En Occitanie, les promoteurs immobiliers digitalisent (encore plus) la relation clients

 |  | 824 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
La Fédération des promoteurs immobiliers Occitanie Méditerranée pousse un cran plus loin la digitalisation de la vente de logements neufs en créant "La vitrine du neuf", une plateforme inédite de mise en relation des acquéreurs avec les promoteurs.

C'est le sens de l'histoire (la digitalisation croissante de tous les métiers), mais c'est aussi en grande partie le fruit de la crise sanitaire qui a rendu la tâche des promoteurs immobiliers plus complexe en les obligeant à fermer leurs traditionnelles bulles de vente sur les sites-mêmes des programmes immobiliers (habituellement à proximité du chantier) et en les privant de salon et donc de rencontre avec leurs potentiels acquéreurs...

Le 16 mars, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) Occitanie Méditerranée annonce le lancement d'une plateforme inédite, baptisée « La vitrine du neuf ». Elle vient répondre aux exigences de digitalisation du métier, en miroir avec les évolutions sur ce marché, impulsées par les acquéreurs de biens immobiliers.

« Nos process commerciaux ont évolué et l'acte d'achat d'un bien immobilier passe de plus en plus par internet, observe en préambule Laurent Villaret, le président de la FPI Occitanie Méditerranée (et directeur associé du groupe GGL-Hélénis). On ressent chez les acquéreurs un besoin de retour au circuit court, accéléré par la crise du Covid-19. La crise a fait exploser les chiffres du e-commerce et nous avons voulu anticiper... Aujourd'hui, il n'est plus imaginable de mettre une bulle de vente sur le site d'un programme immobilier, et l'absence de salon a été quelque chose de très prégnant. Avec cette plateforme, les acquéreurs ont accès à l'ensemble de l'offre toute l'année. Ce n'est pas un site marchand mais un site de mise en relation, et ensuite, chaque promoteur gère sa relation clients. »

Philippe-Antoine Brouillard, vice-président de la FPI Occitanie-Méditerranée (et directeur général chez Vestia Promotions), rajoute qu'« aujourd'hui, 80% de nos acquéreurs utilisent internet pour acheter un bien immobilier et 66% passent par internet pour prendre contact avec le vendeur ».

Cartographie et comparateur

La décision a été prise en juin 2020 et la FPI s'est fait accompagner pendant six mois par la startup montpelliéraine Etiseo, qui a conçu la plateforme, opérationnelle à compter de ce jour.

« Il s'agit d'une plateforme unique en France, qui met en contact acheteurs et promoteurs sans intermédiaire, précise Philippe-Antoine Brouillard. L'offre de la cinquantaine d'adhérents à la FPI Occitanie Méditerranée y est centralisée et traitée de la même manière. Les acquéreurs y trouveront une carte avec la localisation exacte des programmes immobiliers. Ils cliquent sur un programme et accèdent à sa fiche avec l'ensemble des lots, les caractéristiques et un comparateur. Dès le 3e clic, ils peuvent prendre rendez-vous avec le promoteur. »

L'outil comparateur permet de constituer un "panier" et d'afficher de manière claire le prix, la superficie du logement, la superficie du jardin s'il y en a un, le nombre de places de parking, l'orientation du logement, l'étage et les dates de livraison. L'acquéreur potentiel peut également calculer la distance entre le logement et l'école la plus proche par exemple.

« Aujourd'hui, 500 lots sont référencés sur La Vitrine du neuf, et on montera à 1.000 ou 1.500, soit 70% de l'offre de logements neufs sur la région de l'ex-Languedoc-Roussillon, précise Philippe-Antoine Brouillard. Pour le moment, il n'y a que des logements, mais nous souhaitons faire évoluer la plateforme sur l'ensemble des produits accessibles, donc à terme, il y aura aussi les résidences gérées, les logements en réhabilitation et de l'offre de bureaux. »

« L'acte de vendre fait partie de notre métier »

Comment l'initiative est-elle perçue par les prescripteurs, qui, en tant qu'intermédiaires, pourraient y perdre des transactions ?

« Les prescripteurs ont accès à la plateforme, où ils trouvent facilement toute l'offre disponible, et peuvent démarcher les promoteurs, alors qu'avant, chaque promoteur avait sa propre plateforme ou son site internet dans son coin, répond Philippe-Antoine Brouillard. On ne concurrence pas les agences immobilières ou les réseaux de vente classique, la plateforme est complémentaire. »

Laurent Villaret rappelle que « globalement, la vente directe a beaucoup baissé au fil du temps (de 50% à 15% selon les programmes, NDLR) car nos outils sont devenus désuets. On veut retrouver cet équilibre car l'acte de vendre fait partie de notre métier ».

« Cette plateforme, qui est une vitrine pour la profession, est une démarche locale, ajoute-t-il. Nous espérons qu'elle fera référence et que l'initiative sera suivie nationalement. »

Le président de la FPI Occitanie Méditerranée en profite pour passer un message politique à l'attention notamment du président de la métropole montpelliéraine, Michaël Delafosse : « Nous espérons aussi qu'une offre en logements abordables va être proposée sur la métropole pour que nous la référencions également sur la plateforme... D'un PLH (programme local de l'habitat, ndlr) de 2.600 logements par an, ce serait bien de monter à 4.000, avec 1.000 logements abordables et au moins 500 logements réhabilités par an ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :