yaourts brassés, du beurre de baratte à base de lait de montagne de Margeride dans les boutiques de Dubaï ou les cinq étoiles tokyoïtes ?

C'est le saut de l'ange pour Les fromagers de Lozère, créés en 2008 sous la forme d'une coopérative fermière, mis en redressement judiciaire en 2011 avant d'être rachetés le 1er février 2012 par son ancien directeur, Jean-Pierre Julien. Depuis juin, la TPE, qui emploie 8 salariés à Chastel Nouvel sur les hauteurs de Mende en Lozère, livre en produits frais trois des dix plus grands hôtels cinq étoiles de Tokyo (Le Mandarin oriental, Le Grand Hyatt Tokyo et L'Andaz Tokyo Toranomon Hills). Et acheminera dès la semaine prochaine l'ensemble de sa gamme (yaourts Duo Lozère, beurre haut de gamme Mitmat'Milk et fromages de Lozère) en Thaïlande et à Dubaï.

« Au départ, mettre du beurre de baratte ou des fromages blancs de brebis dans la soute d'un long courrier pour Tokyo, je ne voyais pas comment ça pourrait tenir économiquement », s'étonne encore Jean-Pierre Julien, qui, non content d'avoir redressé sa société en 2014 (à la clôture des comptes au 30 septembre 2014, le CA était de 1,1 M €), s'attaque désormais au segment du luxe à l'international.

La raison de ce succès ? L'entrée en avril 2014, au capital des Fromagers de Lozère, de la société d'export Kaitiaki, spécialisée dans les produits frais à destination de l'hôtellerie de luxe et des boutiques gourmets. « Nous avons investi chacun 15 % en nom propre », confie Hugues de Kerdrel, co-dirigeant de cette entreprise qui, en quinze ans d'expertise, a fidélisé un réseau de plus de cent hôtels cinq étoiles et une vingtaine de boutiques gourmets sur 25 pays en Europe, en Asie et au Moyen-Orient.

« Ce qui m'a plu, c'est la complémentarité commerciale apportée par Kaitiaki, confie Jean-Pierre Julien, présent en GMS avec plus de 200 points de vente en Lozère, Gard et Hérault. Ils m'offrent une vitrine internationale en Asie et au Moyen-Orient, et une vraie expertise sur les segments épicerie fine et luxe ».

La Lozère, un terroir d'avenir

« Nous cherchions depuis longtemps un vrai beurre de baratte, fait maison, avec un vrai terroir derrière », complète Hugues de Kerdrel. Notre venue en Lozère et la rencontre avec Jean-Pierre Julien ont été déterminantes dans notre prise de participation chez Les Fromagers de Lozère. Jean-Pierre Julien sait fabriquer des produits d'extrême qualité, nous apportons notre expertise à l'international sur le segment du luxe. »

Fromagers de Lozère

La société Kaitiaki, du nom d'un dieu Maori qui a pour mission de donner des ailes à son pays, escompte ouvrir courant 2015 une dizaine de marchés à la TPE lozérienne, visant pour les Fromagers de Lozère un CA de 45 % à l'export d'ici deux ans.

" Notre philosophie, conclut Hugues de Kerdrel, c'est de donner des ailes à des petits producteurs qui travaillent sur des produits d'excellence en leur ouvrant les portes du marché du luxe à l'international. Bien qu'encore fragile, l'entreprise Les Fromagers de Lozère a beaucoup d'avenir. Et même si elle n'est pas très connue, la Lozère, qui mise sur l'agriculture raisonnée, a une très belle image de marque que nous allons défendre à l'étranger ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :