Agelys veut faire essaimer les espaces de coworking

 |   |  314  mots
Magali Pagnon, présidente de Nympheas et Nicolas Combis, co-dirigeant d'Agelys qui multiplie les espaces de coworking à Nîmes.
Magali Pagnon, présidente de Nympheas et Nicolas Combis, co-dirigeant d'Agelys qui multiplie les espaces de coworking à Nîmes. (Crédits : Thomas Tedesco)
Cette jeune société de promotion immobilière nîmoise souhaite inscrire ses investissements dans une perspective d’économie sociale et solidaire. Elle vient d’inaugurer NymphéaS.

"Il faut prendre la ville telle qu'elle est. Les quartiers que l'on déconstruit pour reconstruire du neuf par-dessus, je n'y crois pas... Il n'y a dans ces quartiers pas de place pour le commerce de proximité. Notre principe est de nous installer dans des quartiers où l'immobilier et peu cher. Cela nous permet de recréer un lieu de travail chaleureux pour un loyer à petit prix, c'est à dire à parti de 70 € par mois", détaille Nicolas Combis, co-dirigeant de l'entreprise nîmoise Agelys.

Déjà propriétaire des murs du Spot et de l'Archipel, des espaces de coworking, d'exposition, et de restauration, situés dans les quartiers Richelieu et Gambetta de Nîmes, l'entreprise a inauguré vendredi son troisième espace de travail partagé baptisé NymphéaS (investissement : 510 000 € sur 470 m2), dans ce même quartier quelque peu défraîchi, à proximité immédiate du centre-ville.

"Il n'y aura pas de restauration ici. L'idée est de mettre en avant les activités des uns et des autres. J'aimerai que chacun des espaces que nous investirons ait une identité propre mais toujours avec une notion d'économie sociale et solidaire", précise Nicolas Combis.

Des projets à vocation sociale

Ainsi Nymphéas, accueille une association du même nom, recrutée sur appel à projet. Son projet : "incuber des entreprises à vocation sociale", explique Magali Pagnon, la fondatrice de l'association.

À ce jour, une quinzaine d'entreprises et travailleurs indépendants dont les projets sont à différentes phases de maturité habite Nymphéas. "On ne souhaite pas seulement être un lieu de travail, nous allons aussi ouvrir l'endroit sur le quartier avec pourquoi pas un marché de Noël organisé pour les fêtes", projette Nicolas Combis.

"Il y a de la place à Nîmes pour d'autres espaces comme celui-ci. Nous avons déjà des demandes d'autres entreprises qui ne souhaitent pas forcément porter leurs murs", assure Nicolas Combis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :