Handicap et emploi : en Occitanie, une marque commerciale (UИIK) pour changer le regard

 |  | 826 mots
Lecture 4 min.
Sept ESAT et 700 travailleurs en situation de handicap sont concernés par la nouvelle marque commerciale lancée par les Unapei de l'Hérault et du Gard.
Sept ESAT et 700 travailleurs en situation de handicap sont concernés par la nouvelle marque commerciale lancée par les Unapei de l'Hérault et du Gard. (Crédits : DR)
Spécialisées dans l’accompagnement de personnes en situation de handicap et gestionnaires d’établissements et services d’aide par le travail (ESAT), les Unapei de l’Hérault et du Gard viennent de lancer une marque commerciale commune, UИIK. Cette bannière, derrière laquelle se rangent désormais toutes les prestations réalisées par 700 salariés de sept ESAT, vise à gommer la notion de handicap au profit des savoir-faire.

Olivier Donate revendique « un regard entrepreneurial qui met le handicap de côté ». Son homologue Fabien Bonnet complète : « On ne vend pas du handicap, on vend une prestation ».

Le premier est le directeur général de l'Unapei 30, association de représentation et de défense des intérêts des personnes en situation de handicap (intellectuel ou psychique, autisme et polyhandicap) et de leurs familles, qui gère 26 établissements et 601 salariés pour 950 personnes accompagnées (enfants et adultes). Le second est le directeur général de l'Unapei 34, gérant 28 établissements et plus de 800 salariés pour 1.300 personnes en situation de handicap accompagnées. Parmi les établissements gérés, des établissement et service d'aide par le travail (ESAT), structures médico-sociales de travail protégé, réservées aux personnes en situation de handicap et visant leur insertion ou réinsertion sociale et professionnelle.

RSE et obligations d'emploi

Les deux dirigeants viennent de lancer une marque commerciale commune, baptisée "UИIK", avec comme baseline "Des personnes uniques aux talents multiples". Sous cette bannière sont désormais promues les prestations réalisées par les travailleurs handicapés des ESAT.

Derrière cette démarche, la première en France menée par deux Unapei, la volonté forte de faire évoluer encore un cran plus loin le regard que l'on porte sur ces travailleurs.

« Fut un temps où les gens venaient nous voir pour le côté social, rappelle Fabien Bonnet. Puis il y a eu des crises économiques, des évolutions, etc. et les entreprises ou les collectivités qui font appel aux ESAT sont venus chercher une prestation, une qualité et un prix, et aujourd'hui, si nos prix sont compétitifs, nous avons une longueur d'avance. »

Les ESAT sont en effet aujourd'hui bien inscrits dans le paysage de l'emploi, mais encore très connotés.

« On vient parfois nous chercher sur des dimensions RSE ou pour s'acquitter des obligations d'emploi de personnes en situation de handicap, précise Olivier Donate. L'idée derrière la marque, c'est de mettre en avant non pas l'ESAT mais la compétence de ses travailleurs. »

7 ESAT et 700 salariés

Sept ESAT de l'Hérault et du Gard, employant 700 travailleurs, sont concernés par cette nouvelle marque, juridiquement copropriété des deux Unapei. Les prestations qu'ils proposent portent sur des espaces verts, du conditionnement, de la sous-traitance industrielle, de la restauration, de la blanchisserie, de la couture, des activités de pépiniériste ou de maraîchage, de l'imprimerie.

L'atelier FALC (facile à lire et à comprendre) de l'ESAT L'Envol, à Castelnau-Le-Lez (34) est aussi concerné pour cette activité peu connue, qu'explique Fabien Bonnet : « Il s'agit de traduire en langage facile des documents officiels afin de permettre aux personnes en situation de handicap mental par exemple de les comprendre. L'ESAT est partenaire du centre de communication du Premier ministre pour la traduction de ses notes officielles, par exemple le plan de relance ou le plan Autistes ».

L'ESAT Véronique, aujourd'hui à Bagnols-sur-Cèze, inaugurera en juin son nouveau site à Saint-Laurent-des-Arbres. En plus des prestations de restauration pour des établissements médico-sociaux, des Ehpad ou la livraison de repas à domicile, il lancera deux nouvelles activités qui seront elles aussi placées sous la bannière UИIK : une boulangerie de pain bio avec boutique et une cafétéria de 100 places ouvertes au grand public.

Une capacité de force de travail renforcée

« Le but d'un ESAT n'est pas de produire pour produire mais de proposer des activités professionnelles qui soient un vecteur éducatif pour les personnes handicapées, déclare Fabien Bonnet. L'objectif de cette marque commerciale est de se faire connaître et de favoriser un sentiment d'appartenance pour les personnes en situation de handicap qui travaillent dans les ESAT. Et la marque crée une unité entre plusieurs ESAT. »

Olivier Donate souligne la valeur ajoutée de l'addition des forces : « Une marque commune crée une dimension identitaire et la possibilité de mettre en commun des moyens, de faire ensemble avec un meilleur niveau que ce qu'on aurait fait seul. Cette marque, c'est une capacité de force de travail et d'organisation renforcées qui nous permettront désormais de répondre à des appels d'offres auxquels on ne pouvait pas répondre car nous pourrons proposer trois ou quatre ESAT sur le même métier. Avec sept ESAT et 700 travailleurs, nous allons multiplier par sept les opportunités et la visibilité ! ».

Désormais, il se réjouit de mettre en avant la marque commerciale et non plus la dimension médico-sociale, des travailleurs avec des compétences et non plus des personnes en situation de handicap. Et il espère bien que les regards des donneurs d'ordres mais aussi de la société en général vont évoluer.

« Quand on parle d'ESAT, on parle d'incapacité, insiste Fabien Bonnet. Avec UИIK, on ne vend plus des incapacités mais des savoir-faire, c'est ça l'inclusion ! »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :