Incitius arrime sa croissance à Total et au plus grand gisement qatari

 |   |  494  mots
L'une des plates-formes opérées par NOC dans Al Shaheen, le plus grand champ pétrolifère qatari
L'une des plates-formes opérées par NOC dans Al Shaheen, le plus grand champ pétrolifère qatari (Crédits : NOC)
Incitius, éditeur de logiciels autour du format PDF, travaille avec les pétroliers, et notamment Total, retenu en 2016 pour exploiter le plus grand gisement gazier du Qatar. La signature d'un 1er contrat, en 2017, a permis à la PME montpelliéraine de progresser de 90 %, alors que d'autres opportunités de croissance se profilent dans la même région.

En 2016, Total a remporté un appel d'offres lancé par Qatar Petroleum pour l'exploitation d'Al Shaheen, le plus grand champ pétrolifère et gazier du pays, précédemment attribuée au Danois Maersk Oil. Les deux partenaires ont créé une joint venture, baptisée North Oil Company (NOC), qui a elle-même lancé un appel d'offres pour la phase de transition avec Maersk : l'un des lots a été remporté, en 2017, par l'entreprise montpelliéraine Incitius.

Percée au Moyen-Orient

Société d'édition de logiciels spécialisée dans le format PDF et créatrice du format iPDF (PDF intelligent et interactif pour l'industrie), Incitius travaille avec de grands industriels (Sanofi, Arkema, etc.), parmi lesquels Total, son principal client. Le contrat signé avec NOC s'est traduit par une croissance de 90 % : la PME a porté son chiffre d'affaires de 800 000 € (moyenne sur les trois exercices précédents) à 2,5 M€ sur la seule année 2017.

"Nous sommes chargés de récupérer une masse très importante de documentation et de données à l'occasion de cette transition, ce que notre technologie, mise au point il y a dix ans, facilite grandement, explique Laurent D'Amico, président d'Incitius. Vu l'énormité de ce marché, il y a eu quelques réticences à nous le confier, mais notre savoir-faire et les leviers financiers trouvés (notamment 300 000 € accordés par bpifrance, NDLR) nous ont permis de le remporter."

Pour Incitius, la signature de ce contrat doit ouvrir des débouchés dans la région, et la PME prévoit de signer d'autres contrats significatifs en 2019 : ses produits sont déployés chez des industriels comme Technip ou McDermott, qui travaillent déjà avec les partenaires et les sous-traitants de NOC. "Et nous espérons vendre aussi directement à NOC", poursuit Laurent D'Amico.

"Nous récupérons des projets de transition existants, tel que celui d'Al Shaheen, mais Total en a plusieurs autres en cours. Nous sommes en contact avec certaines de ses grosses filiales - en Angola, au Gabon, en Écosse, etc. - mais aussi avec les directions marketing, gaz, électricité, et autres, au sein du groupe."

Diversification en cours

Par ailleurs, Incitius vient de lancer un plan de recherche pour diversifier sa technologie vers des secteurs industriels hors pétrole, et des secteurs non industriels, où elle espère réaliser 50 % de son activité d'ici trois à cinq ans. L'Héraultais compte déjà des clients dans l'aéronautique, l'automobile, le nucléaire ou la pharmacie, et cite la banque-assurance comme une des ses priorités pour 2020.

"Au lieu de proposer des offres 100 % sur mesure comme nous le faisons avec les grands industriels, nous allons développer des offres prépackagées pour ces nouveaux marchés", indique Laurent D'Amico.

Incitius compte 20 salariés (dont 30 % de sous-traitants), après avoir doublé ses effectifs en 2017. La PME prévoit de stabiliser son chiffre d'affaires à 2 M€ en 2018, avant d'enregistrer de nouvelles hausses à partir de 2019 au vu des développements en cours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :