Planification urbaine : comment LKSpatialist veut séduire les collectivités

 |   |  675  mots
LKSpatialist développe un outil de dématérialisation des documents urbains ciblant les collectivités territoriales
LKSpatialist développe un outil de dématérialisation des documents urbains ciblant les collectivités territoriales (Crédits : Christine Caville)
Après le marché de la prospection foncière pour les promoteurs immobiliers, la Montpelliéraine LKSpatialist pense avoir trouvé le graal pour les collectivités territoriales : un outil de dématérialisation des documents urbains qui pourrait révolutionner les pratiques. En parallèle, l’entreprise est dans le radar du ministère de l’Habitat, qui cherche comment digitaliser ses standards.

On la connaissait sur le marché de la prospection foncière. L'entreprise LKSpatialist, fondée par Lahouari Kaddouri à Montpellier (21 salariés aujourd'hui), avait été la première à développer un outil numérique, baptisé LINA et qui permet d'accéder à toutes les informations d'urbanisme et aux réglementations qui caractérisent une parcelle de foncier, évaluant notamment le potentiel bâti et non bâti d'un territoire.

Aujourd'hui, LINA est déployé sur les grandes métropoles de Montpellier, Toulouse, Marseille, Nice-Cannes, Grenoble, Aix-Marseille, Bordeaux, Lyon, Nantes et sur les 12 territoires du Grand Paris. Soit 600 communes. Et selon Lahouari Kaddouri, une centaine de promoteurs immobiliers utilisent LINA, dont Vinci Immobilier avec qui LKSpatialist vient de signer au niveau national.

La base de données alimentée par ce travail de couverture d'une partie du territoire national constitue aujourd'hui une mine d'or d'informations sur laquelle l'entreprise peut s'appuyer pour développer de nouveaux outils. C'est ainsi qu'est né le projet d'un nouveau service, qui adresserait cette fois les collectivités territoriales en charge de l'aménagement urbain.

« Il s'agit d'amener un nouveau service aux collectivités, baptisé PLUValue, explique Lahouari Kaddouri. Pour faire de la planification urbaine, elles ont besoin de faire des analyses du territoire et d'évaluer le potentiel de construction. Or la dématérialisation complète des documents d'urbanisme que nous proposons fait que l'on alimente une base de données qui peut être interrogée. Le service urbanisme peut donc réaliser ses propres analyses. Avec PLUValue, la collectivité peut changer ses règles d'urbanisme (par exemple la hauteur des bâtiments sur telle ou telle zone, NDLR) et en un clic, elle en mesure l'impact en termes de potentiel à construire. »

Montpellier et Venelles

Cet outil permettrait également d'aller plus vite dans l'instruction du permis de construire, en attendant que la démarche soit totalement automatisée, à terme. Il permettrait aussi la délivrance en ligne de certificat d'urbanisme pour les administrés.

« Nous avons construit l'outil et nous avons fait une proposition à la Ville de Montpellier pour qu'elle soit la première à l'utiliser et participe ensuite à son amélioration, déclare Lahouari Kaddouri. Une autre collectivité est très intéressée et va l'acquérir dès qu'il sera prêt sur son territoire, c'est la commune de Venelles (9 000 habitants environ, dans les Bouches-du-Rhône, NDLR). »

L'entrepreneur confie être en discussion avec l'Institut national de l'information géographique (IGN), dont il a intégré l'incubateur IGNfab en juin 2017, « pour qu'ils donnent de la visibilité à l'outil ».

C'est aussi avec l'IGN que LKSpatialist travaille sur un outil permettant la dématérialisation de la délivrance du permis de construire à partir de la maquette numérique. Les premiers tests interviendront dans les prochains mois.

Devenir la norme nationale ?

Un autre sujet occupe la PME montpelliéraine : la standardisation des documents d'urbanisme digitalisés.

« Le géoportail de l'urbanisme est géré par ministère de l'Habitat et l'IGN, explique Lahouari Kaddouri. Il y a quelques mois, le Premier ministre a diligenté le CNIG (Conseil national de l'information géographique, qui a pour mission d'éclairer le gouvernement dans le domaine de l'information géographique, notamment pour ce qui concerne la coordination des contributions des acteurs concernés et l'amélioration des interfaces entre ces derniers, NDLR), pour qu'il réfléchisse à un standard national de dématérialisation des documents d'urbanisme. Or le travail de la commission dédiée à cette mission a révélé que les besoins exprimés correspondaient exactement à ce que nous faisons chez LKSpatialist ! Notre outil pourrait devenir le standard national des documents d'urbanisme dématérialisés. »

La semaine dernière, un imprévu a bloqué le dirigeant montpelliérain dans un train alors qu'il était attendu au ministère... Le processus suit son cours. S'il parvenait à une issue positive, l'entreprise montpelliéraine pourrait prendre un virage décisif. En attendant, Lahouari Kaddouri a décidé...de ne pas attendre et continue d'investir du temps sur PLUValue, sur lequel « il existe un gros marché », assure-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :