Immobilier d’entreprise : Montpellier dans le Top 10 français

 |   |  567  mots
L'@7 Center, à Odysseum, fait partie des opérations en comptes propres ayant permis une hausse significative du nombre de transactions de bureaux.
L'@7 Center, à Odysseum, fait partie des opérations en comptes propres ayant permis une hausse significative du nombre de transactions de bureaux. (Crédits : DGLA SUD, architecte mandataire ; Pascal Megias, architecte associé ; Michel Delepiere, paysagiste ; GOLEM IMAGES infographiste.)
Publiée le 28 janvier, l’étude de marché annuelle du marché de l’immobilier d’entreprise sur l’aire montpelliéraine révèle une année 2015 de belle tenue pour les transactions de bureaux, un peu plus contrastée pour les locaux d’activités.

L'année 2015 restera une bonne année dans les annales pour le marché de l'immobilier et du foncier d'entreprise sur la métropole montpelliéraine et son territoire urbain. L'étude de marché réalisée par l'Observatoire* de l'immobilier et du foncier d'entreprise de Montpellier a été révélée le 28 janvier par Arthur Loyd, l'un des commercialisateurs rassemblés au sein de l'observatoire.

Une place au Top 10

L'année 2015 a enregistré 78 500 m2 de bureaux placés, dont 51 900 m2 de transactions (54 500 m2 en 2014) et 26 500 m2 (16 700 m2 en 2014) d'opérations en comptes propres, soit les immeubles construits directement par les utilisateurs finaux.

« Le marché tertiaire de Montpellier continue sa progression de 10 %, la même qu'en 2014, commente Michel Peinado, directeur associé d'Arthur Loyd Montpellier-Nîmes. Ce qui place le marché montpelliérain dans le Top 10 français, avec des villes comme Paris, Lyon, Lille, Toulouse, Aix-Marseille, Bordeaux ou Nantes. Et devant Nice, Grenoble ou Strasbourg. »

Parmi les opérations en comptes propres figurent les surfaces qu'occuperont les promoteurs (FDI Promotion, Tissot Immobilier, Nexity, Vinci) et le Crédit Agricole sur le programme @7 Center, ainsi que l'immeuble de la Chambre des métiers au nord (6 000 m2), ou encore l'immeuble Sud de France (2 000 m2) au Parc des expositions.

« La très bonne performance de ces comptes propres permet d'avoir 48 % du volume total en produits neufs, soit près de 38 000 m2 », souligne avec satisfaction Michel Peinado, qui précise que l'aire urbaine de Toulouse a enregistré « 115 000 m2 de transactions en 2015, avec beaucoup de comptes propres, notamment liés au secteur de l'aéronautique ».

Le secteur est de Montpellier (Millénaire, Eurêka, Odysseum, etc.) concentre la moitié du volume placé et les grandes transactions, de plus de 1 000 m2, sont au nombre d'une vingtaine.

L'étude fait apparaître des valeurs de location stables : 160 € HT/HC/m2 pour les produits neufs, et  120 € HT/HC/m2 pour les produits de seconde main.

Une offre de locaux d'activités insuffisante

Sur le marché des locaux d'activités, le bilan est plus contrasté, « en deçà de la potentialité », commente Michel Peinado : 72 100 m2 placés, soit une baisse de 12 %, après une année 2014 qualifiée d'« exceptionnelle en volume », mais néanmoins d'un niveau supérieur à la moyenne des cinq dernières années (62 000 m2).

« 110 transactions ont été réalisées, précise le dirigeant d'Arthur Loyd. Le stock disponible est de 83 000 m2, soit 14 mois de transactions... Ce qui signifie beaucoup de demandes non satisfaites. »

L'étude révèle que l'essentiel des transactions se réalise sur des produits de seconde main (88 %) du fait d'un nombre de programmes neufs limité (Multiparc du Salaison à Vendargues, Campus du Golf à Mudaison, Peripark Montpellier à Garosud, etc.).

En raison de cette offre insuffisante, les valeurs locatives restent à des niveaux élevés, supérieurs aux moyennes nationales : environ 75 €/m2 pour des surfaces de moins de 300 m2, 65 € entre 300 et 1 000 m2, 55 € au-dessus de 1 000 m2.

Enfin, le marché du foncier a enregistré 22 transactions pour 117 000 m2 placés, soit une hausse de 14 % (+ 27 % en 2014), dont deux opérations majeures : l'@7 Center à Odysseum (parcelle de 18 000 m2) et Peripark Montpellier sur Garosud (18 000 m2).

Parmi les opérations notables en 2016 : le macro-lot Palomaya sur le rond-point Picasso la ZAC Nouveau Saint-Roch dans le centre historique.

 * L'observatoire agrège les données de la SERM, de la SAAM et des principaux commercialisateurs en immobilier d'entreprise (Arthur Loyd, BNP Paribas Real Estate, DTZ, Colliers Immobis, Gemofis et Tertia Conseil-CBRE).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :