Abandon de Shopping Promenade Ode à la Mer : le CNCC parle de "fait du prince"

A Montpellier, le vaste projet d’équipement commercial baptisé Shopping Promenade Ode à la Mer et porté par le groupe Frey a brutalement trouvé un terme en pleine campagne des municipales, le maire sortant usant de la clause de revoyure pour rompre le contrat. Après l’interruption d’autres projets de ce type en France, le Conseil national des centres commerciaux se dit surpris par ce qu’il qualifie de « fait du prince »…
Cécile Chaigneau
La perspective numérique du projet Shopping Promenade Ode à la Mer, à Montpellier, restera virtuelle puisque le maire et président de la Métropole en place vient de rompre le contrat qui le liait avec le groupe Frey.
La perspective numérique du projet Shopping Promenade Ode à la Mer, à Montpellier, restera virtuelle puisque le maire et président de la Métropole en place vient de rompre le contrat qui le liait avec le groupe Frey. (Crédits : Frey)

Le 12 juin dernier, soit 17 jours avant le 2e tour, le maire sortant et président de la métropole de Montpellier, Philippe Saurel, lançait un pavé dans la mare des municipales en annonçant qu'il mettait un terme au contrat qui lie la Métropole avec le groupe Frey, développeur de centres commerciaux et porteur de l'opération Shopping Promenade Ode à la Mer. Il

Pour mémoire, l'opération s'étendait sur 13 ha, comprenant 111 000 m2 de surfaces de plancher, dont 61 000 m2 de surfaces de vente, sur lesquels 70 % étaient prévus pour accueillir le transfert d'enseignes des zones Fenouillet, Solis et Soriech, dont certaines sont situées en zone inondable. Les 30 % restant devaient accueillir de nouvelles enseignes, soit 18 000 m2 qui cristallisaient l'inquiétude et la colère des commerçants du centre-ville.

Depuis cette annonce, c'est silence radio du côté du groupe Frey. Le 19 juin, le quotidien régional Midi Libre annonçait que le groupe Frey réclamait 77 M€ à la Métropole de Montpellier en dédommagement de l'arrêt brutal d'un projet dans lequel il a déjà engagé plusieurs millions d'euros.

Contacté par La Tribune, le groupe ne confirme pas et se refuse à tout commentaire « maintenant que le temps judiciaire est lancé ». Dans une conférence de presse le 23 juin à Paris, Antoine Frey, le président-directeur général du groupe éponyme, avait qualifié l'abandon du projet de "mépris pour le monde économique"...

Réglementation stricte et recours innombrables

Porte-parole des acteurs de l'immobilier commercial, le Conseil national des centres commerciaux (CNCC) représente l'écosystème des centres commerciaux, retail parks ou villages de marques (soit 400 sociétés adhérentes, des bailleurs, enseigne ou prestataires), avec pour vocation d'« organiser le dialogue, l'information et la formation des adhérents, et d'assurer une mission d'influence auprès des pouvoirs publics », rappelle Gontran Thüring, délégué général du CNCC, à La Tribune.

L'annonce de l'abandon du projet Shopping Promenade Ode à la mer à Montpellier s'inscrit pour la profession comme un nouvel épisode d'une funeste succession, après EuropaCity et la Gare du Nord à Paris, ou Opensky en périphérie de Rennes.

« On a en France la réglementation d'urbanisme commercial la plus stricte au monde, avec beaucoup de concertation en amont des projets, et des possibilités de recours innombrables en aval, pointe Gontran Thüring.  Il en résulte une durée de gestion de projet deux fois plus longue en France que dans d'autres pays européens... C'est vrai que l'annonce pour le groupe Frey à Montpellier fait office de cerise sur le gâteau. Rien ne laissait imaginer que cette clause de revoyure allait être utilisée ! Ce fait du prince du candidat-maire nous surprend. D'un geste de stylo, le maire remet en question un projet où des opérateurs privés se sont engagés financièrement. La mode est au verdissement des projets, il y a indéniablement une raison politique. Je n'ai rien contre le verdissement de l'économie mais il n'est pas normal que du jour au lendemain des présidents de métropole remettent en question des projets soutenus pendant des années. »

« La route de la honte »

Le président du CNCC assure pourtant que l'aménageur commercial Frey est « reconnu comme vertueux ». Il soutient aussi la pertinence économique du projet : « Il y a des enseignes qui ont besoin de grandes surfaces et qui n'iront jamais s'installer en centre-ville. Le bien-fondé économique du projet est complètement justifié à Montpellier. La Métropole connaît la croissance démographique la plus importante en France, avec 16 000 habitants supplémentaires en cinq ans. Par ailleurs, la surface du projet posant problème, c'est 19 000 m2, soit la taille d'une galerie commerçante comme celle de Saint-Jean-de-Védas ! La route de la Mer, c'est un peu "la route de la honte", sorte de bidonville commercial datant des années 1970-1980. Si la collectivité opte pour une transformation progressive, en faisant du picking, ça prendra vingt ans ! Et Shopping Promenade, ce n'était pas qu'un centre commercial, il y avait aussi des bureaux, des loisirs... ».

Selon le CNCC, l'interruption de ce projet est un signal très négatif envoyé aux banquiers et aux financeurs de ce genre d'opérations, rendant de plus en plus compliqué l'indispensable modernisation des équipements commerciaux quand ces investissements sont susceptibles d'être « remis en question du jour au lendemain ».

Urbanité, durabilité, multifonctionnalité, multicanalité

Comment, alors, aborder cette nécessaire question de modernisation d'équipements commerciaux pour certains vieux de trente ans ?

« Le constat est simple, et Ode à la mer est un brillant exemple, observe Gontran Thüring. Ces centres commerciaux ont été bâtis sur le modèle américain. Ils sont introvertis, pas poreux avec leur environnement, sans lumière naturelle... Aujourd'hui, soit on ne fait rien et ces équipements vont rester des verrues sur le territoire et mourir, soit on prend le taureau par les cornes, ce qui n'est pas simple et nécessite des partenariat publics-privés... Aujourd'hui, les maitres-mots sont urbanité, durabilité, multifonctionnalité et multicanalité. Le commerce physique va survivre et se développer, car on ne peut pas tout faire sur le net, mais il faut que les commerçants s'adaptent. »

A Montpellier, la bataille juridique s'engage entre la métropole et le groupe Frey. Tous les espoirs sont-ils douchés pour l'aménageur commercial ?

« Il faut laisser passer les élections, répond le président du CNCC. On espère pour Frey que l'histoire passera les plats et que la prochaine équipe municipale reviendra sur cette position brutale et inattendue. D'autant que ce choix aura des conséquences sur l'économie et les emplois. »

Cécile Chaigneau

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.