Rochette Industrie réussit sa percée dans l'aéronautique

 |   |  405  mots
Pierre-Damien Rochette, DG du groupe biterrois
Pierre-Damien Rochette, DG du groupe biterrois (Crédits : Edouard Hannoteaux)
Rochette Industrie perçoit les dividendes de sa stratégie de diversification dans l'aéronautique lancée en 2016 : le groupe biterrois a annoncé, le 13 février, qu'il vient de signer un contrat de 4,6 M€ avec un équipementier majeur. Après une 1e tranche d'investissements de 450 000 €, il pourrait investir autant en 2018.

Après le lancement, en 2016, d'un plan visant à porter la part de l'aéronautique de 13 à 55 % de son activité d'ici 2020, le groupe biterrois Rochette Industrie vient d'annoncer une percée sur ce secteur: la signature, en décembre 2017, d'un contrat de 4,6 M€ sur quatre ans avec "un équipementier majeur du secteur". En fin d'année dernière, le fabricant de sous-ensembles spécialisés réalisait déjà 15 % de son chiffre d'affaires (14 M€) sur ce créneau.

"Nous voulons profiter de la crise dans le secteur pétrolier (le métier historique de Rochette Industrie : voir ci-dessous, NDLR) pour réutiliser nos ressources humaines et financières là où se trouve le marché, explique Pierre-Damien Rochette, directeur général de Rochette Industrie. Les compagnies aériennes asiatiques achètent actuellement beaucoup d'avions, ce qui génère de grands besoins en sous-traitance."

De nouveaux investissements

En appui de ce 1er marché, Rochette Industrie a bouclé, en janvier 2018, une tranche d'investissements de 450 000 €, avec notamment l'achat de nouvelles machines sur son site biterrois. Elle envisage dorénavant de lancer un 2e plan d'investissements, du même montant, pour y installer une nouvelle ligne de production dédiée à l'aéronautique au cours du 2e trimestre 2018.

En effet, la société a déjà été consultée par un 2e client du secteur pour la production de petits ensemble. Au total, ce sont trois appels d'offres supplémentaires sur lesquels Rochette Industrie a été retenue.

"Nous réalisons une première série de livrables en février. J'attendrai deux mois de production pour déterminer si nous pouvons tenir les prix que nous annonçons, et donc pour lancer cette 2e tranche d'investissements", précise Pierre-Damien Rochette.

La bonne santé de la verrerie

Par ailleurs, Rochette Industrie (130 salariés) dispose de quatre sites spécialisés en France : Mecanic Sud Industrie et Mecanic Sud Aftermarket (pétrole) à Béziers, Mecanic Centre Aeroptic (aéronautique) à Roche-la-Molière, et Mecanic Sud Services (verrerie) à Maureilhan. Le groupe enregistre aussi de bons résultats sur ce dernier métier - un autre axe majeur de son plan pour 2020 -, avec une activité en hausse de 10 % en un an.

"Nous avons la volonté de travailler avec d'autres sites que le nôtre, à Maureilhan, et nous avons recruté dix collaborateurs en ce sens, conclut Pierre-Damien Rochette. Nous prévoyons d'embaucher trois de plus pour être présents dans les autres verreries régionales."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :