Viticulture : la famille Rothschild continue d’investir à Limoux

 |  | 569 mots
Lecture 3 min.
L'équipe de Baronarques dans le nouveau chai à barriques
L'équipe de Baronarques dans le nouveau chai à barriques (Crédits : Muriel Chêne)
La famille Rothschild, qui a célébré cet été les 20 ans du domaine Baronarques, qu’elle a rachetée en 1998 à Limoux (11), continue à investir sur cette propriété pour inscrire ses cuvées dans la lignée des plus grands vins du Languedoc.

Propriété des enfants de la baronne Philippine de Rothschild SA, le domaine Baronarques continue sa rénovation pour obtenir des vins dignes de ceux produits dans les autres propriétés de la famille bordelaise (Château Mouton Rothschild, Château d'Armailhac et Château Clerc Milon).

Après avoir replanté quasiment tout le vignoble, les propriétaires se sont dotés d'un nouveau chai à barriques. Le prochain investissement concernera la rénovation de la bâtisse dans l'optique de développer le réceptif sur le domaine.

Une collaboration avec Sieur d'Arques

Implanté sur la commune de Saint Polycarpe, près de Limoux (11), ce domaine viticole a été racheté en 1998 par la baronne Philippine de Rothschild qui avait l'idée de faire un très grand vin en Languedoc. C'est la seule implantation française de la prestigieuse famille hors de ses terres bordelaises. Le projet est né d'une première collaboration avec la coopérative Sieur d'Arques, qui fournissait les Rothschild en vin pour leur gamme de vins de négoce en IGP Pays d'OC.

Au moment de l'acquisition, le domaine qui comptait alors 30 ha de vigne, était en mauvais état et a été quasiment entièrement arraché pour être replanté en un panachage de cépages bordelais et méditerranéens : merlot, cabernet franc, cabernet sauvignon, syrah et cot.  À partir de 2009, le chardonnay est également implanté pour faire une très grande cuvée en blanc.

Aujourd'hui le domaine compte 43 ha en production, dont 10 ha de chardonnay. Il produit aujourd'hui trois cuvées en AOC Limoux : deux grands vins, l'un en rouge, l'autre en blanc, vendu au pris public de 35 € la bouteille et un second vin en rouge, positionné à 17 €.

Piloté par les équipes techniques de la société Baron Philippe de Rotschild à Bordeaux, le travail au vignoble et au chai est soumis au même niveau d'exigence que sur les autres propriétés de la famille : vignes enherbées, haute densité de plantation dans les sols les plus riches, récolte manuelle effectuée en cagettes de 10 kg.

Les nouvelles ambitions de Baronarques

Après avoir rénové le vignoble, la famille a investi 1 M€ en 2016 dans la construction d'un nouveau chai à barriques, qui abrite 440 fûts, l'ensemble des vins du domaine étant fermenté ou élevé sous bois. En fin d'élevage, seul deux tiers des vins les plus qualitatifs seront conservés pour entrer dans l'assemblage des trois cuvées du domaine, le reste sera écarté et déclassé en vin de pays d'Oc.

Le domaine commercialise 160 000 cols par an sous la marque Baronarques. L'essentiel de ces vins est commercialisé par les négociants de la place bordelaise et part à l'exportation. Mais le nouveau directeur, Augustin Deschamps, a pour projet de développer la distribution en France, notamment dans les grandes tables en commençant par celles de la région.

Pour accompagner ce développement, les prochains investissements concerneront la rénovation de la bâtisse dans l'optique de développer le réceptif.

« Nous souhaitons développer l'œnotourisme. Ce site s'y prête. Nous allons organiser des visites de vignoble en 4x4, des dégustations, et peut-être des ateliers de cuisine avec un chef établi à Revel. Nous allons aussi réfléchir à l'aménagement de réceptif (salle de réception, hébergement) car il y a une forte demande pour accueillir des événements d'entreprise », annonce Augustin Deschamps.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :