Troubles de l'audition : CILcare se développe en Russie

 |   |  391  mots
Célia Belline, CEO de CILcare
Célia Belline, CEO de CILcare (Crédits : DR)
CILcare vient de signer un accord de partenariat avec la fondation du Parc des Molécules Actives de la ville d'Obninsk (Russie). Après les États-Unis, le spécialiste des services R&D dans l'audition, s'ouvre une 1e porte sur un important marché et accède à un portefeuille de molécules inédites pour la recherche.

Le partenariat, rendu public récemment, est signé depuis le 6 octobre dernier. Il est le fruit de la volonté métropolitaine de se rapprocher de la région Russe de Kagoula et de la ville d'Obninsk, cité scientifique, comptant pas moins de dix centres de recherches.

Parmi ceux-ci, le Parc des Molécules Actives et son portefeuille de molécules, dont CILcare (services en R&D spécialisée dans les déficiences auditives) voudrait tester l'intérêt pour le traitement des troubles de l'audition et des acouphènes. Pour financer cet accord, la société montpelliéraine cherche des fonds à hauteur de 800 000 €, dont 400 000 € côté français.

"Nous avons trouvé une dizaine de molécules intéressantes pour nos applications cliniques à Obninsk, confie Célia Belline, CEO de CILcare. Grâce à des proof of concept (preuves de concept, NDLR), nous serons capables de faire de nouvelles propositions à nos clients biopharmaciens ou développeurs de médicaments."

Au sujet de cet accord, Célia Belline affirme que "l'impulsion politique a été essentielle", afin d'ouvrir une première porte en direction du marché Russe. "L'OMS classe la Russie dans le top 5 mondial pour les dépenses de santé liées à l'audition. C'est un marché énorme et difficile d'accès."

Une filiale à Boston

L'autre géant des dépenses de santé, ce sont les États-Unis, que CILcare a déjà investi via son partenariat avec le laboratoire CBSET. Un axe "stratégique car on commence à travailler sur des dispositifs implantables dans l'oreille", poursuit Célia Belline, qui dispose d'une équipe de deux personnes sur place, à Boston.

"Mais les Américains aiment travailler entre eux et nous n'avons pas encore atteint le développement souhaité. On pense que ce marché représentera à terme 70 % de notre activité. "

L'entreprise a aussi signé un deuxième partenariat important avec l'organisme américain Draper, équivalent du CEA (Commissariat énergie atomique). Elle aidera ce spécialiste de la micro-électronique a développé un système de micro-pompe pour traiter des problèmes d'audition.

CILcare revendique un chiffre d'affaires de 800 000 € en 2017, et anticipe 2 M€ en 2018, grâce au nouveau partenariat américain. L'entreprise s'est aussi associée avec Sofilaro (pour 6 % du capital) et levé 1 M€ pour son développement. Ses 14 salariés se répartissent à Boston, à Paris (où elle travaille avec la Fondation pour l'audition) et à Montpellier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2018 à 14:31 :
c'est interressant

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :