Millésime bio : Jeanne Fabre, une jeune vigneronne aux commandes

 |  | 611 mots
Lecture 4 min.
Jeanne Fabre, nouvelle présidente du salon Millésime Bio.
Jeanne Fabre, nouvelle présidente du salon Millésime Bio. (Crédits : DR)
Jeanne Fabre, jeune vigneronne dans les Corbières, prend la présidence de Millésime bio. Ce salon international des vins bio, qui se tient traditionnellement fin janvier à Montpellier, est repensé cette année dans un format digital. Une première.

C'est un tout nouveau visage, jeune et féminin, qui incarne désormais le Salon Millésime bio, rendez-vous mondial des vins bio à Montpellier. A 35 ans, Jeanne Fabre, vigneronne dans les Corbières, a été élue en présidente de la Commission Millésime Bio, en charge de l'organisation du salon.

Une prise de fonction dans un contexte particulièrement tendu du fait de la pandémie mondiale : « Je comprends bien pourquoi ils m'ont refilé la patate chaude », plaisante la jeune femme.

Covid oblige, la prochaine édition de ce salon, prévue du 25 au 27 janvier 2021, prendra une forme totalement inédite cette année : « Nous ne voulions ni d'une annulation, ni d'un report. Nos vignerons ont besoin de ce rendez-vous pour vendre leurs vins. Nous proposons donc une formule digitale pour mettre en relation des binômes producteurs-acheteurs ».

Salon des vin en digital, mode d'emploi

Le principe est simple : les vignerons préparent une présentation digitale de leur domaine et de leurs différentes cuvées, sous forme de texte, photos et vidéos, qui sera mise en ligne sur une plate-forme digitale. De leur côté, les acheteurs pourront, grâce à un moteur de recherche, faire des requêtes ciblées vers les vignerons et produits qui les intéressent.

La connexion entre producteur et acheteur s'effectuera durant les trois jours du salon via un service de visio-conférence. A l'issue de ces échanges, le vigneron pourra envoyer des échantillons, ciblés sur la demande de l'acheteur, afin de finaliser les commandes.

Le développement de ce salon digital représente un coût de 30.000 euros, auxquels s'ajoutent 300.000 euros de frais de communication, subventionnés à 70% par la Région Occitanie.

« Nous venons de présenter cette offre aux vignerons inscrits, il semble qu'elle soit plutôt bien accueillie, précise la présidente. Quoi qu'il en soit, les vignerons qui ne souhaiteraient pas prendre part à ce salon digital seront intégralement remboursés. »

Une vigneronne bardée de diplômes

Aux côtés de son père Louis Fabre, de sa sœur jumelle Clémence et de sa cousine Paule, Jeanne Fabre dirige les cinq domaines de la Famille Fabre, 350 ha de vigne conduits en agriculture biologique depuis 1991.

Descendante d'une longue lignée de vignerons audois, la jeune femme n'a pas suivi la trajectoire la plus directe pour rejoindre le domaine familial.  Elle a d'abord choisi de quitter ses Corbières natales pour faire des études à Paris et non des moindres : prépa littéraire, Sciences Po Paris, ESCP, la prestigieuse école de commerce parisienne, histoire et géographie à la Sorbonne...

Curieuse de tout, la jeune fille engrange les diplômes, avant de s'essayer à de multiples métiers : la communication chez Euro RSCG, les ressources humaines dans un cabinet de recrutement, jusqu'à éducateur spécialisé dans le 93. Elle s'expatrie ensuite quatre ans à Buenos Aires pour travailler dans une agence de tourisme.

Passion familiale

C'est l'appel du terroir qui la fait revenir sur le domaine familial.

« Malgré l'éloignement, j'ai toujours gardé le lien avec le domaine. La passion familiale ne m'a jamais quittée et, après ces années de découverte loin de mes racines, j'ai ressenti le besoin de perpétuer cette belle histoire familiale », confie-t-elle.

La volonté de « construire collectivement l'avenir de la viticulture régionale » la pousse à prendre des responsabilités professionnelles : elle siège aux conseils d'administration du Cru Boutenac, de l'AOC Languedoc et du CIVL, l'interprofession des vins du Languedoc, et à Sudvinbio, l'association interprofessionnelle des vins bio d'Occitanie.

La présidence de Millésime bio, l'année de tous les dangers, est un nouveau défi pour cette insatiable vigneronne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :