Événementiel : le salon de l’immobilier de Montpellier teste le format online

 |  | 574 mots
Lecture 3 min.
Les organisateurs du salon de l'immobilier de Montpellier ont développé une plateforme numérique accueillant la première version online de la manifestation.
Les organisateurs du salon de l'immobilier de Montpellier ont développé une plateforme numérique accueillant la première version online de la manifestation. (Crédits : DR)
Contexte sanitaire oblige, le traditionnel salon de l’immobilier de Montpellier prend un format 100 % digital pour sa 20e édition qui démarre ce vendredi 25 septembre jusqu’au 2 octobre. Vitrine de l’immobilier neuf en région, la manifestation espère attirer les investisseurs dans cette version inédite.

C'est ce vendredi 25 septembre à 10 h que s'ouvre un salon de l'immobilier de Montpellier sous un format inédit : 100 % digital.

Bien avant que le département de l'Hérault soit classé en zone d'alerte renforcée (imposant de réduire la jauge des grands événements à 1 000 personnes), le salon de l'immobilier qui devait se tenir au Parc des expositions de Montpellier avait été annulé, tout comme celui du mois de mars au Corum.

Les organisateurs ont décidé de le maintenir malgré tout, mais dans une version online. La plateforme numérique dédiée est donc virtuellement ouverte jusqu'au 2 octobre.

« Ce salon immobilier online une première en France, déclare Guilhem Michel, organisateur du salon. Les villes de Marseille, Toulouse ou Paris ont annulé mais nous, nous le maintenons. Depuis l'ouverture de la plateforme, beaucoup de Parisiens, Lyonnais, Strasbourg se sont connectés. Nous allons accueillir une nouvelle clientèle... Cette plateforme sera par la suite associée à tous nos salons, en complément de l'édition physique. »

Stands virtuels mais échanges réels

Le salon online propose de naviguer dans divers halls d'expositions virtuels, correspondant aux espaces que propose habituellement le salon en présentiel (promotion, maisons individuelles, agences immobilières, conseils, organismes financiers). Une cinquantaine d'exposants sont inscrits, « et les gens peuvent discuter avec leurs équipes, pas avec des robots ! », précise Guilhem Michel.

« On subit une crise sans précédent et nos métiers évoluent, observe Laurent Villaret, le président de la FPI Occitanie Méditerranée. Malgré la crise, les demandes d'acquisitions en résidence principale ou en investissement locatif se sont bien redressées, les ventes sont reparties, Montpellier attire toujours. Mais l'offre immobilière n'est pas assez élevée par rapport à la demande, il n'y en aura pas pour tout le monde... La FPI va lancer une plateforme de vente en directe, baptisée "La vitrine du neuf", ouverte aux promoteurs, et à terme, nous ferons des ponts entre ce site et ce salon digital. »

« Surenchère foncière inacceptable »

La manifestation est l'occasion, pour la nouvelle équipe municipale en place, de rappeler ses grandes orientations en matière d'aménagement urbain et de logements.

Maryse Faye, adjointe au maire de Montpellier, déléguée à l'urbanisme durable et à la maîtrise foncière, rappelle ainsi que « le PLUI ne sera applicable qu'à partir de 2023 en raison du retard pris sous la mandature précédente » mais invite les professionnels de l'immobilier à travailler avec la collectivité sur la maîtrise foncière : « Nous voulons densifier là où il existe déjà des équipements publics. Et nous devons accueillir toutes les classes de la population et trouver du logement social partout. Cela demande de travailler sur le foncier, or la surenchère foncière qui se pratique est catastrophique, ce n'est pas acceptable ».

« Il est important de redéfinir des stratégies de long terme, renchérit Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de la Métropole. Nous n'avons pas dit on arrête tout ! Mais les gens voient des immeubles pousser partout et n'importe comment dans la ville. Il faut que nous augmentions notre programmation en ZAC... Dans un 2e temps, nous identifierons les nouveaux territoires de projets, par exemple, la ZAC Pagezy. Enfin dans un 3e temps, l'affaire des frontières : nous avons envie de nous parler avec les communes voisines de Montpellier, pour élaborer ensemble une stratégie à l'échelle urbaine. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :