Pradeo accélère la diffusion de sa technologie

 |   |  248  mots
Pradeo, créée en 2010 à Montpellier, se développe sur l'Asie, après le Royaume Uni et les États-Unis
Pradeo, créée en 2010 à Montpellier, se développe sur l'Asie, après le Royaume Uni et les États-Unis (Crédits : Pradeo)
Après la signature d'accords, annoncés le 16 septembre, avec AirWatch et MobileIron, les deux leaders mondiaux de la gestion de terminaux à distance, c'est le marché de la distribution mondiale de ces solutions qui s'ouvre désormais à la start-up de Montpellier. Un potentiel de plusieurs centaines de millions de terminaux.

Pradeo, éditeur de solutions de sécurité pour applications mobiles sur smartphones, tablettes et objets connectés, a officialisé, le 16 septembre, la signature d'un accord mondial avec l'Américain AirWatch, suivant de près un contrat du même type signé avec MobileIron. Ces deux sociétés se partagent, à elles seules, 70 % du marché mondial des solutions de gestion à distance des terminaux mobiles.

"Ces sociétés sont spécialisées dans la gestion des flottes d'appareils mobiles, et nous dans la sécurisation de ces flottes, précise Clément Saad, fondateur de Pradeo. La complémentarité est évidente : les clients d'AirWatch et de MobileIron n'auront plus qu'à activer une option Pradeo sur leur plate-forme, plutôt que d'avoir à installer nos solutions comme par le passé."

Un immense potentiel

Ce marché ouvre une nouvelle porte à Pradeo : contractualiser avec les revendeurs et les distributeurs de ces solutions. "L'un des éditeurs fournit le grossiste en produits technologiques Ingram, qui gère à lui seul 70 000 partenaires dans le monde", cite Clément Saad. Ce dernier estime à "plusieurs centaines de millions de terminaux" le nombre d'appareils susceptibles d'être équipés, à terme, par ce biais. Pour l'heure, Pradeo équipe 100 000 terminaux - un chiffre que la start-up compte tripler courant 2016.

Pradeo (30 salariés) réalisera un chiffre d'affaires estimé à 2 M€ en 2015, dont 30 % à l'export. Après l'ouverture de filiales à Londres en mai, et à San Francisco en avril, la société projette de s'implanter en Asie, à Singapour ou Hong-Kong, en début d'année prochaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :