Comment la Cité de Carcassonne et le Pont du Gard préparent la saison estivale post-Covid

 |  | 1233 mots
La Cité de Carcassonne s'attend à une baisse de fréquentation de 30 % en avant et arrière-saison.
La Cité de Carcassonne s'attend à une baisse de fréquentation de 30 % en avant et arrière-saison. (Crédits : Edouard Hannoteaux)
En tête des sites les plus visités d’Occitanie, la Cité de Carcassonne et le Pont du Gard adaptent leur offre touristique au contexte actuel et préparent déjà l’après en s’engageant dans une dynamique de valorisation de leur patrimoine.

Destinations de renommée mondiale, la Cité de Carcassonne et le site du Pont du Gard accueillent chaque année à eux deux 3,5 millions de visiteurs.

Touchés par la crise sanitaire, les deux sites, qui viennent de réamorcer en douceur leur activité, prédisent un retour à la normale en... 2022 seulement. En attendant, chaque structure met en place ses offres touristiques.

Cité de Carcassonne : - 30 % de fréquentation

Inscrite au patrimoine mondial de l'humanité, la Cité de Carcassonne, qui concentre habituellement 85 % de son activité touristique sur six mois, retrouve peu à peu un semblant de normalité.

Dotée d'une position géographique privilégiée, à mi-chemin entre Toulouse et Montpellier, avec un axe autoroutier (A61) reliant la mer Méditerranée et l'océan Atlantique et un aéroport dynamique (500 000 passagers chaque année), la ville de 48 000 habitants accueille une clientèle internationale : 40 % de français contre 60 % d'étrangers, dont 16 % de visiteurs espagnols et 25 % d'Europe du Nord et de l'Est.

« Cet été, la clientèle risque d'être majoritairement française. Néanmoins nous avons bon espoir pour la confirmation, d'ici deux semaines, de la réouverture des frontières européennes », confie Gilles Clemente, directeur de l'Office de Tourisme (OT) de Carcassonne, qui prédit néanmoins, en avant et arrière-saison, une chute de fréquentation d'au moins 30 %, induisant, de fait, une diminution des recettes.

Lancement d'une appli pour découvrir la cité audoise

En 2019, à elle seule, la taxe de séjour avait...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :