La Brasserie Alaryk augmente sa capacité de production

 |   |  673  mots
(Crédits : Alaryk)
Primée quinze fois pour ses bières artisanales 100 % bio, la brasserie biterroise Alaryk, créée en juin 2016, va investir 4,5 M€ pour accélérer son développement. Outre le renforcement de son outil de production, l'entreprise cible le segment des bières sans alcool.

Depuis sa création, il y a à peine deux ans, c'est une pluie de médailles qui a distingué l'ensemble de la gamme (huit bières artisanales bio sans additifs) de la brasserie Alaryk implantée à Béziers. Pas moins de 15 médailles dont un prix aux World Beer Awards 2017 qui ont consacré l'Alaryk Brune Bio meilleure bière française dans sa catégorie, une médaille d'or mondiale au Brussels Beer Challenge, trois médailles d'or, d'argent et de bronze au Concours général Agricole de Paris, et dernièrement six médailles au Concours International de Lyon.

« Notre brasserie est la plus récompensée et cela nous donne une belle visibilité en France mais aussi à l'étranger, se félicitent Sébastien Alary, dirigeant de la brasserie et Jean-Olivier Rieusset, responsable de production. C'est une immense satisfaction de voir ce travail accompli en si peu de temps. Nous sommes heureux que notre engagement et notre travail soient appréciés des grands spécialistes mais également des amateurs. »

1,5 M€ pour la chaine d'embouteillage

Après avoir investi 1 M€ dans la création de leur brasserie, les deux Biterrois ont relancé, en 2017, un investissement de 370 000 € pour acheter cinq nouveaux fermenteurs et une ligne d'enfûtage, en service depuis le début de l'année. La capacité de production, à la base de 2000 hl a déjà été triplée mais les brasseurs veulent aller plus loin.

« Nous allons investir 4,5 M€ dans la rénovation du bâtiment et dans l'achat de matériel », explique le responsable de production.

Dans un premier temps, l'investissement va porter sur des travaux d'aménagement du bâtiment (1 800 m2) avec mise en place de panneaux photovoltaïques sur la toiture, isolation du hangar et installation du réseau d'évacuation des eaux. Courant 2019, le bâtiment sera adapté pour accueillir la future brasserie qui sera financée dans la foulée.

« Nous allons acheter un système de brassage deux fois plus important et six nouveaux fermenteurs qui porteront la capacité de production à 25 000 hl, précise Jean-Olivier Rieusset. Pour permettre de satisfaire la demande croissante en bouteille, nous investissons également dans une chaine d'embouteillage (1,5 M€) et d'ici 2019/2020, nous prévoyons d'acquérir dans nos locaux une distillerie artisanale. »

Création d'une filière brassicole

Dans la mouvance des "craft beers" (bières artisanales de spécialité), la Brasserie Alaryk propose une gamme de huit bières (blonde, ambrée, blanche, India pale, double bio, brune bio) mais entend se lancer prochainement sur le marché très porteur des bières fruitées sans alcool.

« Le nouveau matériel va nous permettre de développer ce marché et d'ici l'an prochain, nous souhaitons proposer 2 ou 3 nouvelles références », annonce Jean-Olivier Rieusset.

Distribuée en bouteilles dans les épiceries spécialisées (référencement national chez Biocoop), les cavistes, hôtels et restaurants (près de 600 clients), la marque ambitionne de développer sa production en fûts pour capter le réseau CHR par l'intermédiaire des grossistes, et poursuivre son développement à l'export. Les bières Alaryk s'exportent déjà en Chine, au Japon, au Danemark, en Suisse, en Lituanie, et des partenariats avec la Russie et la Scandinavie viennent d'être signés.

Si les deux brasseurs ont fait le choix d'une production française 100 % bio - bières labellisées origine France Garantie et Sud de France - ils veulent aujourd'hui inscrire leur démarche localement.

« Pour gagner en qualité et aller dans le sens de notre éthique, nous sommes en train de mettre en place une filière brassicole bio avec des partenaires et des institutionnels régionaux. Nous allons, par exemple, développer une levure avec l'Inra, travailler l'orge avec la famille Fabre à Béziers, le malt avec des malteries de Castelnaudary et du Tarn... D'ici cinq ans, nous aimerions pouvoir travailler avec 80 % de matières premières locales », ambitionne Jean-Olivier Rieusset.

La Brasserie Alaryk emploie aujourd'hui sept salariés et a réalisé, en 2017, un chiffre d'affaires de 700 000€.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :