Sud de France mangera-t-elle Sud Ouest ?

 |  | 827 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
La marque Sud de France va être déployée côté Midi-Pyrénées d’ici à fin juin en tant que marque ombrelle de la Région Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées. Sud Ouest France deviendra alors un segment de Sud de France. Seule difficulté : ce n’est pas le point de vue de la nouvelle Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, également propriétaire de la marque Sud Ouest France.

« Sud de France est une marque que nous allons pérenniser et développer à l'échelle de la grande région, annonce le 1er avril, Vincent Labarthe, le vice-président de la Région LR/MP en charge de l'agriculture. La marque Sud Ouest France deviendra un segment qui sera animé grâce à l'outil Sud de France Développement. »

Entre la date de cette annonce et celle de sa mise en œuvre, il faudra compter trois mois.

« D'ici la fin du premier semestre 2016, des entreprises de l'ex-région Midi-Pyrénées pourront bénéficier de la marque Sud de France», précise l'élu.

La décision de conserver la bannière Sud Ouest France est justifiée par le représentant du Conseil régional LR/MP par le fait qu'elle soit plébiscitée par la production et « source d'une forte valeur ajoutée ». Mais également parce que « quatre productions sous signe de qualité portent la dénomination Sud-Ouest », explique-t-il.

 Sujet « pas simple »

Cette annonce (du moins son calendrier) est conditionnée par l'issue des négociations qui vont débuter prochainement avec la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (ALPC). En effet, sur ce dossier, la Région LR/MP n'est pas seule à décider : la marque Sud Ouest France est également la propriété de la Région Aquitaine.

« Le sujet n'est pas simple », confient chacun de leur côté  Vincent Labarthe et son homologue en Région ALPC, Jean-Pierre Raynaud. Principale difficulté : la définition des nouvelles modalités de gestion de la marque Sud Ouest suite à la fusion des régions.

« Avec la Région Midi-Pyrénées, nous avions convenu d'alterner la gouvernance de la marque, explique Jean-Pierre Raynaud. Nous l'avons géré pendant trois ans via l'Agence Aquitaine de Promotion agroalimentaire (AAPrA). Depuis peu, c'est l'Irqualim à Toulouse qui en a pris l'animation. »

Le redécoupage administratif des régions bouscule cet accord. En faisant de Sud Ouest France un segment de la marque ombrelle régionale Sud de France et en l'animant au travers de Sud de France Développement, la Région LR/MP s'approprie la gestion de la marque. Une perspective qui ne réjouit pas la Région ALPC.

Désaccord

« Si la Région LR/MP veut faire de Sud Ouest un identifiant secondaire ou un segment haut de gamme qui s'imbrique dans le dispositif de Sud de France, nous ne pouvons pas être d'accord, indique Jean-Pierre Raynaud. Nous n'allons pas participer au développement d'une marque qui ne sera pas reconnue chez nous. »

Sur le fond du dossier, l'élu du Conseil régional ALPC insiste également sur le fait que « les deux marques ne répondent pas aux mêmes logiques ni aux mêmes stratégies ». Difficile donc de les faire cohabiter dans un même ensemble.

Il concède néanmoins comprendre la démarche de la Région LR/MP qui, avec la marque Sud Ouest, se dote de « cahiers des charges plus sélectifs ». Un point également souligné par Vincent Labarthe : « La marque Sud Ouest a été très sélective et pas ouverte à autant de producteurs qui l'auraient voulu ».

Deux à zéro

Dans l'état actuel des choses, la Région LR/MP disposerait de deux marques tandis que celle d'ALPC « réfléchirait à un nouvel identifiant ». Une situation qui irrite Jean-Pierre Raynaud : « C'est la mort de la marque Sud Ouest car je ne vois pas comment peuvent fonctionner deux identifiants régionaux pour une même région », lance-t-il.

"L'une des solutions possibles est que la Région ALPC conserve la marque Sud Ouest tout en engageant des conventions avec les filières agricoles de l'ex-région Midi-Pyrénées, avance l'élu. Il y  a des produits, comme le canard ou le vin, qui sont trop identifiés Sud Ouest pour communiquer avec Sud de France et nous travaillerons avec eux. »

Mais cette proposition semble avoir fait long feu.

Quid de Bio Sud Ouest ?

Un détail est à ajouter au débat : l'existence d'une marque supplémentaire, celle de Bio Sud Ouest. Créée depuis 2006, elle est gérée par deux interprofessions de produits agricoles bio : Interbio Midi-Pyrénées et Interbio ALPC.

« Nous voulons que les entreprises de Midi-Pyrénées puissent garder la possibilité de bénéficier de cette marque mais nous souhaitons également impliquer de plus en plus les opérateurs de la nouvelle région ALPC », indique Jérôme Cinel, le directeur d'Interbio ALPC.

Un choix stratégique qui prend tout son sens quand on sait que 80 % des 550 produits porteurs de la marque Bio Sud Ouest sont d'ALPC.

L'autonomie de la marque Bio Sud Ouest lui assure une certaine indépendance. Au point qu'elle n'a pas été consultée par la Région LR/MP sur le sujet. Donc, dans l'avenir, les produits Bio Sud Ouest se distingueront des produits Sud Ouest en étant bio mais aussi plus à l'ouest.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/04/2016 à 21:42 :
Cette appellation est une ânerie ; elle ne correspond à rien : le Poitou est aussi au Sud de la France de même que le Dauphiné ou le Limousin ! En plus, l'acronyme SDF situe la marque ... nulle part :-)) !
Encore beaucoup d'énergie et d'argent, notamment public, dépensés en pure perte pour une couche supplémentaire dans le fatras déjà bien débordant de soi-disant "marques".
Les vrais repères sont au delà des régions administratives, ce sont les terroirs : Périgord, Languedoc, Roussillon, Béarn, Bigorre, Pays basque, Bordelais, Provence, Quercy, etc...
Personnellement, je n'achète pas un produit marqué Sud de France, car il sent trop l'appellation fourre-tout qui porte en elle une forte suspicion de qualité de second choix, ou pire encore, comme ces machines à recycler des invendus ou des abats.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :