Électronique : DSP va investir 5 millions d’euros dans sa future usine

A l’étroit dans ses locaux de Castries (34), Delta Service Production, spécialiste de la sous-traitance électronique, recherche activement un terrain pour construire sa nouvelle usine. Le site de 3.000 m2 lui permettra notamment d’assurer la ligne de production des purificateurs d’air de la société Beewair.

3 mn

La société héraultaise Delta Service Production, spécialisée dans la fabrication et la conception de cartes électroniques, veut construire une usine de 3.000 m2.
La société héraultaise Delta Service Production, spécialisée dans la fabrication et la conception de cartes électroniques, veut construire une usine de 3.000 m2. (Crédits : Delta Service Production)

Spécialisée depuis trente ans dans la fabrication et la conception de cartes électroniques, la société Delta Service Production (DSP) a, sous l'impulsion de son dirigeant Franck Coscujuela, élargi son domaine d'activité au filaire (câblage de cartes électroniques), à l'intégration et au rework (réparation). En moins de dix ans, elle est passée de 10 à 25 salariés.

« En 2020, DSP a réalisé un chiffre d'affaires de 2,7 millions d'euros (contre 2,2 millions d'euros en 2019, NDLR) et nous tablons sur 3,2 millions d'euros en 2021, précise Franck Coscujuela qui avait rejoint DSP en 2007 en tant que responsable production et qualité, avant de reprendre la direction en 2012. Face à cette croissance soutenue, notre site de Castries, de 1.100 m2, ne nous permet plus d'augmenter nos cadences de production. Nous cherchons depuis plusieurs mois un terrain pour construire une usine de 3.000 m2 mais c'est très compliqué à trouver. Nous sommes sur plusieurs pistes, il va falloir accélérer car le déménagement est prévu début 2022. »

Pour la construction de cette nouvelle usine, DSP va investir près de 4 millions d'euros, auxquels s'ajoute 1 million d'euros pour l'acquisition de nouvelles machines.

Pas de service commercial

Du prototype à la moyenne série, l'expertise de la société dans la sous-traitance de cartes électroniques concerne majoritairement le secteur du médical, mais également l'industrie du pétrole, le nucléaire, l'aéronautique ou encore le milieu bancaire.

« Nous avons lancé des procédures de certification ISO 09001 mais aussi ISO 13485, explique Franck Coscujuela. L'obtention de cette certification dédiée à l'industrie des dispositifs médicaux nous a permis d'élargir encore notre clientèle. »

Sous-traitant pour une cinquantaine de clients, DSP a fait le pari d'un fonctionnement de bouche à oreille, sans aucun service commercial.

« Nous avons fait le choix de travailler au plus près de nos clients, en partenariat complet », assure le dirigeant.

Une trésorerie pour sécuriser les clients

Alors que la demande de composants électroniques connaît, depuis 2018, une forte croissance induisant des variations de prix d'achat importantes, DSP a mis en place un plan d'action pour faire des stocks tampons.

« Afin de minimiser les conséquences sur les délais de livraison et les prix des prestations, nous avons pris la décision d'acheter et de stocker à notre charge un an de composants, souligne Franck Coscujuela. Cela nous permet non seulement d'assurer nos cadences de production mais aussi de réduire le prix unitaire de ces composants qui ne cesse d'augmenter. »

En 2018, DSP a investi 400.000 euros dans un stock tampon et a réinjecté, en janvier dernier, 300.000 euros.

Tripler le chiffre d'affaires en 2022

Pour accélérer son développement, DSP mise beaucoup sur son partenariat avec la société Beewair qui a mis au point une nouvelle technologie de décontamination de l'air. Médaillé d'or au concours Lépine 2013, certifié Coronavirus par l'Institut Pasteur en 2014, le destructeur de pollution mis au point par Didier Parzy est fabriqué dans les ateliers de DSP.

« Nous travaillons sur ce projet depuis trois ans, confie Franck Coscujuela. Des purificateurs d'air ont déjà été vendus en Arabie Saoudite. Depuis, la société Beewair s'est restructurée pour consolider son réseau commercial. Elle ambitionne de vendre 10.000 à 20.000 appareils (prix moyen 2.600 euros HT) en 2022. DSP étant le sous-traitant avec fabrication exclusive mondiale, il va falloir augmenter notre capacité de production avec une ligne dédiée. »

Alors que DSP produit en moyenne 20 à 30 appareils par jour, elle devra augmenter la cadence dès l'an prochain en passant à 100 purificateurs/jour. La société, qui mise sur un chiffre d'affaire de 10 millions d'euros en 2022, prévoit de recruter une vingtaine de collaborateurs.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.