L’Hérault, 1er département touristique d'Occitanie en 2018

 |   |  704  mots
La Grande Motte est l'une des villes touristiques les plus attractives du département de l'Hérault.
La Grande Motte est l'une des villes touristiques les plus attractives du département de l'Hérault. (Crédits : Hérault Tourisme)
Selon l’agence de développement touristique Hérault Tourisme, l'Hérault est le 1er département touristique d’Occitanie, représentant 25 % de la fréquentation régionale. En 2018, il a comptabilisé 38,5 millions de nuitées, un peu plus de la moitié durant l’été.

« L'objectif stratégique fixé par le président du Département de l'Hérault, Kléber Mesquida, est de rejoindre le podium des destinations touristiques françaises, en se rapprochant autant que possible de la 3e place nationale en termes de fréquentation. »

L'ambition est rappelée par Claude Barral, président d'Hérault Tourisme et vice-président du Conseil départemental délégué au Développement économique et au tourisme, à l'occasion de l'ouverture de la saison estivale 2019.

En attendant, le département consolide sa place de 1e destination touristique d'Occitanie en attirant toujours un grand nombre de vacanciers.

La politique touristique du Département, fixée par le Schéma départemental de développement du tourisme et des loisirs, et mise en œuvre par Hérault Tourisme, est structurée autour de quatre axes dans l'objectif d'accroître l'attractivité et la renommée de la destination sur les quatre saisons : l'œnotourisme, les loisirs de nature, les grands sites et la culture.

38,5 millions de nuitées

Selon les chiffres collectés par Hérault Tourisme en 2018, le département représente 25 % de la fréquentation touristique de la région Occitanie, se positionnant ainsi comme « 1er département touristique d'Occitanie » : en un an, 38,5 millions de nuitées touristiques ont été enregistrées : 58 % en été, 20 % au printemps, 13 % à l'automne et 7 % en hiver), soit une légère baisse de 1 %. Le littoral et les secteurs urbains sont fréquentés à égalité (43,5 % et 43 %), contre 13,5 % en zone rurale.

Le département dispose de 910 000 lits touristiques, dont 219 000 en hébergements marchands (66 % dans des campings) et 691 000 en résidences secondaires.

La grande force du département réside en effet dans le camping, pour lequel il est au 1er rang en France sur l'offre et la fréquentation. Ainsi, tandis que l'hôtellerie a comptabilisé 3 290 000 nuitées (+ 2 %) et les hébergements collectifs (résidences de tourisme et villages vacances) 2 866 000 nuitées (+ 1 %), l'hôtellerie de plein air a enregistré à elle seule 9 050 000 nuitées (+ 1%).

Beaucoup de touristes allemands et britanniques

33 % de la clientèle est d'origine étrangère (sources : Hérault Tourisme, Flux Vision Tourisme 2018, Atout France et aéroports). L'Allemagne, au 1er rang des clientèles en camping, a pesé pour 2,6 millions de nuitées (52 700 passagers), devant le Royaume-Uni (1,47 million de nuitées et 273 900 passagers), les Pays-Bas (1,45 million, 73 000 passagers), la Belgique (1,35 million de nuitées et 62 900 passagers), l'Espagne (0,9 million de nuitées, au 1er rang des clients en hôtellerie), et la Suisse (0,6 million de nuitées et 40 000 passagers).

Les étrangers ayant le plus de résidences secondaires dans l'Hérault sont les britanniques (2 920), devant la Belgique (2 200) ou les Suisses (1 640).

Concernant la clientèle française, elle est majoritairement originaire du Rhône (1,5 million de nuitées), de la Haute-Garonne (1,5 million de nuitées), les Bouches-du-Rhône (1,25 million de nuitées), l'Isère (1,2 million de nuitées), Paris (1 million de nuitées) ou du Nord (0,9 million de nuitées).

70 500 curistes

Quelque 4 millions de visiteurs ont fréquenté les sites touristiques et les sites de loisirs de l'Hérault en 2018 (85 % en individuel). C'est le parc à thème Planète Océan de Montpellier qui monte sur la 1e marche du podium en termes de fréquentation, avec 329 884 visiteurs, suivi de 264 872 visiteurs pour l'abbatiale de Saint-Guilhem-le-Désert, ou 294 277 pour le musée Fabre à Montpellier.

Le thermalisme, activité très porteuse en région, a enregistré la présence de 70 500 curistes, dont 54 800 pour la seule station thermale de Balaruc-les-Bains (1e station de France).

Le département, très actif en matière de festivals, a enregistré 104 000 personnes sur le festival Radio France Occitanie Montpellier, 98 000 sur le festival pyrotechnique du Cap d'Agde ou 42 000 pour Montpellier Danse.

Une économie qui pèse

Le secteur du tourisme est évidemment un poids lourd économique du département. Selon Hérault Tourisme, il a généré 43 500 emplois en 2018, dont 21 740 emplois directs.

L'agence évoque 284 M€ d'investissements touristiques (moyenne 2015-2017), « soit 25 % des investissements touristiques réalisés en Occitanie ».

Le département a enregistré 12,5 M€ de taxe de séjour collectée, 2,1 millions de passagers sur les deux aéroports de Montpellier Méditerranée et Béziers Cap d'Agde (+ 1,5 % vs 2017).

Les touristes de passage dans l'Hérault ont dépensé en moyenne 39 € par jour et par personne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :