Stratégie, gouvernance, actionnaires : Smoove change tout

 |   |  750  mots
L'un des 500 vélos déployés par Smoove à Lima, le 1er marché remporté par la PME en Amérique du Sud
L'un des 500 vélos déployés par Smoove à Lima, le 1er marché remporté par la PME en Amérique du Sud (Crédits : Smoove)
Impactée par le déploiement laborieux des Vélib' à Paris, à travers le consortium Smovengo dont elle est actionnaire, Smoove vient de remanier ses structures financière et de gouvernance pour investir dans un nouveau plan stratégique. La PME héraultaise veut se réinventer en fournisseur de solutions globales pour la mobilité.

Après la pluie, le beau temps ? L'entreprise Smoove, basée à Saint-Gély-du-Fesc (34), assure que les difficultés liées au déploiement des Vélib' à Paris, opérés par le consortium Smovengo dont elle est un partenaire fondateur, sont en passe d'être levées. Selon les derniers chiffres qu'elle communique, le service assure, à date, 109 000 courses de plus de trois minutes par jour, gère 1 375 stations dans 55 communes de la Métropole du Grand Paris, et 15 000 vélos sur le terrain (à comparer aux objectifs initiaux de 1 400 stations et 20 000 vélos).

"Le service est en phase de stabilisation. Avec plus de 220 000 abonnés de longue durée, 155 000 utilisateurs uniques par mois, et un gain d'au moins 10 000 nouveaux utilisateurs tous les mois, c'est le plus grand service de vélos électriques au monde. Les seules complaintes qui nous viennent des réseaux sociaux portent sur le taux d'actes de vandalisme, sans équivalent il est vrai", commente Ludovic Bertrand, nouveau DG de Smoove.

Smoove impactée

Il n'empêche, l'année 2018 a été rude pour l'entreprise héraultaise, momentanément contrainte de stopper ses propres projets de développement pour se consacrer au redressement de Smovengo et de l'offre Vélib'. Sur le volet financier, le syndicat mixte Autolib' Vélib' Métropole, citant les nombreux dysfonctionnements du service, avait notamment décidé, en décembre 2018, de verser seulement 18 M€ sur les 44 M€ initialement prévus au contrat du consortium délégataire.

Les difficultés financières et opérationnelles de Smovengo ont aussi impacté son fournisseur de solutions technologiques, Smoove. En mai 2019, le fondateur Laurent Mercat a revendu ses parts au sein de la holding de Smoove à Via-ID, le fonds de développement de Mobivia (un des membres fondateurs de Smovengo), et a du céder la gouvernance de la PME héraultaise à Ludovic Bertrand, lui-même issu de Mobivia.

"L'ampleur du projet Vélib' a nécessité d'importantes liquidités pour supporter l'investissement en R&D mais aussi les pénalités rétrocédées par Smovengo. Il a fallu obtenir une avance financière de Via-ID pour faire face (montant non communiqué, ndlr). Quant au départ du fondateur, il s'agit d'une question classique d'adéquation entre l'actionnaire majoritaire et la présidence exécutive. L'ensemble de la séquence a été plus difficile que prévu", admet Ludovic Bertrand.

Une nouvelle offre plus globale

Aujourd'hui, Smoove confirme qu'elle a relancé une phase de développement active. La PME spécialiste des marchés de vélos en libre-service continue, d'une part, sur son activité historique : elle se positionne sur des appels d'offres importants récemment ouverts (Belgrade, Londres, Jeux Olympiques 2024 de Paris...), ou sur des extensions de marchés (Helsinki, Moscou, Vancouver...).

Par exemple, Smoove indique qu'elle décroché, en juillet, son premier marché en Amérique du Sud, à Lima (Pérou). Elle vient d'y déployer 500 vélos pour commencer. L'entreprise est, à ce jour, présente sur plus de 20 marchés dans le monde.

Par ailleurs, Smoove investit dans une nouvelle stratégie, que Ludovic Bertrand qualifie d'"approche plus globale". La PME veut consolider son offre de fournisseur de solutions innovantes, plus optimisées, en privilégiant la satisfaction client.

"Le marché n'est plus celui du vélo, mais celui des deux roues, car les villes pensent les questions de mobilité globalement. Il s'agit de créer une offre intégrant les trottinettes, les scooters, et les autres vecteurs de mobilité proches en terme d'usage. Les collectivités nous demandent de plus en plus des solutions clef en main, et pas seulement de la fourniture de matériel. Nous voulons donc développer l'offre la plus optimisée possible pour qu'elle corresponde aux besoins de l'exploitant. Nous avons par exemple inventé des solutions conjointes pour faire baisser le taux de vol en mixant la technologie de Smoove et ses méthodes d'exploitation (Smoove exploite directement les marchés d'Helsinki et de Paris, ndlr). On peut avoir une bonne idée technique mais aussi connaître des difficultés pour la maintenir, sauf si on parvient à réunir l'expérience du concepteur et de l'exploitant", explique Ludovic Bertrand.

Smoove emploie 70 salariés et a réalisé un chiffre d'affaires de 33 M€ en 2018, "dont une partie liée au Vélib'": "le CA évolue fortement en fonction des marchés conquis : il explose dès que l'entreprise en gagne un, puis retrouve un autre niveau quand elle passe en phase d'exploitation", conclut Ludovic Bertrand.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :