Plan social chez Cameron à Béziers : l’heure des négociations

 |   |  467  mots
Le site de Béziers produit des vannes et têtes de puits pour forage pétrolier
Le site de Béziers produit des vannes et têtes de puits pour forage pétrolier (Crédits : Edouard Hannoteaux)
Le site industriel de Cameron, à Béziers, a commencé l’été dans la tourmente, avec l’annonce d’un plan de sauvegarde de l’emploi qui menace 249 salariés sur les 776 d’ici la fin 2016. Des négociations ont démarré.

Après un plan d'activité partielle validé par l'État et mis en œuvre au 1er juillet, la direction de Cameron Béziers (34) avait annoncé, le 6 juillet, un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) de 249 suppressions de postes sur les 776 que compte l'entreprise.

Spécialisé dans la fabrique de valves et tubes de forage pour l'industrie du pétrole et racheté en avril 2016 par Schlumberger, le groupe évoque notamment la chute de la consommation de pétrole et la baisse des cours du pétrole, générant une réduction des investissements et des activités d'exploration dans le monde.

« Une crise profonde et durable, qui a entraîné une diminution du plan de charge de 69 % en 2015 et des prises de commandes de 90 % depuis le début 2016 », selon Éric Schmidt, le porte-parole de Cameron.

« 2013, 2014 et 2015 sont les trois meilleures années de toute l'histoire de l'entreprise en termes de chiffre d'affaires et de bénéfices », rétorque Thomas Bretaudeau, représentant CGT, qui reconnaît cependant la baisse de commandes.

Un outil industriel à préserver

Les représentants syndicaux (CGT, FO, CFDT) pointent la centralisation de certaines fonctions support et leur délocalisation de Béziers.

« C'est le...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :