Vin : Gérard Bertrand poursuit son engagement dans la défense du bio

 |   |  850  mots
Frédéric Saccoman, nouveau directeur de la cave Héraclès, Gérard Bertrand et Jean-Fred Coste, président de la cave.
Frédéric Saccoman, nouveau directeur de la cave Héraclès, Gérard Bertrand et Jean-Fred Coste, président de la cave. (Crédits : Valentine Ducrot)
En signant un partenariat d’excellence avec la cave coopérative Héraclès, basée à Codognan (30), le groupe audois Gérard Bertrand sécurise ses approvisionnements sur le marché en forte croissance des vins bio.

Pionnier de la biodynamie dans le monde et premier producteur en France pour ses vins bio, Gérard Bertrand poursuit son engagement dans la défense de l'agriculture biologique en développant des partenariats (26 en 2018) avec les vignerons ou les caves coopératives.

Le 6 septembre dernier, le groupe a officialisé la signature d'un partenariat décennal avec la cave Héraclès, plus grande cave coopérative de vins bio en France, située à Codognan dans le Gard.

"Nous travaillons depuis quinze ans avec Gérard Bertrand et cette union se concrétise aujourd'hui par un partenariat d'excellence", s'est félicité Jean-Fred Coste, président de la cave d'Héraclès.

70 % de la production de la cave contractualisés dès 2020

Engagée dans la production bio depuis 1994, la cave Héraclès regroupe 70 vignerons et réalise 80 % de sa production en bio. En croissance constante, la coopérative, dont la capacité de vinification est de 90 000 hectolitres, devrait réaliser cette année un chiffre d'affaires de près de 9 M€. En 2018, elle a investi plus de 15 M€ dans un outil de production de pointe, véritable cave connectée 4.0.

"Je n'ai pas vu une autre cave en France avec ce niveau d'investissement et de précision, a rappelé Gérard Bertrand. Cet outil répond à notre vision de l'excellence puisque nous sommes concentrés sur les vins premium".

"Après avoir construit ce site ultra performant, nous devons maintenant nous attacher à le faire vivre, projette Jean-Fred Coste. Cela passe par une stratégie clairement définie de croissance quantitative bio assumée. Cet accord signé avec Gérard Bertrand nous sécurise sur un marché du bio très porteur aujourd'hui. Mais dans cinq ans ? S'il y a surproduction ? Grâce à ce partenariat, nous allons vendre cette année 60 % de la production - soit environ 50 000 hectolitres - et à partir de l'an prochain, nous avons contractualisé pour 70 % à un prix référencé."

Du savoir-faire au faire savoir

Collaboration rapprochée, transfert d'expertise sur la conduite des vignobles, co-pilotage des vinifications... Les deux partenaires ont dressé un cahier des charges précis pour assurer la production de vins bios, en conversion bio et sans sulfite, commercialisés respectivement sous les marques Autrement, Change et Naturae.

"Change, des vins qui portent bien leur nom ! s'enthousiasme Gérard Bertrand. Le monde de la viticulture est en pleine évolution et avec cette gamme lancée sur les vins en conversion bio - portant le logo CAB -, nous affirmons notre volonté d'être les acteurs du changement. Le vignoble languedocien, avec ses 28 640 ha certifiés, est le premier vignoble bio de France. Nous avons beaucoup d'atouts. Il est temps maintenant que tous ensemble, nous passions du savoir-faire au faire savoir."

L'Hospitalet, meilleure expérience oenotouristique 2019

Précurseur de la viticulture biologique et de la biodynamie qu'il pratique sur ses 15 domaines (d'ici 2023, toutes les parcelles auront accompli leur conversion), le groupe Gérard Bertrand (305 salariés) exporte son vin dans 171 pays.

Malgré la conjoncture (Brexit, rapports commerciaux avec les USA,...) le groupe annonçait fin août une croissance à l'export de 17 % sur un marché représentant désormais 55 % du chiffre d'affaires (CA 130M€ en 2018).

"Notre croissance est portée par les vins bio en Europe et les rosés qui poursuivent leur croissance en Europe, aux États-Unis, en Australie, au Canada et même en Asie, observe le vigneron négociant. C'est une opportunité car notre région produit deux fois plus de rosés qu'en Provence et leur qualité est reconnue. Cette année, nous allons dépasser les 3 millions de caisses (de 12, ndlr) et continuer de nous développer sur la frange de vins premiums."

Des vins régulièrement primés. En juillet dernier, lors d'une dégustation à l'aveugle en trois étapes de 10 000 vins, l'IWC Champion Red Wine 2019 a attribué au Château l'Hospitalet Grand Vin Rouge 2017 le prix de meilleur vin rouge du monde.

Dans la foulée, début septembre, le domaine de l'Hospitalet a été nommé "meilleure expérience œnotouristique 2019" par le classement annuel du magazine américain Celebrated Living.

Céleyran, futur navire amiral du bio

"L'année 2019 est très positive et ces prix viennent récompenser le travail de précision effectué dans les vignes et en cave ainsi que l'engagement pour la biodynamie et la préservation de la biodiversité. Je reste convaincu qu'une viticulture respectueuse de la nature est la meilleure voie pour porter les vins de terroir au plus haut niveau", résume Gérard Bertrand, qui a encore élargi son champ d'action en acquérant le domaine de Céleyran à Salles-d'Aude (11), un domaine qui était la propriété de l'ex-Région LR.

Sur ce domaine, Gérard Bertrand évoque un projet innovant qui devrait se mettre en place dans deux ou trois ans.

"Dès 2020, commenceront les travaux du château. Le vignoble s'étend actuellement sur une vingtaine d'ha mais nous réfléchissons à un vaste programme de replantation. L'Hospitalet est dédié à l'art de vivre, j'aimerais que ce nouveau domaine soit le navire amiral du bio et de la biodiversité."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :