Septeo va construire 10 000 m2 de studios pour son fleuron Dwarf-Labs

Le 3e acteur numérique de Languedoc-Roussillon annonce la construction de 10 000 m2 sur le site de la future gare TGV de Montpellier. Livré fin 2017, le bâtiment accueillera les nouveaux studios d’animation 3D de Dwarf-Labs et servira l’expansion internationale de ce fleuron du groupe Septeo.
Lune et le loup, premier court-métrage du studio d'animation Dwarf Labs, réalisé en 2014.
Lune et le loup, premier court-métrage du studio d'animation Dwarf Labs, réalisé en 2014. (Crédits : DR)

Et de trois ! Après deux contrats signés en 2015 pour des séries animées 3D de 51 épisodes avec France Télévisions (Pirata et Capitano) et Disney Channel Kids (la saison III de Zou), Dwarf-Labs finalise un contrat de 18 mois avec un nouveau producteur pour une série TV de 52 épisodes, pour lequel il sera missionné dès février 2016.

« Par effet boule de neige, les commandes de France Télévisions et Disney Channel ont conforté notre position », se félicite Philippe Rivière, P-dg de Septeo (75 M€ de CA en 2015 et 85 M€ de prévisionnel en 2016).

Repreneur de Dwarf-Labs en octobre 2012, le groupe héraultais spécialisé dans l'édition de logiciels juridiques et immobiliers, escompte déjà des saisons II et III pour ces nouvelles commandes et mise sur plusieurs contrats en cours de négociation, avec des majors de l'animation américains, londoniens et français.

15 M€ d'investissement

Pour accompagner ce développement et servir les ambitions internationales de son studio d'animation 3D, Septeo va investir 15 M € dans de nouveaux bâtiments de 10 000 m2, sur le site de la future gare TGV Montpellier Sud de France. Le permis de construire a été déposé fin décembre, les travaux commenceront en septembre pour une livraison du bâtiment, fin 2017.

Sur 17 000 m2 de terrain, 4500 m2 de locaux seront alloués aux nouveaux studios d'animation de Dwarf-Labs, le reste étant dédié à la politique d'extension du groupe ou au locatif. Un parking de 500 places est prévu pour ce nouveau pôle d'activité pouvant accueillir jusqu'à 600 salariés.

« Le pôle cinéma occupera deux blocs du bâtiment et sera équipé d'une salle de projection avec des hauteurs de plafond élevées (autour de 4 m, NDLR). Nous allons doubler la partie data center abritant les machines de calcul pour répondre à cet afflux de commandes », annonce Philippe Rivière, alors que Dwarf-Labs vient d'embaucher, en janvier, 20 nouveaux salariés.

Devenir un challenger des grands studios américains

Le 3e acteur numérique régional (derrière IBM et Dell) a eu le nez creux, en se portant acquéreur dès fin 2014 du terrain, pour 1,5 M €. « C'était un pari sur l'avenir, mais il s'avère aujourd'hui que nos prévisions se confirment », se réjouit Philippe Rivière. Le chef d'entreprise ambitionne en effet avec Dwarf-Labs de « faire de l'Hérault une place-forte de l'animation 3D et des technologies digitales du 7e art dans le sud de la France. »

L'objectif à terme est de produire trois séries TV et un long-métrage tous les dix-huit mois, devenant ainsi  « un challenger des grands studios américains », selon le souhait d'Olivier Pinol, président-fondateur de Dwarf-Labs. Loin d'être une gageure, ce plan stratégique pourrait entraîner un recrutement massif, le futur pôle cinéma de Dwarf-Labs pouvant accueillir entre 250 et 300 salariés (contre 100 actuellement).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.