Ce qu’Orange fait (encore) pour son réseau cuivre dans l’ex-Languedoc-Roussillon

Cuivre contre fibre. Les réseaux de télécommunication sont à une période charnière de leur histoire, l’un en voie d’extinction à horizon 2030, l’autre en plein déploiement. Thierry Alignan, le délégué régional Languedoc-Roussillon chez Orange, fait un point d’étape.
Cécile Chaigneau

5 mn

Le déploiement de la fibre signifie une extinction du réseau historique en cuivre de l'opérateur Orange à horizon 2030.
Le déploiement de la fibre signifie une extinction du réseau historique en cuivre de l'opérateur Orange à horizon 2030. (Crédits : DR)

Les réseaux télécoms sont à un carrefour. Une transition vers une nouvelle ère, celle de la fibre, qui signifie une extinction du réseau historique en cuivre de l'opérateur Orange. Dans le même temps, les usages évoluent à grande vitesse dans un contexte de révolution numérique accélérée par la crise sanitaire et le recours au télétravail, impliquant des besoins sur les territoires différents de ce qu'ils étaient il y a encore un an...

« Nos réseaux sont tous à des étapes charnières, rappelait Fabienne Dulac, la directrice générale adjointe d'Orange et CEO d'Orange France, le 1er juin dernier lors d'une conférence de presse. Le cuivre va entrer dans une phase de "décommissionnement" d'ici 2030, la fibre est désormais en ralentissement de déploiement après un pic en 2020, et le réseau mobile voit arriver la 5G... Sur les territoires, de nouvelles tendances se dessinent : depuis plusieurs dizaines d'années, nous observions une déconcentration des centres urbains au profit du périurbain et cette déconcentration se fait aujourd'hui vers des territoires plus éloignés ou en zones rurales, par exemple dans le Lot, la Lozère ou l'Aveyron. »

Un réseau cuivre exposé aux tempêtes ou inondations

Thierry Alignan, délégué régional Languedoc-Roussillon chez Orange, dresse un rapide bilan : « Nous avons observé une évolution de trafic supérieure de 45% en 2020 en raison des contenus audio et vidéo, du télétravail, des réseaux sociaux qui ont connu une croissance exponentielle. Nos réseaux ont bien tenu grâce à nos investissements massifs. Pour assurer l'accès au numérique pour tous, nous travaillons sur quatre axes : le déploiement de la fibre, la 4G Home pour les foyers dans l'arrière-pays qui ont un problème de débit, la technologie satellite pour le prix d'un internet classique, et la solution ADSL sur le réseau cuivre ».

Mais concrètement, le réseau cuivre sera progressivement débranché à partir de 2023 et jusqu'en 2030. Un dossier qui inquiète les usagers. Cette infrastructure qui date des années 1960 est vieillissante et de plus en plus sollicitée pour des usages pour lesquels elle n'a pas été conçue, puisqu'au départ, il s'agissait juste de téléphoner. Elle est par ailleurs malmenée par les intempéries, par exemple « 22 tempêtes en 2020 », a rappelé Fabienne Dulac, ou encore des inondations sur l'ex-Languedoc-Roussillon. Fin mai, le groupe a présenté un plan d'action national sur son réseau cuivre, comprenant notamment 17 plans de renforcement locaux dans 22 départements des zones côtières ou du sud.

« Des zones sensibles dans le Gard, la Lozère, le Lot et l'Aveyron »

« Nous investissons régulièrement, soit Orange, soit le Département, sur les nœuds de raccordement d'abonnés qui ne sont pas équipés de fibre, ce qui améliore le débit en attendant l'arrivée de la fibre, indique Thierry Alignan. Le plan d'action national se décline en Languedoc-Roussillon suivant trois axes. Tout d'abord, nous poursuivons une offre de services universelle de téléphonie fixe jusqu'en 2023, malgré l'augmentation de 22% du coût d'entretien. Et nous nous engageons à fournir une solution d'accès transitoire dans les 24 heures en cas de dommages sur le réseau. En cas d'intempéries et de situations collectives importantes, Orange met en place une solution de continuité d'accès pour la commune concernée... Nous renforçons nos actions de maintenance préventive et curative, avec hausse des budgets d'entretien de 22% au national. Et sur le plan humain, Orange recrute 123 techniciens au national pour son réseau cuivre, et met à disposition 270 binômes mobilisables sur les territoires. En Occitanie, 30 techniciens ont été recrutés par Orange, qui seront surtout affectés au Gard et à la Lozère. En effet, des zones ont été identifiées comme sensibles : sur le Languedoc-Roussillon, c'est le cas du Gard et de la Lozère, du Lot et de l'Aveyron, où nous avons mis en place de nouveaux sous-traitants et un suivi spécifique des acteurs locaux, avec beaucoup de préventif. Aujourd'hui, nous travaillons beaucoup avec l'intelligence artificielle pour voir les problèmes récurrents sur certaines zones et faire du préventif. »

Enfin, l'opérateur télécom participera aux comités de concertation organisés par chaque préfecture départementale pour prioriser les situations et permettre des interventions rapides en cas de besoin.

« Ce dispositif va démarrer en Ardèche en juillet-août, précise Thierry Alignan. Nous avons créé une application "Signal réseau" sur laquelle chaque élu peut signaler un problème. »

Selon le délégué régional Languedoc-Roussillon, « le réseau cuivre est encore déployé à 100% mais un client sur deux est aujourd'hui éligible à la fibre sur la région, et même trois sur quatre sur le réseau Orange ».

Concrètement, sur un total de 1,7 millions de logements sur l'Occitanie-Est, Thierry Alignan précise que « 1,1 million sont aujourd'hui éligibles, soit 75% de la population, et 20 à 25% sont raccordés, il reste 600.000 logements à raccorder d'ici fin 2022, début 2023 ».

Et sur les réseaux mobiles 4G et 5G ?

Concernant la couverture mobile 4G, le délégué régional indique que depuis fin 2020, tous les relais de la région sont en 4G chez Orange, « et on continue à déployer le réseau 4G dans l'arrière-pays, tout en déployant le réseau 5G ».

Le réseau 5G qui est aujourd'hui déployé « sur Montpellier et une partie de la métropole, Nîmes et une partie de l'agglomération, Perpignan et une partie de la communauté urbaine. Nous allons ouvrir le côtier montpelliérain et Perpignanais d'ici quelques jours pour offrir une meilleure qualité de services aux touristes. Et nous complèterons la couverture sur Béziers, Narbonne, Carcassonne et Alès d'ici fin 2021 ».

Le délégué régional assure que les ventes de smartphones compatibles 5G fonctionnent bien, même s'il n'y a pas aujourd'hui de continuité de service sur tout le territoire. « Mais ça va arriver vite car on veut que 90% de la population ait accès à la 5G à horizon 2025 », promet Thierry Alignan.

Cécile Chaigneau

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.