Médecine esthétique : la Clinique des Champs-Elysées ouvre un établissement à Montpellier

Le groupe parisien La Clinique des Champs-Elysées, l’un des fers de lance de la chirurgie et médecine esthétique en France, poursuit son déploiement sur le territoire. Le 19 janvier, il ouvre sa 11e clinique à Montpellier, en plein cœur de ville.
Cécile Chaigneau
Le groupe parisien La Clinique des Champs-Elysées ouvre un établissement à Montpellier le 19 janvier 2023.
Le groupe parisien La Clinique des Champs-Elysées ouvre un établissement à Montpellier le 19 janvier 2023. (Crédits : Clinique des Champs-Elysées)

Son établissement historique se trouve à Paris 8e, avenue Franklin Roosevelt. Trente ans après sa création, l'entreprise de chirurgie esthétique a opéré sa mue : elle est devenue un groupe et s'est spécialisée dans la "médecine esthétique".

« La France a du retard dans ce secteur et il n'existait pas d'enseigne de médecine esthétique, souligne Tracy Cohen Sayag, fille du fondateur et directrice générale du groupe, qui regrette que l'activité soit réduite aux transformations spectaculaires véhiculées par les réseaux sociaux. J'ai rejoint l'entreprise en 2010, au moment où elle n'allait pas bien financièrement. Ont suivi six ou sept années de restructuration de la clinique parisienne... Nous avons développé ce qu'on appelle la médecine esthétique, qui représente 95% de notre activité : ce sont des actes non invasifs, comme les injection, le peeling, le traitement des vergetures, l'épilation laser, le traitement de la peau, le traitement de l'obésité et du surpoids, etc. »

Le groupe s'emploie, depuis, à se forger une marque et a déjà ouvert dix autres cliniques. Le déploiement a démarré à Lille il y a trois ans, suivi de Nice, Bordeaux, Rennes, Lyon, La Baule (deux établissements), Paris (une 2e clinique), Tours et Dijon. Il a aussi ouvert une clinique à New York et à Dubaï en 2021. La 11e clinique en France est à Montpellier, inaugurée le 19 janvier 2023 en plein cœur de ville.

« Une forte demande à Montpellier »

« Nous renforçons ainsi nos positions dans le sud de la France, déclare Tracy Cohen Sayag. Montpellier était dans le top 30 des villes où il y a une forte demande alors que l'offre est faible. En tout cas, il  n'existait pas de structure comme la nôtre. »

Sur 500 m2, la clinique montpelliéraine des Champs-Elysées (1,5 million d'euros d'investissement) compte, comme les autres, trois pôles : médecine esthétique, lutte contre l'obésité et le surpoids, et pôle capillaire. Tracy Cohen Sayag annonce travailler dès l'ouverture avec quatre médecins (des médecins généralistes en général, formés à la médecine esthétique, mais aussi des gastroentérologues, gynécologues ou dermatologues) et une dizaine de salariés.

« Pas de chirurgie plastique sur place car il n'y a pas de bloc opératoire, précise la dirigeante. Les patients viennent pour être conseillés et si besoin, nous collaborons avec une clinique locale ou nous les orientons vers notre clinique à Paris... A la fin de la première année, nous devrions être à 1.500 rendez-vous par mois, soit 250 patients par mois. »

Pour un chiffre d'affaires de la clinique non communiqué...

« Notre activité a triplé en trois ans »

Quant au profil des patients, « il est vaste, avec des tranches d'âge diversifiées, environ 50% qui ont moins de 35 ans et 50% plus », indique Tracy Cohen Sayag qui revendique « une offre haut de gamme mais abordable ». Elle assure d'ailleurs ne pas ressentir de répercussion de la situation d'inflation et de crise énergétique qui affecte le pouvoir d'achat.

« Notre activité a triplé en trois ans », souligne même la DG, qui annonce, à l'échelle du groupe, un chiffre d'affaires de 22 millions d'euros en 2021 et de 30 millions d'euros en 2022.

En 2023, le groupe vise les 45 millions d'euros de chiffre d'affaires. Une performance qui sera alimentée par les 10 à 15 ouvertures de cliniques prévues en France, dont celle de Toulouse en mai 2023.

« Pour chaque structure, il faut compter trois à cinq médecins et une dizaine de salariés », précise-t-elle.

Aujourd'hui, le groupe travaille ainsi avec une quarantaine de médecins et chirurgiens, et emploie 250 salariés.

Cécile Chaigneau

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 19/01/2023 à 19:01
Signaler
"La France a du retard dans ce secteur et il n'existait pas d'enseigne de médecine esthétique" Peut-être tout simplement parce que nous avons les plus belles femmes du monde ? Sinon cela reste un problème cette chirurgie esthétique, élargissons notre...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.