Porté par des cours à la hausse, le CIVL veut booster l'export en Europe

 |   |  519  mots
Xavier de Volontat, président du CIVL, souhaite développer l'export vers les pays européens.
Xavier de Volontat, président du CIVL, souhaite développer l'export vers les pays européens. (Crédits : Fanny Linares)
Le Comité Interprofessionnel des Vins du Languedoc (CIVL) a présenté un bilan positif des ventes d'AOC du Languedoc et IGP Sud de France, le 14 janvier à Narbonne. En 2016, le CIVL consacrera 55 % de son budget communication à l'export, visant en particulier les pays européens.

La commercialisation des AOC du Languedoc a augmenté de 3,5 % entre les saisons 2010-2011 et 2014-2015, passant de 1,35 million d'hectolitre à 1,4 million. Une progression réalisée grâce au palier de 2013-2014 (1,39 M/hl vendu, contre 1,34 l'année précédente) : cette année-là, la France manquait de vin, mais pas le Languedoc, qui avait ainsi obtenu de nouveaux marchés. Un essai transformé en 2014-2015, les ventes augmentant de 1 %.

« Les acheteurs ne sont donc pas retournés vers d'autres régions, malgré un retour à des quantités normales », souligne le directeur du CIVL Jérôme Villaret.

Les stocks, eux, ont chuté de 20 %, avec moins de 10 mois d'avance sur la dernière saison.

La commercialisation des IGP Sud de France a elle diminué (1,7 M/hl contre 1,84 M/hl en 2013-2014 et 1,76 M/hl en 2011-2012), mais les IGP commercialisent plus que leur niveau de récolte pour la troisième année. Les stocks sont en forte baisse (-18% pour seulement cinq mois d'avance).

Cours du vrac en AOC : + 49 % en cinq ans

Côté cours, les années de crise semblent loin.

« Les cours des AOC du Languedoc en vrac ont augmenté de 49 % en cinq ans ! Ceux des IGP de départements de 31 % et ceux des IGP de territoires de 21 % », signale Jérôme Villaret.

Le cours actuel, pour la saison 2015-2016, se situe à 136 €/hl pour les AOC, 91 €/hl pour les IGP de territoires et 79 €/hl pour les IGP de départements.

Le marché de la grande distribution a régressé de 0,7 % en volume en un an... Mais a augmenté de 2,2 % en chiffre d'affaires (plus de 4 Mds €). Une meilleure valorisation et rémunération, donc.

« Ce sont plus de 200 M€ supplémentaires par an, dont 165M€ pour les AOC et 35 à 40 M€ pour les IGP, qui ont été générés, souligne le président du CIVL Xavier de Volontat. Ce sont donc des sommes conséquentes qui sont redistribuées dans l'économie régionale. »

Export des AOC : + 10 % en un an

Xavier de Volontat considère toutefois qu'il faut consolider les marchés, et en particulier l'export, dont le chiffre d'affaires, de 176 M€ pour les AOC, a déjà augmenté de 41 % en cinq ans.

Après avoir concentré ses efforts sur les pays tiers, et notamment la Chine et les USA (les deux premiers marchés à l'export pour les AOC du Languedoc), le CIVL souhaite travailler aussi sur les pays européens, et notamment l'Allemagne, le Royaume-Uni, la Belgique, la Suisse...

En 2016, 55 % de son budget communication sera consacré à l'export, soit 2,7 M€. À terme, l'export devrait représenter 60 % du budget, qui s'élève actuellement à 5,8 M€.

« Nous voulons accompagner la « premiumisation, » la montée en gamme du vignoble » précise la directrice marketing du CIVL Christine Molines.

L'organisme vise notamment une clientèle âgée entre 25 et 35 ans et travaille à une hiérarchisation au sein des appellations.

Les 2 800 adhérents au conseil interprofessionnel, vignerons ou metteurs en marché, ne verront pas leurs cotisations augmenter cette année, mais selon Xavier de Volontat, la question se posera prochainement.

« Nous devons nous donner les moyens de développer les marchés » explique-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :