Neocean va lancer l’Overboat, "catamaran" volant à propulsion électrique

 |   |  720  mots
L'Overboat, conçu par Neocean à Montpellier, sera commercialisé fin 2019
L'Overboat, conçu par Neocean à Montpellier, sera commercialisé fin 2019 (Crédits : Neocean)
Doté de technologies innovantes, notamment un moteur électrique, un foil articulé et un système de pilotage automatique, l’Overboat est désormais abouti. Neocean, l’entreprise qui l’a conçu, lancera la commercialisation de cette alternative écologique au scooter des mer en fin d'année, essentiellement auprès des loueurs français et européens.

À l'origine, Vincent Dufour est océanographe. Mais il a aussi une forte appétence pour la création d'entreprise. C'est lui qui avait ainsi créé, il y a vingt ans, Aquafisch Technology, une start-up issue de ses travaux de recherche et qui visait à développer l'élevage de poissons en bassin sur la base de larves pêchées en pleine mer.

Début 2019, Vincent Dufour a créé Neocean à Montpellier, aboutissement d'une réflexion de trois ans et d'un programme de R&D de 1 M€, mené avec une équipe de quatre ingénieurs ayant des compétences complémentaires en hydrodynamique, électronique et robotique, et appuyée par des équipes des laboratoires de l'Université de Montpellier : Daniel Matt (professeur d'électromécanique à l'IES et IUT de Nîmes), Laurent Latorre (professeur d'électronique embarqué au LIRMM et à Polytech), Lionel Lapierre (professeur de robotique sous-marine au LIRMM) et Loïc Daridon (professeur de Mécanique au LMGC).

Le projet est incubé par la SATT AxLR, avec qui Neocean a signé, le 5 juillet, une convention d'exploitation. La veille, l'entreprise avait été labellisée par le consortium Occitanie Tech Seed, un label permettant à l'entreprise de lever jusqu'à 250 000 € d'obligations convertibles par effet de levier auprès de Bpifrance.

Articulations brevetées et algorithme de pilotage

Neocean a conçu un catamaran individuel léger, baptisé Overboat, propre et silencieux, équipé des dernières technologies procurant des sensations de glisse inédites et l'impression de voler sur l'eau.

L'Overboat, premier bateau électrique à foil autorégulé, décolle à 7,5 nœuds (14 km/h) et peut atteindre 15 nœuds (28 km/h) en vitesse maximale. Homologué en catégorie D, il ne nécessite pas de permis.

« Nous sommes propriétaires de toute la technologie, précise Vincent Dufour avant de détailler les avancées innovantes dont est équipé l'Overboat. Cette technologie repose sur trois piliers. Tout d'abord un moteur électrique très innovant avec un rendement très élevé et parfaitement adapté aux bateaux. Ensuite, un foil en "T inversé", l'architecture la plus efficace car la mieux profilée et la moins encombrante sous le bateau, avec des systèmes d'articulation brevetés. Et enfin technologie de régulation automatique, que l'on a brevetée également, avec des capteurs qui analysent la position du bateau sur l'eau - vitesse, altitude, tangage, roulis, etc. -, et un algorithme qui fait des calculs et envoie des signaux de contrôle au foil articulé. C'est une technologie analogue à celle d'un pilote automatique d'avion. »

Ni bruit, ni pollution

Avec une autonomie de deux heures à une vitesse moyenne de 12 nœuds (soit 35 km de rayon d'action) et une batterie qui se recharge en une heure seulement, l'Overboat consomme peu d'énergie, et n'émet aucun bruit ni aucune pollution.

"Plus léger qu'un jet-ski et facile à manier, contrairement à un foil, il permet à tout le monde de trouver le plaisir de la glisse, s'adapte à de nombreux usages, et respecte l'environnement marin", souligne Vincent Dufour.

On ne trouvera pas l'Overboat cet été, car il sera mis sur le marché seulement fin 2019, en version monoplace, « au prix d'un peu moins de 30 000 € HT » et avec un objectif de rentabilité à trois ans. Sa production sera sous-traitée, notamment auprès du chantier naval SCC à Balaruc-les-Bains (34) pour la fabrication de la coque.

D'ici la fin de l'année, Neocean recherche quelque 1 M€ de fonds, qu'elle lèvera notamment grâce au dispositif Occitanie Tech Seed, afin de financer la commercialisation et le développement de la version biplace et triplace (jusqu'à 200 kg de poids de charge), prévue pour la fin 2020.

Alternative au jet-ski

"Nous nous adressons plutôt à un marché BtoBtoC, précise Vincent Dufour. Il y aura probablement quelques early-adopters, des personnes aisées avec une résidence sur le littoral ou au bord d'un lac, mais nous visons surtout les loueurs français et européens de jet-ski pour une clientèle qui n'a pas de permis ou qui a peur des jet-skis puissants et bruyants. Et il y a une grosse demande... L'Overboat est une alternative écologique pour retrouver le plaisir de la glisse."

Dès 2020, le dirigeant de Neocean prévoit déjà une extension de sa technologie aux autres bateaux : "Le potentiel est très élevé car il existe peu d'offre actuellement pour motoriser les bateaux électriques".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/07/2019 à 11:55 :
Après le scandale sans lendemain, des see bubble financés par Bercy et la mairie de Paris, une nouvelle start up va lever des fonds sur un projet fantôme dont la seule finalité est de détourner de l'argent du contribuable. Le scandale des avions renifleurs de Giscard est déjà oublié, et la naiveté reprend le dessus au profit de ces marchands d'illusions qui ont en face d'eux des littéraires et non des techniciens .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :