Millésime bio, un salon trentenaire en forme et qui se veut optimiste

Le salon Millésime Bio, qui ouvrira ses portes en fin de mois à Montpellier, s’est imposé comme le plus grand rendez-vous mondial des vins bio. Pour cette 30e édition, les organisateurs continuent à innover tout en restant fidèles à leurs valeurs fondatrices.
Jeanne Fabre, présidente de Millésime bio, et Nicolas Richarme, président (gardois) de l'interprofession Sudvinbio qui organise le salon.
Jeanne Fabre, présidente de Millésime bio, et Nicolas Richarme, président (gardois) de l'interprofession Sudvinbio qui organise le salon. (Crédits : DR)

Le salon Millésime bio fêtera son 30e anniversaire lors de la prochaine édition qui se tient du 30 janvier au 1er février au Parc des expositions de Montpellier. Cet événement, lancé en 1993 avec 15 vignerons, est devenu aujourd'hui la première place de marché mondiale pour les vins bio, avec 1.500 exposants cette année, soit une cinquantaine de plus que l'an dernier.

Lire aussiMillésime bio 2022 : le plaisir de se retrouver sans masque

« Ce succès, nous le devons aux valeurs que nous portons et auxquelles nous n'avons jamais dérogé durant ces trois décennies : un salon organisé par des vignerons et metteurs en marché, pour des vignerons et metteurs en marché, ce qui nous a prémunis d'une croissance dictée par l'appât du gain, des exposants tous sur un même pied d'égalité avec un modèle de stand unique pour tout le monde et une implantation aléatoire, ce qui favorise la découverte et les échanges entre exposants et oblige les visiteurs à une plus grande ouverture d'esprit », affirme Jeanne Fabre, présidente de Millésime bio.

Cette fidélité aux valeurs fondatrices du salon n'empêche pas les organisateurs de s'adapter aux évolutions du marché. Pour ce 30e anniversaire, le salon, qui s'est déjà ouvert aux boissons alcoolisées autres que le vin (bières, cidres, spiritueux, etc.) et existe depuis 2021 sous forme digitale (Covid oblige), continue à innover en accueillant les vins en vrac qui auront désormais leur place sur le salon. Quelque 150 exposants proposeront ainsi cette année une offre en vrac.

Autre nouveauté : un  corner sera spécialement dédié aux jeunes vignerons de moins de 40 ans : une vingtaine d'entre eux y seront représentés cette année, dont deux en provenance d'Autriche.

Volumes supplémentaires en masse

Ce rendez-vous incontournable de la planète des vins bio survient, cette année, dans un contexte régional inversé par rapport à celui de l'année dernière. En 2021, après le gel historique qui avait fortement écorné la récolte, les faibles disponibilités avaient fait bondir les prix et s'arracher les vins. Cette année, la conjonction d'une très belle récolte et du boum des conversions conduit à une arrivée massive de volumes supplémentaires : ainsi, la récolte régionale de vins bio devrait-elle avoisiner 1,5 à 1,6 million d'hectolitres, contre 1 million l'an dernier.

Lire aussiLes vins bio à la peine mais pas de déconversions massives en vue

Cet essor survient alors que la consommation, en forte hausse ces vingt dernières années, marque le pas. Depuis le démarrage de la nouvelle campagne, les
producteurs peinent à trouver preneur pour leurs vins sur le marché du vrac. Nicolas Richarme, président (gardois) de l'interprofession Sudvinbio qui organise le salon, se veut malgré tout confiant.

« Les vins bio, c'est un chiffre d'affaires de 1,2 milliard d'euros en 2021 en France et 550 millions d'euros à l'export, rappelle-t-il. Nous avons donc une marge de progression à l'export. Ces dernières années, nous manquions de volumes pour répondre aux appels d'offres sur le marché international. Ces nouveaux volumes sont une opportunité de gagner des parts de marché hors de nos frontières. »

Un label plébiscité

Le vigneron gardois est également conforté par une récente étude consommateurs, réalisée par CSA à la demande de Millésime bio dans quatre pays européens : France, Belgique, Allemagne, Royaume-Uni. Elle révèle que le bio est le label le plus connu et celui qui inspire le plus confiance parmi la multitude de certifications environnementales.

La dynamique des inscriptions des visiteurs sur le salon est un autre indicateur rassurant : les organisateurs attendent 10.000 visiteurs, une fréquentation qui retrouve le niveau de 2020, avant l'épisode Covid.  Millésime bio franchit ainsi allègrement le cap de la trentaine.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 13/01/2023 à 13:35
Signaler
Le mauvais vin est rempli de produits toxiques agro-industriels qui ne peuvent que tirer le gout de ce formidable produit vers le bas. Quand on aime le vin on ne pulvérise pas du poison sur le fruit qui le produit bon sang ! J'ai quand même l'impress...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.