Eco-Tech Ceram ambitionne de devenir leader mondial du stockage de chaleur

Spécialisée dans la valorisation et le stockage d’énergie, la société catalane Eco-Tech Ceram annonce vouloir lever 6 millions d’euros pour déployer un plan d’action commercial à l’international. Lauréate du Concours mondial de l’innovation, la société ouvre son capital à Bpifrance.

4 mn

Eco-Tech Ceram a installé il y a un an, de son premier Eco-Stock chez le fabricant de tuiles Tegulys Céramiques et Développement, à Meymac en Corrèze.
Eco-Tech Ceram a installé il y a un an, de son premier Eco-Stock chez le fabricant de tuiles Tegulys Céramiques et Développement, à Meymac en Corrèze. (Crédits : Eco-Tech Ceram)

L'entreprise Eco-Tech Ceram, basée à Rivesaltes (66), vient d'être lauréate de la troisième phase du Concours mondial de l'innovation 2020 pour sa solution d'optimisation énergétique Eco-Stock.

« Cette consécration permet aujourd'hui d'accélérer le développement d'Eco-Tech Ceram, annonce Antoine Meffre, le fondateur d'Eco-Tech Ceram. Aussi nous amorçons une phase de levée de fonds estimée à 6 millions d'euros. Bpifrance entrera dans notre capital à hauteur de 50% de cette levée. »

Une solution clé en main

Depuis la création de l'entreprise en 2014, Antoine Meffre a un leitmotiv : proposer la solution de stockage de chaleur la moins cher possible mais avec une haute performance écologique.

Après 5 ans de R&D, l'entreprise a mis au point un accumulateur de chaleur conçu à partir de céramiques réfractaires issues de l'économie circulaire et permettant de stocker 2 MWH à 600°C. Le fonctionnement est simple : l'air chaud des cheminées est aspiré et envoyé dans l'Eco-Stock qui se charge en chaleur. Grâce à un système de plug&play, la chaleur peut être valorisée directement sur place.

Entre 2014 et 2019, Eco-Tech Ceram a déposé 5 brevets et investi près de 5 millions d'euros (subventions et deux levées de fonds) avant de constater que les industriels, très intéressés par cette solution, n'avaient pas suffisamment d'argent pour investir dans l'efficacité énergétique.

« Les marges de l'industrie lourde sont faibles, la concurrence est exacerbée, analyse Antoine Meffre. Aussi les industriels investissent essentiellement dans leurs outils de production. Conscients de cette problématique, nous nous sommes penchés en 2019 sur des solutions de tiers-financements, le but étant de proposer à l'industriel une solution clé en main, à la fois technique et financière. »

Evalué entre 400.000 € et 1 million d'euros en fonction de la taille et de la complexité de l'installation, le coût de l'Eco-Stock est finançable à 100%. L'objectif est de lever les verrous des dépenses d'investissement pour les industriels, de réduire le temps de retour sur investissement, et ainsi d'accélérer les économies d'énergie.

Arcelor Mital et Villeroy et Boch intéressés

Le 20 novembre dernier, Eco-Tech Ceram inaugurait officiellement la mise en place, il y a un an, de son premier Eco-Stock chez le fabricant de tuiles Tegulys Céramiques et Développement, basé à Meymac en Corrèze.

« Après douze mois d'exploitation, les résultats sont excellents, se félicite le dirigeant d'Eco-Tech Ceram. Tegulys a amélioré de 10% son efficacité énergétique - 140 MWh de gaz ont été économisés et 35 T de CO2 - et de 10% son gain de productivité. De notre côté, ce retour d'expérience a permis d'améliorer la solution en passant à un mode automatisé. »

Pensé pour être ultra modulaire et non intrusif (en moyenne trois mois de travaux d'installation sans arrêt d'usine), fabriqué entièrement en France avec un réseau de partenaires, la solution Eco-Stock semble intéresser des pontes de l'industrie lourde.

« Plusieurs contrats sont en cours de négociation avec des industriels dont Arcelor Mital et Villeroy et Boch », assure Antoine Meffre.

Installation de 100 Eco-Stocks d'ici 2024

Accompagnée dès le départ par l'ADEME et la Région Occitanie, dans le cadre de sa stratégie Région Energie Positive (REPONS), et surfant sur la vague de décarbonation de l'industrie impulsée par le Plan France Relance, Eco-Tech Ceram dit vouloir actionner, avec cette nouvelle levée de fonds, un plan commercial agressif.

« Nous avons comme objectifs de nous développer à l'international et de recruter 50 commerciaux d'ici 2024, indique Antoine Meffre. L'ouverture d'une antenne dans les Hauts-de-France est imminente. Dès 2022, nous visons l'Allemagne et la Scandinavie, puis en 2023 les Etats-Unis et l'année suivante la Chine. Notre ambition est d'installer 100 Eco-Stocks d'ici 2024 pour un chiffre d'affaires de 60 millions d'euros. L'urgence environnementale est sans précédent. Notre solution est prête, il n'y a plus de freins. »

Si tout se passe comme il le souhaite, Eco-Tech Ceram pourrait envisager en 2021 un déménagement de son siège social dans la région toulousaine.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.