En Lozère, ArcelorMittal investit 13 millions d’euros sur le créneau de l’électromobilité

 |  | 732 mots
Lecture 4 min.
La future ligne de production d'acier nouvelle génération pour l'électromobilité sur le site d'ArcelorMittal de Saint-Chély-d'Apcher devrait être mise en service en 2022.
La future ligne de production d'acier nouvelle génération pour l'électromobilité sur le site d'ArcelorMittal de Saint-Chély-d'Apcher devrait être mise en service en 2022.
Spécialisé dans les aciers électriques haut de gamme, le site ArcelorMittal Méditerranée, situé à Saint Chély d’Apcher en Lozère, va investir 13 millions d’euros en 2021. Objectif : développer la production d’acier nouvelle génération pour les voitures électriques.

Le groupe de sidérurgie ArcelorMittal annonce un investissement de 13,27 millions d'euros en 2021 sur son usine (centenaire) de Saint-Chély-d'Apcher, en Lozère.

Ce site industriel emploie 200 salariés et fait travailler 50 sous-traitants. Le groupe annonce livrer, depuis Saint-Chély-d'Apcher, quelque 150 clients partout dans le monde, soit un chiffre d'affaires de 94 millions d'euros réalisé à 75% à l'export, dont 25% hors d'Europe.

Spécialisée dans les aciers électriques haut de gamme, l'usine lozérienne produit pour le secteur automobile et en particulier pour le marché des véhicules électriques et hybrides, pour le secteur de la production d'énergie (hydro-électricité, éolien, nucléaire,...), pour les moteurs industriels, et les biens de consommation (électroménager, outillage,...).

Le nouveau plan d'investissement est destiné à transformer l'usine actuellement orientée marché-industrie en une usine automobile, en développant de nouvelles générations d'acier pour l'électromobilité. Autre objectif : se démarquer par une empreinte carbone exemplaire.

La production de la nouvelle ligne devrait démarrer en 2022.

Un avenir pour les activités industrielles

ArcelorMittal Méditerranée, qui annonce « ne pas donner de nouvelle interview à ce stade », rappelle que ces nouveaux investissements sur la modernisation de l'outil industriel s'inscrivent dans un virage amorcé en 2013 avec la mise en service d'une ligne de recuit continu pour un montant de 90 millions d'euros.

« C'est une bonne nouvelle dans une période et un environnement économique complexe, déclare Bruno Ribo, directeur d'ArcelorMittal Méditerranée, dans un communiqué. Ce projet est un parfait exemple qui montre que grâce au soutien de politiques publiques appropriées, les activités industrielles peuvent avoir un avenir. Notre démarche d'investissement à Saint-Chély s'inscrit dans la durée. »

Constitution d'une société de projet, Apcher Invest

Le 19 janvier, a en effet été signé un accord entre Arcelor Mittal Méditerranée et la Société d'économie mixte d'Équipement pour le développement de la Lozère (SELO), portant sur la réalisation de ce projet de production d'acier spécifique à l'automobile électrique, soutenu par la Région Occitanie et son Agence régionale aménagement construction Occitanie (ARAC). La SELO et ArcelorMittal travaillent depuis mars 2020 sur ce projet. La SELO portera ainsi l'assistance à maîtrise d'ouvrage du projet.

Une société d'investisseurs privés, baptisée BOOSTERS 48, a été constituée. Dotée d'un capital de 800.000 euros, elle regroupe 16 investisseurs privés mobilisés par la Chambre de commerce et d'industrie de la Lozère. Elle sera actionnaire d'une société de projet, Apcher Invest, aux côtés de l'ARAC. Soit une société de projet composée de 80% d'investisseurs privés et de 20% par l'ARAC (200.000 euros). Apcher Invest portera un emprunt auprès de quatre banques lozériennes accordera un crédit-bail immobilier à ArcelorMittal.

Les vertus d'une collaboration publique-privée

« Dans la période actuelle, c'est une vraie satisfaction de voir un groupe international tel qu'ArcelorMittal parier sur l'avenir avec un projet industriel vertueux, associant économie et écologie, se réjouit Carole Delga, présidente de la Région Occitanie (qui s'engage sur 3,5 millions d'euros de garantie bancaire). Cette mobilisation est la preuve que nous pouvons maintenir et créer de l'emploi industriel dans notre pays, et notamment dans nos territoires ruraux et de montagne qui ont à cœur d'innover et de coopérer. C'est aussi la démonstration de la cohésion et de l'agilité des pouvoirs publics, plus que jamais nécessaires pour développer l'emploi. La Région répondra toujours présente pour soutenir ce type de projets porteurs de sens et de valeur ajoutée pour la Lozère, s'inscrivant pleinement dans les objectifs de notre Pacte Vert. »

De son côté, Sophie Pantel, présidente du Département de la Lozère et présidente de la SELO, évoque « une belle réussite collective avec un partenariat exemplaire qui associe le monde économique et la sphère publique en faveur de l'économie de la Lozère », saluant la mobilisation des acteurs privés et publics autour de ce projet.

« La SELO a joué un rôle majeur d'intermédiation et de coordination pour faire aboutir ce projet, d'autant que le site de Saint-Chély-d'Apcher était en concurrence avec d'autres sites d'ArcelorMittal en Europe, ajoute l'élue départementale. Ce dossier est l'illustration que la Lozère est un territoire d'excellence où l'on peut créer de l'activité économique, innover. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :