Bouygues Immobilier Languedoc affiche ses ambitions

 |   |  585  mots
Carine Gaillard, directrice commerciale, et Sébastien Robert, directeur d'agence, de Bouygues Immobilier Languedoc.
Carine Gaillard, directrice commerciale, et Sébastien Robert, directeur d'agence, de Bouygues Immobilier Languedoc. (Crédits : Cécile CHAIGNEAU)
Le promoteur Bouygues Immobilier fêtera ses 40 ans de présence à Montpellier en 2020. Son nouveau directeur, Sébastien Robert, a présenté, le 16 mai, les ambitions de l’agence sur la métropole où le marché reste très disputé sur le segment du logement, mais aussi celui du coworking, que le groupe prétend conquérir.

L'agence languedocienne du promoteur Bouygues Immobilier confirme son ancrage local et son positionnement d'opérateur immobilier urbain multi-produits (logements en accession libre, aidée ou intermédiaire, vente en bloc de logement social, résidences services gérées étudiantes et seniors, bureaux, commerces).

Alors qu'elle fêtera ses 40 ans en 2020, l'agence revendique notamment 8 500 logements collectifs depuis sa création dans l'Hérault et le Gard, avec une activité toutefois très centrée sur la métropole montpelliéraine.

« En 2017, nous avons enregistré 330 réservations de logements et réalisé un chiffre d'affaires de 45 M€ HT, précise Sébastien Robert, le directeur de l'agence (30 personnes) depuis le 1e janvier dernier. Et nous nous attendons à une activité identique en 2018. »

600 logements en projet

Huit opérations sont en cours de commercialisation (directrice commerciale : Carine Gaillard) sur la Métropole de Montpellier : Ekla sur Parc Marianne pour 139 logements, Happy à Saint-Jean-de-Védas pour 137 logements, Le Mas d'Aiguelongue pour 50 logements, Fleur de Coton pour 33 logements, et trois résidences connectées qui seront livrées au 2e semestre 2018 (Résidence Victoria pour 113 logements, Jardin de Flore pour 60 logements, et Carré Mozaik, la 1e opération de restructuration du quartier de la Pompignane, pour 119 logements). Avec une opération à Béziers, elles représentent en tout un volume de quelque 700 logements.

Par ailleurs, l'agence annonce 5 opérations en cours de montage à Montpellier (2 résidences étudiantes et 3 programmes de logements dans le diffus) et une dans le Gard (sur laquelle l'agence reste discrète), soit 600 logements.

« Trois opérations totalisant 300 logements seront lancées en commercialisation au 2e semestre 2018, annonce Sébastien Robert. Notamment celle sur le site de la clinique Saint-Jean qui déménagera en 2020. Cette opération premium de renouvellement urbain, dessinée par l'agence A+ Architecture, sera une opération phare pour nous. »

Implanter Nextdoor, filiale de coworking

« Pour se différencier dans ce secteur, il faut devenir inventif, aller chercher des parcelles en remembrement, transformer des bureaux en logements, etc., poursuit Sébastien Robert., Nous sommes conscients que le renouvellement urbain est indispensable et qu'il va falloir densifier de manière raisonnée. Aujourd'hui à Montpellier, 40 % des opérations se font en secteur aménagé et le reste en diffus. Sur le diffus, les opérations prennent forcément plus de temps et les permis de construire sont  régulièrement attaqués. Mais pour l'instant, nous n'en avons aucun soumis à un recours. Nous travaillons très en amont et nous faisons auditer nos permis de construire sur les opérations sensibles. »

Le promoteur, qui réalise 50 % de son activité en résidence principale et 50 % en investissement locatif, est forcément passé par la case innovation et propose des résidences connectées, notamment via deux applications dont sont systématiquement dotées les résidences : Flexom (pilotage domotique du logement) et « Entre voisins » (réseau social interne).

« Nous réfléchissons toujours à comment apporter plus de services. Ainsi, la résidence Victoria sera-t-elle équipée d'une pièce commune à la copropriété, d'une chambre à louer pour accueillir de la famille ou des amis, et d'une place Autolib. »

Autre thématique d'actualité : le groupe souhaite se faire une place sur le désormais très sollicité secteur du coworking. Il a créé une filiale baptisée Nextdoor, que l'équipe montpelliéraine ambitionne de développer sur la métropole languedocienne.

L'agence, qui s'apprête à réaménager ses locaux « en mode flex office », cherche aussi à recruter un responsable développement pour le mois de juillet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :