Tour de France Digitale : les startuppers interpellent les candidats à la présidentelle

 |   |  690  mots
Les fondateurs de Cubyn, vainqueurs du concours Tour de France Digitale 2015
Les fondateurs de Cubyn, vainqueurs du concours Tour de France Digitale 2015 (Crédits : bpifrance)
France Digitale a démarré à Montpellier, le 6 avril, sa consultation nationale des acteurs du numérique en vue d'écrire un corpus de propositions qui sera soumis aux candidats en 2017. L'opération s'est doublée d'un concours visant 10 start-ups locales et doté de 1,5 M€.

France Digitale, organisation fondée en 2012 et qui rassemble 700 start-ups et investisseurs du numérique en France, a démarré son Tour de France Digitale 2016 par une 1ère étape au BIC de Montpellier, le 6 avril. L'objectif était de rassembler une dizaine de chefs d'entreprise emblématiques de l'écosystème local pour recueillir leurs idées qui, avec d'autres, seront compilées dans un corpus de propositions soumises aux candidats à l'élection présidentielle de 2017 afin mieux "faire connaître les opportunités que constitue le développement de l'entrepreneuriat numérique en France".

L'asymétrie grands groupes/start-ups

Les deux groupes de travail organisés à Montpellier intégraient les dirigeants ou managers des entreprises suivantes : Teads, BIME Analytics, 1001Pharmacies, Private Sport Shop, HTTPCS, TouchMods, Plussh, Qualtera, CompuFirst, Equito, Scimob et le fonds de crowdfunding WiSEED.  Un premier temps de la réflexion a porté sur les relations groupes/start-ups, et conclu au besoin de résoudre les problèmes de culture évidents entre ces deux niveaux, en redirigeant les start-ups vers des opérateurs qui gèrent déjà des réseaux de groupes, ou encore en convertissant les startuppers à la nécessité de passer moins de temps sur la R&D et d'aller plus vite vers la conquête de clients, afin de réduire la perception de prise de risque chez un groupe tenté d'investir.

"En matière de financement, la suggestion est de créer un guichet ou un interlocuteur unique des start-ups, afin qu'elles passent moins de temps dans la recherche des financements disponibles, notamment chez les entreprises ayant des projets de R&D très innovants", résume Olivier Mathiot, co-président de France Digitale.

Inégalité face au coût du travail

Une deuxième séquence a abordé la façon de démarrer plus facilement son entreprise, qui passerait par un effort pédagogique plus important mené sur la notion d'entreprise et d'entrepreneuriat, tout au long de la chaîne éducative, au sein de la cellule familiale, ou même dans la société française. De même, un enjeu de pédagogie a aussi émergé autour de la notion d'ambition, afin de sensibiliser le startupper au besoin de partir à l'international au plus tôt, et autour de la notion d'échec, afin que le statut de l'entrepreneur intègre cette possibilité et le risque de détresse financière qui en résulte.

"Sur les moyens de construire leurs équipes, les startuppers ont proposé de bénéficier plus largement des contrats d'alternance, poursuit Nicolas Célier, investisseur en capital-risque et membre du conseil d'administration de France Digitale. Néanmoins, les coûts liés à ces contrats restant encore trop élevés, une initiative s'impose par ailleurs afin de réduire le parcours du combattant pour arriver aux autres dispositifs limitant le coût d'un recrutement : le statut de JEI, le CIR ou l'accès à bpifrance. L'inégalité entre groupes et start-ups dans l'accès à ces dispositifs se traduit encore par une inégalité face au coût du travail."

Dix start-ups en lice

Le Tour de France Digitale va se poursuivre dans les prochaines semaines à Rennes, Grenoble, Aix-en-Provence, Lille et Paris, mais aussi à San-Francisco, New York et Londres.

À l'issue, les recommandations collectées en région seront condensées et soumises à approbation lors d'une consultation organisée par France Digitale lors de son évènement annuel France Digital Day, prévu en septembre. C'est la liste des cinq ou dix propositions finales qui sera envoyée, à l'automne, aux candidats à la présidentielle.

Cette 1ère étape du Tour de France Digitale a aussi permis d'organiser une phase de sélection pour un concours de start-ups doté de 1,5 M€. Face à un jury composé de membres de 360 Capital Partners, Partech Ventures, Breega Capital, Priceminister, Showroomprivé, SNCF et bpifrance, un panel de dix pépites régionales ont présenté leur projet (AkerBis, Appvizer, Dropy, Oncrawl, Onfocus, Sensing Labs, Skale, SmartMe Studio, Snapkin et Tech 4 Team).

Les noms de dix start-ups demi-finalistes seront dévoilés le 7 juin, avant une finale organisée le 30 juin lors de Viva Technology, à Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :