Avec sa nouvelle usine, Adesa inaugure "le futur de l'imprimerie"

 |   |  414  mots
La nouvelle usine intègre huit lignes de production sur 4000 m2
La nouvelle usine intègre huit lignes de production sur 4000 m2 (Crédits : Adesa)
Adesa, spécialiste des étiquettes adhésives et RFID, réceptionne, le 7 juin, une nouvelle usine située à La Rouvière (30), où il a investi 3,5 M€. Si l'opération vise à optimiser la fabrication, elle intègre aussi une approche nouvelle de la jonction des flux digitaux et physiques de production.

Précédemment installée sur un site de 2 200 m2 à Saint-Geniès-de-Malgoirès (30), Adesa déménage ses bureaux et machines, à compter du 7 juin, dans l'usine de 4 000 m2 que l'entreprise vient de bâtir à La Rouvière (30), après un investissement de 3,5 M€. Le terrain s'étend sur 18 000 m2, en vue d'une extension possible du nouvel atelier.

Fabricant d'étiquettes adhésives et RFID pour de nombreux secteurs (alimentaire, pharmacie, cosmétique, parfumerie, industrie, automobile, etc.), Adesa a déclenché cet investissement pour optimiser la production : celle-ci se répartissait sur trois bâtiments, construits au fil du temps sur l'ancien site, générant de nombreux déplacements des employés. "La nouvelle usine est dotée d'un grand hall qui permet de faire fonctionner nos huit lignes de production en synergie", explique Ludovic Martin, directeur marketing et e-commerce d'Adesa.

Les promesses du "web-to-print"

Mais Adesa mise surtout sur la convergence entre digital et production. En plus de ses ventes via son site de e-commerce et sur Amazon, l'entreprise gardoise a développé une API* pour "brancher" sa production directement sur les sites d'opérateurs spécialisés (exemple : les acheteurs d'étiquettes pour le vin).

"Nous traitons l'opération en sous-traitance et en marque blanche pour le compte de ces opérateurs, en faisant tout remonter au client, de la prise de commandes jusqu'au suivi de production ou de livraison. Pour pouvoir proposer un tel service, il nous fallait donc d'abord optimiser notre propre production. Alors que l'imprimerie est axée traditionnellement sur une activité de production industrielle, avec des investissements lourds en machines, nous avons choisi d'investir sur le développement informatique, sur la création de nouveaux métiers et d'une culture des interfaces. L'avenir de l'imprimerie passe par là", affirme Ludovic Martin.

Au total, le "web-to-print" (cumul des ventes via l'API, le site web et Amazon) représente 25 % de l'activité, et ne cesse de progresser selon Ludovic Martin, qui rajoute : "Cela facilite aussi la conquête de nouveaux clients. Ils commencent par commander de petits tirages, puis ils passent à du récurrent quand ils comprennent l'avantage de travailler avec une entreprise de proximité".

Dirigée par Brice Carugati (P-dg) et Chrysé Passebois (DG), Adesa compte 70 salariés, et a réalisé un chiffre d'affaires de 9,6 M€ en 2018, en hausse de 12 %. En s'appuyant sur cette nouvelle usine, l'entreprise se prépare également à déployer son activité à l'export.

* : interface qui permet de se connecter à une application pour échanger des données

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :