Immobilier : Digit RE Group s’installe sur son « Campus » à Montpellier

Le pôle immobilier Digit RE Group, pilotant notamment les réseaux de conseillers immobiliers indépendants Capifrance ou OptiHome, vient de rassembler ses équipes (200 collaborateurs) sur son nouveau siège social à Montpellier. Son dirigeant, Olivier Colcombet, fait le point sur le poids du groupe en région et sur la tenue des marchés immobiliers régionaux.
Cécile Chaigneau

3 mn

L'immeuble Diver'City, sur le quartier Eurêka à Montpellier, accueille le nouveau siège social de Digit RE Group.
L'immeuble Diver'City, sur le quartier Eurêka à Montpellier, accueille le nouveau siège social de Digit RE Group. (Crédits : DR)

Créé en janvier 2016, Digit RE Group est un pôle immobilier (un temps propriété d'Artémis, la holding patrimoniale de François Pinault, mais passé sous le contrôle de la société d'investissement LFPI en décembre 2018) destiné à piloter l'ensemble des marques du groupe.

Parmi les marques, figurent les quatre réseaux de 4 200 conseillers immobiliers indépendants que sont Capifrance, OptimHome, Refleximmo et Immobilier-Neuf. Mais aussi Drimki (estimation en ligne), Coworkimmo (espaces de coworking pour les conseillers des réseaux), Dili (achat express de biens immobiliers) et Digit RE Académie (formation des conseillers).

Le 12 décembre, Digit RE Group inaugurait officiellement son nouveau siège social, qu'Olivier Colcombet, le P-dg, préfère appeler « Campus », dans le tout nouvel immeuble Diver'City dans le quartier Eurêka, à Castelnau-le-Lez (34).

700 emplois direct en Occitanie

L'immeuble Diver'City (R+3) a été construit par Linkcity (filiale de Bouygues Construction), qui est propriétaire des lieux (et en occupe un étage). Digit RE Group y loue 2 700 m2 sur trois niveaux depuis l'été dernier.

« Notre objectif était de rassembler les équipes qui étaient éparpillées, d'accélérer la synergie entre les membres du groupe, entre nos marques, d'améliorer l'environnement de travail, déclare Olivier Colcombet. Nous hébergeons ici notamment les fonctions transverses comme la Digital Factory qui gère tout ce qui est développement technologique et numérique. »

Le dirigeant se plait à souligner qu'en Occitanie, le groupe représente 700 emplois directs, soit 200 salariés sur le Campus et près de 500 conseillers indépendants. Au national, il réalise un chiffre d'affaires 2019 de 180 M€, et annonce 24 000 transactions immobilières en 2019 (dont 2 178 en Occitanie) et 8 millions de visiteurs sur ses sites internet.

En 2018, Digit RE Group avait initié son concept de L'Atelier, des concept-stores en centre-ville dont l'objectif est de renforcer la proximité avec les clients et de générer du trafic de prospects. Après Paris (qui en compte deux) et Montpellier, le groupe annonce avoir ouvert des Ateliers dans une dizaine de grandes villes en France « là où il y a la densité car ce sont des lieux de rencontre... Les conseillers travaillent en home office, en équipe dans les Ateliers avec des managers, et en réseaux dans les centres de coworking. L'autonome n'est jamais seul ! ».

Des écarts de prix frappants

Dans son analyse du marché de l'immobilier, Olivier Colcombet souligne le million de transactions qui sera atteint en France en 2019, « un niveau jamais atteint, notamment grâce aux taux d'intérêt très bas mais aussi au phénomène d'exode rurale qui génère des demandes et donc des transactions dans les centres-villes ».

Il confirme la tendance partout observée des prix qui continuent d'augmenter (une moyenne de 3 472 €/m2 signé en France dans l'ancien - source Drimki). Toujours selon Drimki, les prix des appartements dans l'ancien ont augmenté de 4,3 % à Montpellier (3 062 €/m2), de 6,3 % à Toulouse (3 411 €/m2), de 0,7 % à Perpignan (1 525 €/m2), mais ont baissé de 7,3 % à Nîmes (2 074 €/m2) et de 4,5 % à Béziers (1 453 €/m2).

« Ce qui me frappe le plus, c'est l'écart entre Nîmes et Toulouse ! », s'étonne-t-il.

Selon Drimki, le pouvoir d'achat immobilier (pour deux revenus médians) dans les principales villes de la région Occitanie permet d'acheter 86 m2 à Toulouse et 75 m2 à Montpellier, mais 113 m2 à Nîmes, et même 135 m2 à Perpignan.

Cécile Chaigneau

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.