Synergie Bétail et Viande acte la fusion avec Arterris

 |   |  254  mots
Arterris est le leader sur le marché français du blé dur
Arterris est le leader sur le marché français du blé dur (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
Basée en Ariège, la coopérative SBV (commercialisation de bovins de race à viande) a validé, lors de son assemblée générale du 29 juin, le principe d'une fusion-absorption par le groupe coopératif Arterris, installé à Castelnaudary (11). L'opération permettra à ce dernier d'accentuer sa diversification dans les productions animalières.

Le groupe coopératif audois Arterris poursuit une politique intensive d'acquisitions initiée en 2014 (coopératives de Mazamet et de Provence Silvacane, conserverie Larroque) en se tournant aujourd'hui vers la coopérative Synergie Bétail et Viande (SBV), basée en Ariège. En discussion depuis plusieurs mois, le rapprochement de deux groupes a franchi un cap au cours de l'assemblée générale de SBV, le 29 juin, qui a approuvé à l'unanimité (moins une abstention) le principe d'une fusion-absorption par Arterris.

"Synergie est une coopérative mono-produits, d'abord spécialisée dans les bovins et les équins, indique le président de SBV, François Toulis. Il est difficile de perdurer dans le contexte actuel sans se diversifier. Nous pourrons donc rajouter les activités d'aliments de bétails et d'approvisionnement. De son côté, Arterris, qui est déjà un groupe polyvalent, voulait avoir accès à l'ensemble des productions animalières, en plus des siennes."

La fusion, pour être effective, doit encore être validée du côté d'Arterris, lors d'une assemblée générale prévue au mois de décembre. Dans cette hypothèse, elle se traduira donc par l'intégration au sein du groupe audois de l'activité de SBV (33 M€ de chiffres d'affaires, 3,5 M€ de capitaux propres).

Leader sur le marché français du blé dur, premier multiplicateur de semences en France (23 000 ha pour la production de semences et légumes), le groupe Arterris (1 771 salariés, 20 000 adhérents) a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 703,9 M€ en 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2015 à 11:37 :
La viande animale n'est plus d'avenir comme tout le monde le sait. Dommage que la FNSEA ne veuille pas le reconnaître et n'encourage pas les industriels à investir dans la fabrication d'aliments de substitution à base d'insectes ou de "fausse" viande comme cela est en train de se faire aux USA et en Inde.
L'anticipation n'est pas le fort du secteur agricole en France.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :