Vins bio : l’offre peine à satisfaire la demande

 |   |  517  mots
Le marché du bio devrait doubler d'ici 2022
Le marché du bio devrait doubler d'ici 2022 (Crédits : Muriel Chêne)
La vitalité du marché du vin bio ne faiblit pas. Mais la production, affaiblie cette année par la forte pression du mildiou, peine à satisfaire la demande très dynamique du marché en France. Au salon Millésime bio, qui se tient à Montpellier du 28 au 30 janvier, certains opérateurs s’inquiètent de cette "guerre des approvisionnements".

Le salon Millésime bio qui a ouvert ses portes lundi 29 janvier à Montpellier continue à surfer sur le succès des vins bio. Avec un hall supplémentaire, le salon accueille cette année 200 exposants supplémentaires soit un total de 1200 producteurs de vins, venus de 22 pays. Nouveauté pour cette édition : un espace est dédié aux boissons alcoolisées : cidres, bières, whiskies, gin, liqueurs, pastis, rhum, armagnac, cognac et autres spiritueux.

Forte demande, offre limitée

La belle affluence de visiteurs dès le premier jour du salon, en hausse de 15 à 20 % selon les premières estimations, témoigne de la vitalité de la filière des vins bio en France. Sur la période 2012-2017, les ventes ont progressé de 16,8 % en volume sur le marché domestique.

Selon une étude menée par Sud Vin bio-Millésime bio-IWSR, la croissance devrait se poursuivre dans les prochaines années avec une progression de 14 % par an sur la période 2017-2022, qui va permettre au marché de pratiquement doubler de volume (+ 85 % d'ici 2022).

"La demande est très forte. Toute notre production était réservée avant même les vendanges. La cave a produit 64 0000 hl dont les ¾ en bio. Si nous en avions produit le double, on...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2019 à 19:24 :
C'est parce que le lobby agro-industriel freine des deux pieds la transition, logique, ça fait belle lurette qu'il a oublié notre santé.

Par ailleurs je constate un fait qui peut aussi avoir son effet, on s'habitue très vite à ne plus avoir ce gout bizarre dans la bouche. Même si on peut aussi être gêné par les sulfites imposés à tous sinon le vin fait des bulles mais peut-être aussi du coup développer ces vins naturels qui sont quand même aussi bien intéressants.

On ne devrait pas attendre, une fois de plus, d'être dépassé aussi dans ce domaine qui nous ai quand même bien connu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :