Freedom Boat Club développe un nouveau modèle de navigation de plaisance en France

 |   |  539  mots
Freedom Boat Club ouvre un 1e club sur la Méditerranée, à Mauguio-Carnon.
Freedom Boat Club ouvre un 1e club sur la Méditerranée, à Mauguio-Carnon. (Crédits : Freedom Boat Club)
Les marchés traditionnels de la plaisance subissent eux aussi les mutations générées par l’essor de l’économie de partage. Les acteurs de la filière proposent de nouvelles solutions et services pour faire du bateau. Comme l’Américain Freedom Boat Club qui déploie sur les côtes françaises son modèle de navigation aux passionnés, ni propriétaires ni locataires.

Et si l'économie de partage touchait également le secteur de la navigation de plaisance ? C'est sur la base de ce constat que l'Américain Freedom Boat Club, en partenariat avec le constructeur de bateaux Jeanneau (groupe Beneteau), décide de développer son concept en franchise sur les côtes maritimes françaises.

Après avoir implanté ses deux premiers clubs en mars à La Rochelle (17) et à Pornic (44), Freedom Boat Club crée le premier club en Méditerranée, à Carnon-Mauguio (34).

« Le marché de la navigation de plaisance est confronté depuis deux ou trois ans à un réel besoin de diversification de ses offres actuelles, observe Laura Escoffier, responsable marketing et adhérents Freedom Boat Club Carnon. De nombreux plaisanciers cherchent à devenir des "non propriétaires" de bateaux, et les milleniums achètent de moins en moins et veulent avoir accès à des loisirs. De plus en plus de plaisanciers ont envie de pouvoir utiliser un bateau sans les tracas d'achat et d'entretien. Et les ports de plaisance, qui voient la demande de place baisser, notamment pour les bateaux de moins de 8 mètres, doivent conquérir ces nouveaux clients. L'idée est de s'adapter à l'économie de partage dans le nautisme. »

Une alternative abordable à l'achat d'un bateau

C'est ainsi que selon la jeune femme, « les boat clubs ont le vent en poupe depuis 2018 » et développent un marché alternatif, proposant à leurs adhérents d'avoir un accès quasi illimité à un parc de bateaux à travers un ou plusieurs pays, au prix d'une cotisation initiale et d'un forfait mensuel.

Freedom Boat Club a été créé en 1989 en Floride, et annonce aujourd'hui « plus de 175 sites et 20 000 membres à travers les États-Unis, le Canada et désormais l'Europe ». Son concept : simplifier la navigation de plaisance pour la rendre accessible au plus grand nombre de passionnés de la mer en fournissant une alternative abordable à l'achat d'un bateau.

« Le club investit dans des bateaux moins de 8 mètres, uniquement à moteur, pour partir une journée et nous paie en leasing l'utilisation des bateaux au mois, explique Laura Escoffier. Les gens paient des frais d'adhésion de 4 500 €, à vie, puis un abonnement au mois. Selon le type de navigation, il faut compter entre 225 €/mois, pour naviguer à Carnon en semaine, à 399 € pour naviguer tous les jours dans le monde. Ce qui est plus intéressant que la location. Freedom Boat Club, c'est aussi une communauté de passionnés pour qui le club organise des événements et des animations. »

Formation des franchisés

Le bureau du Freedom Boat Club de Carnon-Mauguio est désormais ouvert et les premiers bateaux arriveront fin avril : « Nous démarrons avec 4 bateaux et ensuite, nous aurons une politique de croissance proportionnelle au nombre d'adhérents, en sachant que nous comptons un bateau pour 8 membres ».

Cette base méditerranéenne sera le centre de support européen de Freedom Boat Club, prendra en charge le centre d'appel clients et assurera notamment la formation de ses franchisés.

Des concessionnaire Jeanneau sont actuellement en négociation pour ouvrir de nouvelles bases à Marseille, Nice, Bordeaux, Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Vannes et Lorient. Le groupe ambitionne de conquérir l'Europe et vise les ports en Angleterre, Irlande, Espagne ou Italie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :