« On voit émerger deux tendances : le multi-cloud et la cybersécurité » (Stéphane Huet, Dell Technologies France)

ENTRETIEN – Le géant informatique américain Dell Technologies traverse la crise sanitaire dans une forme olympique. Les entreprises et autres acteurs publics ou parapublics ont accéléré sur leur transformation digitale, ce qui fait les beaux jours (et les bons résultats) du groupe. Pour Stéphane Huet, directeur de Dell Technologies France, la demande se situe aujourd’hui dans le multi-cloud et la cybersécurité.
Cécile Chaigneau

7 mn

Stéphane Huet, directeur de Dell Technologies France
Stéphane Huet, directeur de Dell Technologies France (Crédits : DR)

LA TRIBUNE - Comment se porte le secteur numérique un an et demi après le début de la crise, et comment se porte Dell (2.000 salariés essentiellement sur deux grands sites en France, à Paris et à Montpellier) en particulier ?

STEPHANE HUET - Le secteur du numérique et de l'IT se porte très bien. Selon une enquête que nous avons faite en France, 71% des chefs d'entreprise ont accéléré leur plan de transformation digitale autour de deux axes : mieux comprendre les datas pour comprendre comment agir - et cela concerne les chiffres des canaux de ventes, des usines, de la logistique, etc. - et agir sur la modernisation des applications. Selon une étude de la Harvard business review, pendant le confinement, la productivité des salariés a augmenté de 20%, soit un jour de travail, notamment en raison des temps de trajet économisés et des réunions et déplacements annulés, mais aussi des investissements dans les infrastructures et les environnements multi-cloud. Sans surprise, les entreprises qui avaient réussi leur transition digitale sont celles qui ont le mieux passé cette période car elles avaient la capacité de mieux comprendre la demande et donc de mieux réagir. Et c'est vrai dans le commerce, les services, la restauration, etc. La crise Covid a donc entraîné une forte accélération de cette transformation digitale... Chez Dell (qui a communiqué ses résultats du 2e semestre fiscal le 26 août, NDLR), nous avons connu un 2e trimestre record, avec un chiffre d'affaires de plus de 26 milliards de dollars, soit une croissance de + 15%, avec une demande soutenue sur l'activité solutions client, qui a augmenté de +27% C'est une croissance qui était prédite par et qui demeure attendue sur le reste de l'année, car les entreprises vont continuer d'équiper leurs collaborateurs pour le télétravail au-delà d'un simple PC mais aussi sur l'environnement de travail comme les webcams ou des logiciels associés... La France est un des six plus grands marchés internationaux pour Dell.

Qu'observez-vous sur le marché de l'IT, qui aurait été induit par la crise sanitaire ?

Deux grandes tendances émergent, au-delà de la tendance du télétravail et de la digitalisation. Tout d'abord la consommation à la demande : on voit un besoin de multi-cloud dans les entreprises. Les clients vont continuer de développer leurs services et applications et ils cherchent un mode de consommation leur assurant plus de flexibilité pour s'adapter en termes de capacités de calcul, de bande passante, etc. dans le temps. IDC (International Data Corporation, groupe mondial de conseil et d'études sur les marchés des technologies de l'information, NDLR) a pronostiqué que ce marché de l'infrastructure allait évoluer vers l'IaaS (infrastructure as a service, NDLR) et peser 14 milliards de dollars en 2025 C'est la raison pour laquelle Dell a lancé Apex (portefeuille de solutions en tant que service, NDLR) pour permettre aux entreprises de consommer leurs infrastructures à la demande... L'autre tendance émergeante, c'est la cybersécurité. Avec le télétravail, on a observé une accélération des cyberattaques. Une toute les 11 secondes, soit quatre fois plus en moins d'un an ! Et on évalue qu'elles vont coûter 6.000 milliards de dollars cette année ! Deux entreprises sur trois font faillite six mois après une cyberattaque. Il y a une réelle prise de conscience par les acteurs industriels mais aussi par les gouvernements, avec de plus en plus de recommandations pour se prémunir. Il est important de renforcer ses moyens de cybersécurité car rappelons que 20% des cyberattaques viennent du télétravail. L'autre point important, c'est la cyber-résilience : quel plan de reprise d'activité, comment créer un sanctuaire pour sauvegarder ses données les plus essentielles... Dell propose des solutions dès le design du produit jusqu'au niveau de software, par exemple avec Carbon Black Cloud, un logiciel qui sécurise tout un environnement, ou des logiciels et solutions partenaires. On les met en place en France chez tous types d'acteurs économiques, y compris dans les PME où la prise de conscience est forte.

Comment gérez-vous la problématique de pénurie de composants électroniques ? L'industrie de l'IT en général a su, plus que d'autres secteurs, maintenir un engagement de ses fournisseurs. Parmi les acteurs de l'IT, Dell Technologies s'est différentié dans sa capacité à faire correspondre l'offre et la demande en temps réel : historiquement, Dell proposait un modèle de vente d'ordinateurs à la demande, et ça a créé une chaine de logistique qui permet de mettre en correspondance l'offre et la demande... Dell sait naviguer de manière plus agile et a donc eu la capacité de proposer à un client d'autres modèles en alternative à une demande qu'on ne pouvait satisfaire. Et c'est Dell qui a gagné le plus de parts de marché (non communiqué, NDLR). Il a aussi fallu gérer des problématiques de logistique et de flambée des coûts de transports, mais nous avons là aussi des process historiques pour ça.

Quelles leçons Dell tire-t-il de la crise en matière de management et d'organisation ?

Le télétravail est très ancien chez DELL, Michael Dell l'ayant initié très tôt. En 2019, on était déjà à 60% des salariés en télétravail à raison de un à quatre jours par semaine. Le vrai challenge aujourd'hui, c'est l'évolution des cultures et on y travaille depuis dix ans. Quand la crise Covid arrivée, ça a juste été une accélération pour nous. Nous avions déjà des programmes, des séminaires en ligne, notamment un programme destiné aux alternants, animé en mode hybride - présentiel et virtuel - et dès qu'on a pu rouvrir les sites, nous avons privilégié l'accueil en présentiel partie des alternants et des jeunes récemment arrivés. Nous avons recruté beaucoup d'alternants, dont une soixantaine à Montpellier, et sur les métiers, nous recrutons des consultants pour commercialiser notre offre Apex en réponse aux besoins de consommation à la demande.

On a en effet constaté une prise de conscience sur la transition digitale et les actions qu'elle a déclenchées pendant la crise sanitaire. Mais cette crise aura-t-elle durablement accéléré ces démarches ?

La technologie a montré la résilience. L'Institut Sapiens a évalué que sans la technologie et le télétravail, on aurait enregistré une chute du PIB de 17%... La technologie a répondu en trois phases : la mise en place du télétravail, la résilience - la capacité des entreprises à continuer à tourner pendant le confinement en numérisant leurs processus - et la croissance. Aujourd'hui, les perspectives de croissance sont fortes, la demande est soutenue mais on se heurte à des problèmes de ressources, que ce soit de matières premières ou de compétences. Les entreprises ont besoin d'être agiles et dans ce domaine, tout ce qui est intelligence de la donnée est essentielle, les entreprises l'ont vu durant la crise, et elles vont continuer.

Au-delà de la transition digitale, les enjeux pour les entreprises sont nombreux, notamment environnementaux, sociétaux, d'inclusion pour les femmes et les jeunes notamment. Comment Dell se positionne-t-il sur ces thématiques de responsabilité ?

Je suis intimement convaincu que la transformation numérique présente un gros potentiel pour la transformation écologique des entreprises. Il y a eu une sensibilisation à ces sujets, en particulier depuis le printemps 2021, avec la mise en place chez les grands acteurs d'engagements forts et structurants de réduction d'impact carbone, d'inclusion. On a un vrai rôle pour accompagner les entreprises via la transition numérique. Et Dell a pris des engagements forts depuis longtemps autour de la RSE et de l'inclusion, avec des objectifs atteints en 2018 et avec le lancement, en 2019, de notre stratégie Progress Made Real avec quatre piliers : RSE, diversité et inclusion, impact technologique pour transformer les vies, et respect de l'éthique des données privées. Depuis 2020, l'ensemble de ce programme résonne encore plus chez nos clients et en interne. Pour 2050, nous avons un objectif zéro carbone sur la production et l'ensemble de notre écosystème*. Nous pouvons aider les clients, qui ne savent pas toujours comment s'y prendre, à atteindre leurs objectifs, comme par exemple, mettre en place des processus de mesure de leur empreinte carbone en les accompagnant sur les outils disponibles et les solutions possibles.

Cécile Chaigneau

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.