Post-Covid : l’hôtellerie de plein air dans les starting-blocks

 |   |  1021  mots
Le camping Sérignan-Plage (1 700 emplacements), dans l'Hérault, emploie habituellement 300 personnes durant la saison estivale.
Le camping Sérignan-Plage (1 700 emplacements), dans l'Hérault, emploie habituellement 300 personnes durant la saison estivale. (Crédits : Sérignan-Plage)
A moitié rassuré par les déclarations du gouvernement, le secteur de l’hôtellerie de plein air en Occitanie tente de s’organiser et de réinventer son modèle avant l’annonce d’une date précise de réouverture.

« Les Français pourront partir en vacances en juillet et en août ». Cette annonce faite par le Premier ministre Edouard Philippe, lors du comité interministériel du 14 mai 2020, aura été un soulagement pour l'hôtellerie de plein air.

« C'est une belle nouvelle car jusqu'à présent, le gouvernement faisait preuve d'une extrême prudence... En revanche, nous sommes un peu déçus car nous ne connaissons toujours pas les conditions de réouverture », regrette Philippe Robert, président de la Fédération de l'hôtellerie de plein air Languedoc-Roussillon (FHPA), qui regroupe 480 établissements, soit 120 000 emplacements.

Un protocole sanitaire toujours pas validé

Si les professionnels de l'hôtellerie de plein air avaient bien conscience qu'aucune date ne serait avancée lors de ce comité interministériel, ils attendaient néanmoins avec impatience que soit officialisé leur projet de plan sanitaire.

« La FNHPA, avec notre concours, a élaboré puis déposé un projet qui envisage à la fois l'ensemble du parcours client et sa sécurisation dans toutes les composantes du camping, s'inquiète Bernard Sauvaire, président de Yelloh! Village, groupe qui compte 91 franchisés dont 82 en France, et réalise un chiffre d'affaires de 184 M€. Or nous sommes toujours dans l'expectative de la validation du process pour nous organiser concrètement et pouvoir faire une communication sécurisante auprès des 3 millions de clients qui sont dans notre base. »

De son côté, Jean-Guy Amat, président du Comité national des chaînes et des groupes de campings, estime que « l'angoisse formulée par les professionnels de l'hôtellerie de plein air pour connaître au plus tôt les protocoles qui leur permettront de réouvrir dès que possible est tout à fait légitime. Le sauvetage du tourisme est une priorité nationale et il serait impensable de prendre le risque de sinistrer un secteur qui, sur l'ex-Languedoc-Roussillon, concerne 627 établissements réalisant un chiffre d'affaires de 620 M€. »

Alors que la France est le second pays du camping après les USA, l'Occitanie se place au premier rang en termes de nuitées annuelles, plus de 26 millions.

Mesures sécurisantes

Bien que dans un contexte encore flou, il soit difficile d'improviser, les professionnels essaient toutefois de prendre les devants. Ainsi, dans ses deux campings Yelloh! Village gardois, au Grau-du-Roi et à Aigues-Mortes (12 M€ CA), Bernard...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :