Pourquoi la coopérative Teraneo a fait le choix (rare et inédit) de s’allier à l’expéditeur Alternea

C’est une alliance peu commune qui s’est nouée, dans les Pyrénées-Orientales avant les fêtes, entre une coopérative agricole et un expéditeur de fruits et légumes spécialisé dans l’importation de produits espagnols… Teraneo et Alternea font désormais chemin commun.

3 mn

Dans les Pyrénées-Orientales, la coopérative agricole Teraneo a choisi de s'allier à l'expéditeur de fruits et légumes spécialisé dans l’importation de produits espagnols Alternea.
Dans les Pyrénées-Orientales, la coopérative agricole Teraneo a choisi de s'allier à l'expéditeur de fruits et légumes spécialisé dans l’importation de produits espagnols Alternea. (Crédits : DR)

L'annonce a fait jaser dans le petit monde de la coopération agricole. Monde qui ne comprend pas pourquoi la coopérative Teraneo, basée à Saint-Hyppolite dans les Pyrénées-Orientales, a choisi de se marier avec l'expéditeur de fruits et légumes Alternea, plutôt que de se rapprocher d'une des autres coopératives du département, ou d'ailleurs. Le groupe coopératif audois Arterris s'était ainsi intéressé au "cas" Teraneo il y a quelques mois, quand il cherchait à renforcer son activité fruits et légumes...

Président de Teraneo, Yves Aris justifie ce choix par « la volonté du conseil d'administration de la coopérative d'aller de l'avant ».

« Nous n'avons pas trouvé le bon partenaire dans la coopération, précise-t-il. Avec Alternea, nous avons trouvé un partenaire différent, avec qui nous pouvons avoir des perspectives, des opportunités de co-construction. Nous avons préféré cette option plutôt que d'être une opportunité pour un prédateur. »

Et il ajoute : « C'est une décision également basée sur nos observations, nous avons compris que les exploitations agricoles qui quittaient une coopérative allaient le plus souvent dans le privé plutôt que de rejoindre une autre coopérative ». Fermez le ban.

« Faire quelque chose pour le territoire »

À partir du mois d'avril 2022, c'est donc Alternea, expéditeur connu historiquement sous le nom de Lacour, qui assurera la commercialisation des productions de Teraneo. Dans ses différents circuits, grande distribution, grossistes, industrie, etc. avec l'appui de la société Legros Bio, société sœur d'Alternea spécialisée dans les produits bios.

Deux entreprises qui pèsent déjà dans le paysage des Pyrénées-Orientales. Alternea commercialise 80.000 tonnes de fruits et légumes en provenance pour moitié d'Espagne, pour l'autre moitié du Maroc, d'Italie et du Portugal, avec un chiffre d'affaires de 68 millions d'euros en 2021. De son côté Legros Bio commercialise, principalement à l'export vers les Pays d'Europe du Nord, des produits bios sourcés pour 95% en Espagne et réalise 26 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Antonio Morales Abad, P-dg d'Alternea, justifie cette alliance par la forte empreinte de la RSE de son entreprise sur la stratégie : « C'est un chapitre important pour nous à tous les niveaux. Depuis toujours, nous nous sommes interdits de concurrencer les productions des Pyrénées-Orientales avec des produits espagnols. Mais avec le développement de la marque Alternea fondée sur le principe de l'écoresponsabilité, et le développement de notre RSE, nous sommes obligés, autant à l'intérieur de nos murs avec nos salariés qu'à l'extérieur, à faire aussi quelque chose pour le territoire sur lequel nous sommes implantés ».

Engagement exclusif

Installées sur la plateforme Saint-Charles à Perpignan, les deux entreprises que préside Antonio Morales Abad ont investi 13 millions d'euros dans un nouveau bâtiment entièrement neuf, entré en service début 2020 et qui a permis de rassembler en un seul lieu ce qui se faisait autrefois en quatre endroits différents.

Cette ouverture sur la production locale inaugure-t-elle une stratégie nouvelle pour l'entreprise perpignanaise ? Antonio Moralès Abad assure que non : « Nous avons un engagement exclusif et total avec Teraneo et c'est valable dans les deux sens ».

Selon Yves Aris, le potentiel d'apports de la coopérative est de 15.000 tonnes annuelles composées de céleris, salades à feuilles dures, carotte fanes, brocolis, artichauts, abricots, pêches et figues, en conventionnel et en bio. Mais il compte surtout sur le partenariat pour développer des produits "identitaires" du Roussillon, les abricots rouges éponymes et les artichauts.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.