Extracthive rachète la plate-forme chimique Isochem en Isère

 |   |  483  mots
Extracthive est spécialisée dans le recyclage de déchets industriels
Extracthive est spécialisée dans le recyclage de déchets industriels (Crédits : Extracthive)
Trente mois après sa création, Extracthive, start-up gardoise essaimée du CEA Marcoule, a annoncé, le 22 novembre, le rachat de la plate-forme chimique Isochem à Pont-de-Claix (38). Après ce renfort industriel, elle anticipe un triplement de son chiffre d’affaires en 2018.

Après avoir fait l'acquisition, en janvier dernier, du site industriel Abrasifs du Midi à Sorgues (84), Extracthive, spin-off du CEA spécialisée dans le recyclage de déchets industriels et basé à Bagnols-sur-Cèze (30), a annoncé officiellement, mercredi 22 novembre, le rachat de la plate-forme chimique Isochem, en Isère.

Un pari sur les déchets de demain

En redressement judiciaire, Isochem, ancienne filiale de la Société Nationale des poudres et des explosifs (SNPE) appartenant au groupe allemand Aurelius, possède quatre sites en France. Pour un euro symbolique, Extracthive vient de se porter repreneur des actifs du site Pont-de-Claix, dédié à l'agrochimie.

« Lorsque, avec mon associé Frédéric Goettmann (le président de l'entreprise, NDLR), nous avons créé Extracthive, nous avions la volonté d'être indépendants très rapidement, rappelle Christophe Dondeyne, le directeur général d'Extracthive. Le rachat de la SA Abrasive du Midi nous a permis de nous positionner comme un acteur industriel du traitement physique des déchets (broyage, tri...). La reprise, aujourd'hui, de Pont-de-Claix représente une formidable opportunité pour monter en puissance sur la partie traitement chimique. Par la même occasion, en ne nous contentant plus de développer des procédés, nous envoyons un message fort à nos (futurs) investisseurs. »

Le contrat du site, qui court jusqu'à fin 2019, va permettre à la start-up gardoise d'assurer la transition avant de préparer une bascule de ses activités. « D'ici deux ans, confie le DG, nous avons dans l'idée d'industrialiser nos propres technologies en nous spécialisant sur le marché prometteur des déchets de demain (composites...). Sans le rachat de ces deux sites, cela nous aurait pris dix ans. »

Dupliquer le modèle en Europe

Spécialisée dans la R&D de solutions de traitement de déchets industriels pour de grands groupes (pharmaceutiques, agrochimiques et métallurgiques), Extracthive est en voie de trouver son modèle économique en devenant un acteur industriel à part entière. La levée de fonds de 5 M€, suspendue le temps du rachat du site de Pont-de-Clay, est de nouveau dans les clous et devrait s'achever au printemps 2018. Elle va permettre de favoriser de nouveaux projets, principalement le financement d'équipements de type automatisés (pilotage à distance...).

Par ailleurs, la société vient de franchir le cap du premier million d'euros de chiffre d'affaires.

« Nous envisagions de réaliser un million de chiffre d'affaires en 2017 ; toutefois, franchir ce palier avant la fin de l'année montre que notre croissance s'accélère, se félicite Christophe Dondeyne. Et la reprise de Pont-de-Claix va nous permettre, l'an prochain, de tripler notre CA. »

Avec ses deux filiales, Extractive compte désormais 28 salariés et envisage le recrutement, d'ici deux ans, de six ou sept nouveaux collaborateurs. La start-up, qui compte CEA Investissement et deux parrains dans son actionnariat, espère pouvoir, à l'avenir, dupliquer son modèle économique en Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :