Extracthive lève 4,6 millions d’euros pour une fibre de carbone plus durable

Extracthive, spin-off gardoise du CEA, est spécialisée dans le recyclage de déchets industriels pour la production de matières premières secondaires. Elle vient de lever 4,6 millions d’euros afin d’industrialiser son procédé technologique de recyclage vertueux de la fibre de carbone, dont la production représente un fort impact environnemental et le recyclage à grande échelle un défi.
Cécile Chaigneau

3 mn

L'entreprise gardoise Extracthive, spécialisée dans le recyclage de déchets industriels pour la production de matières premières secondaires, travaille sur le développement d'une technologie de recyclage des matériaux composites, comme la fibre de carbone, par solvolyse.
L'entreprise gardoise Extracthive, spécialisée dans le recyclage de déchets industriels pour la production de matières premières secondaires, travaille sur le développement d'une technologie de recyclage des matériaux composites, comme la fibre de carbone, par solvolyse. (Crédits : DR)

Extracthive est une spin-off du CEA créée en 2015, installée à Bagnols-sur-Cèze (30) et spécialisée dans le recyclage de déchets industriels pour la production de matières premières secondaires. Après une première augmentation de capital en 2019, elle finalise une nouvelle levée de fonds de 4,6 millions d'euros auprès de ses actionnaires historiques (IRDI Soridec, Citizen Capital et CEA Investissement) ainsi que de nouveaux investisseurs professionnels comme Colam Impact et Éric Bergé (en qualité d'investisseur individuel).

Depuis 2016, l'équipe R&D d'Extracthive travaille sur le développement de la technologie PHYre® de recyclage des matériaux composites par solvolyse (réaction avec un solvant). Cette augmentation de capital a pour objectif la construction et la mise en service de la tête de série industrielle de cette technologie.

La technologie brevetée par Extracthive entend répondre à la problématique de production de fibre de carbone vierge, dont l'impact environnemental est important et le recyclage à grande échelle un défi.

Or « la fibre de carbone est le matériau de choix pour toutes les applications requérant légèreté et tenue mécanique, explique Extracthive. C'est pourquoi on retrouve les composites à base de fibres de carbone dans des secteurs de pointe comme l'aéronautique, avec une croissance de l'ordre de 11 % prévue sur les 10 prochaines années. Par ailleurs, ces matériaux jouent un rôle clef dans le secteur des énergies renouvelables comme l'éolien ou la mobilité hydrogène ».

Dix fois moins de gaz à effet de serre que la fibre vierge

L'optimisation du procédé mis au point par Extracthive, notamment par « un réemploi poussé des solvants », a permis de réduire au maximum son empreinte environnementale, « la fibre récupérée par Extracthive émettant de l'ordre de dix fois moins de gaz à effet de serre que la fibre vierge, selon l'étude d'analyse de cycle de vie (ACV) menée par le cabinet Quantis », annonce l'entreprise gardoise.

Après avoir validé avec succès cette technologie à l'échelle pilote, Extracthive lance maintenant, avec le soutien de l'Union Européenne (via l'EIT Raw Materials) et de ses actionnaires, la conception et la construction d'un démonstrateur industriel.

Lire aussi 2 mnExtracthive et Véolia : 2,6 M€ pour le recyclage de matériaux à base de fibres de carbone

Cette unité, qui devrait être mise en service au premier trimestre 2023, aura une capacité de traitement de 400 tonnes de composite par an.

« La réplication de cette unité permettra d'ici 2025 à Extracthive de doubler sa capacité de recyclage de composites et de pouvoir répondre à la demande à l'échelle européenne », assure l'entreprise.

Extracthive annonce travailler également à la mise au point d'autres innovations dans le domaine du recyclage de matériaux high-tech, tels que le lithium ou le carbure de silicium, dont la production actuelle est également très polluante et le recyclage peu développé.

« La société a la capacité à structurer une véritable filière de traitement des déchets industriels en France et en Europe », souligne Youssef Belatar, directeur d'investissement de Citizen Capital.

Cécile Chaigneau

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.