Périphériques informatiques : une nouvelle dynamique pour Niconix

 |  | 590 mots
Lecture 3 min.
Arnaud de Pauliny, le nouveau dirigeant de Niconix, a lancé une étude avec le laboratoire nîmois Hygiacare Conseil pour évaluer précisément les dangers des postes informatiques partagés, véritables nids microbiens.
Arnaud de Pauliny, le nouveau dirigeant de Niconix, a lancé une étude avec le laboratoire nîmois Hygiacare Conseil pour évaluer précisément les dangers des postes informatiques partagés, véritables nids microbiens. (Crédits : NICONIX)
Sous l’impulsion de son nouveau dirigeant, la société gardoise Niconix, distributeur et concepteur de périphériques informatiques, notamment reconnue sur le créneau des claviers et souris pour zones sensibles et des périphériques d’identification sur mesure, veut accélérer sa croissance. Elle cible entre autres les besoins nés des nouvelles exigences sanitaires de la crise du Covid.

Depuis le 11 mars dernier, Arnaud de Pauliny est officiellement le nouveau directeur général de Niconix, acteur leader des claviers et équipements informatiques industriels. Dans les faits, l'expert comptable de formation, qui a travaillé pendant vingt ans chez EMC, référent mondial des solutions de stockage, a intégré en janvier dernier la société basée à Gallargues-le-Montueux (30).

« Je suis fier de m'inscrire dans la succession de Bruno Bouchacourt et je suis ravi qu'il m'accompagne pour assurer une transition la plus douce possible », a annoncé Arnaud de Pauliny.

Une croissance de 30% en 2020

Créée en 1999 sur la base d'une expérience de son créateur dans le domaine des interfaces homme-machine, Niconix a démarré son activité par le négoce de claviers et souris pour applications professionnelles en zones sensibles (applications médicales, laboratoires, salles blanches...). Depuis 2003, la société, qui se présente comme leader dans ce domaine, est également concepteur et fabricant de claviers, souris, écrans tactiles et périphériques d'identification sur mesure. Elle dispose d'ailleurs d'un bureau d'études et d'un atelier de fabrication en interne.

Son offre catalogue est devenue une référence pour plus de 600 clients et partenaires dans les domaines militaires (ministère de la Défense notamment), médical et industriel (EDF, Atos, Orano, CNES,...). Elle compte également parmi ses clients des TPE et PME régionales (Phytocontrol, Nexeya) ainsi que des collectivités.

En parallèle, Niconix a signé des contrats d'exclusivité avec des fabricants allemands et asiatiques pour distribuer des claviers lavables, en silicone, verre ou à la surface traitée antibactérien.

« Cette gamme a été lancée il y a trois ans, mais depuis la crise sanitaire, les demandes ont explosé », affirme le dirigeant.

La société (cinq salariés) a d'ailleurs enregistré en 2020 une croissance de 30% par rapport à l'année précédente, réalisant un chiffre d'affaires d'un million d'euros.

Les promesses de l'IOT

Accompagné par le Crédit Agricole pour l'achat de l'entreprise (montant de la transaction confidentiel), Arnaud de Pauliny a présenté un business-plan sur cinq ans pour développer Niconix.

L'ambition du dirigeant est, dans un premier temps, d'accroître la notoriété de la société, qui jusqu'à présent fonctionnait essentiellement par le bouche-à-oreille. Des actions marketing vont être lancées tandis qu'une étude est actuellement menée avec le laboratoire nîmois Hygiacare Conseil pour évaluer précisément les dangers des postes informatiques partagés, véritables nids microbiens. Des vidéos seront ensuite diffusées, avec pour cibles prioritaires les lycées, collèges ou universités.

Niconix souhaite non seulement renforcer la stratégie de génération de demande mais étoffer son offre.

« Je viens de rentrer au catalogue de nouveaux produits : les Panels PC, confie Arnaud de Pauliny. Sans unité centrale ni ventilateur (aucun échange d'air entre l'intérieur et l'extérieur NDLR) ces produits, conçus pour un fonctionnement 24h/24 et 7 jours sur 7, intéressent tous ceux qui travaillent dans des environnements stériles. »

Niconix mise également sur l'IOT qu'elle souhaiterait intégrer dans ses claviers et pupitres de commandes, l'objectif étant toujours le même : garder un temps d'avance sur l'Asie de manière à proposer des produits à forte valeur ajoutée.

Stérilisation des objets ou filtration de l'air intérieur sont également des thématiques sur lesquelles planche la société. Dans un contexte difficile, ses ambitions de croissance pour 2021 sont raisonnables (10%) mais d'ici cinq ans, le nouveau dirigeant mise sur un chiffre d'affaires de 2 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :