Le projet Lavagnac relancé en février ?

 |   |  286  mots
Le projet prévoit notamment l'aménagement d'un 5* dans le château du domaine
Le projet prévoit notamment l'aménagement d'un 5* dans le château du domaine (Crédits : Edouard Hannoteaux)
En 2014, le promoteur France Pierre a promis de redonner vie au Petit Versailles du Languedoc, à Montagnac (34). Depuis, plus rien, mais la préfecture de l’Hérault doit prochainement se prononcer sur un projet redimensionné, qui serait présenté en février.

Un golf 18 trous, 650 logements haut-de-gamme, un château habité d'un hôtel 5 étoiles, d'un restaurant étoilé et d'un spa... Telle était la promesse, voilà quatre ans, du groupe France Pierre sur les 185 hectares de terre entourant le domaine de Lavagnac, à Montagnac (34).

Quatre ans plus tard, la commercialisation n'est toujours pas entamée. La maison témoin visitée à l'époque par les autorités préfectorales, et tout ce que le territoire compte d'élus nationaux, reste désespérément seule en amont d'un château en ruine.

Les permis d'aménager ont été blanchis par le soleil et tagués. Les golfeurs, eux, ont laissé leurs fers aux chevaux et cavaliers se baladant dans la nature. La deuxième vie du Petit Versailles du Languedoc, classé aux monuments historiques, ne semble, au moins de l'extérieur, pas promise pour demain. Et pourtant !

La procédure relancée

Le préfet de l'Hérault, Pierre Pouëssel, doit, selon nos informations, se prononcer courant février sur un nouveau permis d'aménager toujours porté par France Pierre, qui n'a pas donné suite aux demandes d'interview d'Objectif Languedoc-Roussillon.

"Le projet a été revu à la baisse en nombre de villas. Les nouveaux plans font état de 360 villas, toujours de haut standing", explique Yves Llopis, maire de Montagnac.

Le projet d'hôtel et de golf, lui, aurait trouvé un exploitant. "Tout est bouclé de leur côté. Ils m'ont dit qu'ils avaient trouvé un opérateur pour le château et le golf", rapporte l'élu.

En outre, le nouveau projet prévoit la création d'une station d'épuration "aussi grande que celle du Cap d'Agde" permettant de recycler les eaux usées pour irriguer le golf...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2018 à 9:49 :
L’economie environnementale est une alternative non négligeable pour ce projet. Les promoteurs comme le Préfet Pierre Pouëssel y ont-ils songé?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :