À La Grande Motte, Jean-Baptiste Lemoyne intègre l’ANETT au Comité interministériel du tourisme

 |   |  593  mots
Le 89e congrès de l’Association Nationale des Élus des Territoires Touristiques se déroulait à La Grande Motte
Le 89e congrès de l’Association Nationale des Élus des Territoires Touristiques se déroulait à La Grande Motte (Crédits : Pauline Compan)
Le 89e congrès de l’Association Nationale des Élus des Territoires Touristiques (ANETT) s’est tenu les 16 au 17 mai à La Grande Motte (34). L’occasion pour Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État en charge du tourisme, d’annoncer l’intégration de l’ANETT au sein du Comité interministériel du tourisme (CIT), et d’échanger avec des élus sceptiques sur la collecte de la taxe de séjour auprès des OTA (agences de réservation en ligne).

Jeudi 16 mai, à la veille d'un nouveau Comité interministériel pour le tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État en charge du tourisme, était présent à La Grande Motte, où il a annoncé l'attribution d'un siège au Comité interministériel du tourisme pour l'ANETT. Une demande récurrente de l'association.

"Un premier CIT avait lieu ce vendredi 17 mai au matin où je n'ai donc pas pu assister, a déploré Philippe Sueur, maire d'Enghien-les-Bains (95) et président de l'ANETT. Mais nous serons présents dès le prochain rendez-vous."

Collecte de la taxe de séjour des OTA

Au-delà de cette marque de distinction, Jean-Baptiste Lemoyne était également présent sur ce 89e Congrès pour faire de la pédagogie sur la réforme du gouvernement concernant la collecte de la taxe de séjour auprès des OTA ("Online Travel Agency", agences de réservation en ligne), comme Booking, Airbnb ou Abritel.

"C'est une mesure que le gouvernement suit de près alors qu'il souhaite atteindre 100 millions de touristes en 2024 (contre 89,9 millions en 2018, ndlr), détaille Stéphan Rossignol, maire de La Grande Motte, président de l'Agglomération du Pays de l'Or et administrateur de l'ANETT. Mais la mise en place n'est pas aisée, alors même que La Grande Motte a déjà un système de surveillance en place depuis trois ans, avec des contrôles en porte à porte par des saisonniers."

26 000 € pour Airbnb à La Grande Motte

La ville littorale héraultaise récolte 900 000 € de taxe de séjour par an, et a déjà reçu lors de ce premier trimestre 2019, la nouvelle contribution de la plate-forme Airbnb à hauteur de 26 000 €.

"Il s'agit de notre premier état déclaratif, affirme Jérôme Arnaud, directeur de la station de La Grande Motte. Il y a une marge de progression. Surtout, les élus mettent en avant un manque de transparence sur les critères de cette somme : combien de personnes représentent-elles ? Combien de logements ? Malgré les assurances du gouvernement, ce n'était pas précisé. J'attends désormais les autres plates-formes, comme tous les élus du Congrès qui ont montré une défiance sur l'efficacité de la collecte de cette taxe."

La Région défend l'originalité de son Plan Littoral 21

Également intervenant sur le Congrès, Sébastien Pla, conseiller régional Occitanie et président de la commission Économie touristique et thermalisme, en a profité pour rappeler les engagements de la Région sur le Plan...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :