La Région signe le 1er contrat de filière AGIR avec le BTP

 |   |  526  mots
Le 23 octobre, le Conseil régional Languedoc-Roussillon a signé le 1er contrat de filière AGIR avec les deux présidents de fédérations du bâtiment, CAPEB-LR et FFB-LR. Un dispositif de 26 actions pour tenter d'enrayer la crise que traverse le secteur.

Depuis 2008, le secteur du bâtiment, qui représente plus de 62 000 emplois en Languedoc-Roussillon, encaisse les coups durs, avec une perte de 10 000 emplois en cinq ans en région. En cause essentiellement : le ralentissement économique et la concurrence virulente d'entreprises proposant des « travailleurs détachés ».

Pour la première fois, et eu égard à ce contexte économique difficile pour le secteur, le Conseil régional Languedoc-Roussillon signe un contrat de filière AGIR (Accompagnement global et investissement régional en Languedoc-Roussillon) pour le BTP. La signature est intervenue le 23 octobre 2015 entre le président de la Région, Damien Alary, et les présidents respectifs de la FFB-LR et de la CAPEB-LR, Jean-Jacques Planes et Roland Studer.

L'accord, qui court sur la période 2015-2017, comprend 26 actions concrètes pour soutenir les entreprises du bâtiment, axés sur quatre priorités : le développement économique, la commande publique, le renforcement de la qualification des personnels et l'accompagnement dans la mutation écologique de l'habitat et dans la préservation des ressources énergétiques.

Soulager les trésoreries des TPE

Parmi les actions, figurera notamment la mise en place, avec bpifrance, de prêts pour soulager la trésorerie des TPE du bâtiment. Le dispositif prévoit une première dotation, par la Région LR, de près de 400 000 € (émanant d'un reliquat de sommes non utilisées sur un outil précédent, indique la collectivité), qui alimentera un système de garantie de prêt permettant à bpifrance, par effet levier, de débloquer une capacité d'engagement de 1,05 M€, soit une centaine de prêts.

« L'objectif de ce dispositif est de mieux répondre aux besoins des TPE en leur donnant un accès à des prêts, sans garantie personnelle et à taux d'intérêt minoré », précise les services techniques de la collectivité.

Autres actions prévues : la mise en place du label Sud de France Entreprises du bâtiment afin de lutter contre le dumping social pratiqué par certaines entreprises et faciliter l'accès des PME régionales aux marchés régionaux (actuellement, 6 entreprises labellisées) ; des mesures pour écarter les offres anormalement basses ou soulager la trésorerie des PME en raccourcissant les délais de paiement des chantiers régionaux ; le développement de la formation continue et de l'apprentissage.

Transposer à la grande région

« Plusieurs actions significatives seront effectives avant la fin 2015, promet Damien Alary. Comme le prêt trésorerie TPE ou le label Sud de France Entreprises du bâtiment, ou encore l'avance de 5 % sur les marchés publics de la Région sans cautionnement bancaire. »

« J'espère que ce contrat de filière perdurera à travers la nouvelle grande région, commente Jean-Jacques Planes. Le bâtiment est une exigence républicaine et sociale et un enjeu économique majeur. On a besoin que cette grande région se saisisse de l'ensemble de ces process pour que perdure une harmonie entre politique et économie. »

« Nous sommes impatients que ces propositions soient mises en œuvre sur le terrain, ajoute Roland Studer. L'objectif est d'agir ensemble pour le secteur du bâtiment. Ce contrat fixe un cadre et une ambition. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :