« Nous avons neuf ans pour devenir un grand de l’hydrogène » (Florence Lambert, P-dg de Genvia)

 |  | 1511 mots
Lecture 8 min.
Florence Lambert, présidente de Genvia, prendra ses fonctions le 1er mars 2021.
Florence Lambert, présidente de Genvia, prendra ses fonctions le 1er mars 2021. (Crédits : DR/Pierre Jayet)
INTERVIEW. Depuis Béziers et l’usine Cameron-Schlumberberger, elle aura pour mission de piloter la co-entreprise Genvia avec pour ambition d’impulser le transfert industriel d’une technologie disruptive d'électrolyseur, développée par le centre de recherche grenoblois. Florence Lambert, nommée présidente de Genvia, prendra ses fonctions le 1e mars.

Florence Lambert prendra ses fonctions de P-dg de la co-entreprise Genvia le 1er mars prochain, et partagera son temps entre l'usine Cameron-Schlumberger de Béziers (34) et le CEA de Grenoble. La joint-venture disposera d'un conseil d'administration qu'elle qualifie de « prestigieux », composé de représentants des partenaires fondateurs : François Jacq et Philippe Stohr (respectivement administrateur général et directeur des énergies du CEA de Grenoble), Ashok Belani et Olivier Peyret (vice-président exécutif des nouvelles énergies, et président du marché français chez Schlumberger), Guy Sidos (P-dg du cimentier Vicat), Pascal Baylocq (président de Geostock, filiale du groupe VINCI Construction) et Stéphane Péré (directeur général de l'AREC Occitanie). Objectif de Genvia : rendre l'hydrogène décarboné compétitif par rapport aux autres sources d'énergies.

La Tribune - C'est entre autres votre expérience de vingt années au sein du CEA-Liten (l'un des principaux instituts dédiés à la transition énergétique en Europe) qui a orienté le choix de vous nommer à la tête de Genvia. Quel challenge cela représente-t-il pour vous ?

Florence Lambert - « Passer du côté industriel... Un de mes chevaux de bataille a toujours été d'être dans la transition énergétique. Soutenir une industrie, comme le sera Genvia, est une continuité dans le combat. C'est pouvoir se retrousser les manches et être du côté des acteurs de la transition énergétique. »

L'objectif de Genvia est d'impulser le transfert industriel d'une technologie disruptive d'électrolyseur d'oxyde solide à haute performance, développée par le CEA grenoblois. A quel stade en est cette solution innovante et comment la présenter de manière simple ?

« Comme tous les électrolyseurs, il s'agit de casser la molécule d'eau pour séparer l'oxygène et...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2021 à 10:32 :
Quel est le bilan carbone de la fabrication de l'hydrogène? Quel bilan carbone pour la fabrication de tout ce qui tourne autour de l'hydrogène et de son utilisation? On va finir par s'apercevoir que comme toute "start-up", elle veut vivre sur la bêtise humaine!
Réponse de le 17/02/2021 à 12:10 :
0 à 25kg de CO2 / litre d’hydrogène. La, je pense qu’ils visent l’amélioration des rendements pour faire 0kg de CO2 par litre. Pour le moment, le rendement est faible. C’est bien d’industrialiser s’ils ont un bon prototype ou suffisamment de connaissances théoriques.
a écrit le 17/02/2021 à 10:25 :
MdR, jetez un coup d'oeil au profil de la dame et vous verrez qu'elle a toutes les qualifications pour ce poste ;-) Encore un gouffre à subventions en perspective.
a écrit le 17/02/2021 à 9:56 :
Pourquoi neuf ans ? Pourquoi pas dix, huit ou même cinq ?
Réponse de le 18/02/2021 à 19:14 :
2030.
a écrit le 17/02/2021 à 9:33 :
"La joint-venture disposera d'un conseil d'administration qu'elle qualifie de « prestigieux »"

Ah non de grâce pas le "prestige" ! Pitié même !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :