Tourisme : en Occitanie, la fréquentation estivale 2021 a quasiment retrouvé son niveau d’avant-crise

Les chiffres de la cuvée été 2021 du tourisme en Occitanie viennent de tomber. Selon l’INSEE, la fréquentation (en nuitées), portée par une clientèle française qui compense l’absence des touristes étrangers, a quasiment retrouvé son niveau d’avant-crise sanitaire. L’Occitanie, championne de l’hôtellerie de plein air, conserve son attractivité sur ce segment, tandis que l’hôtellerie traditionnelle affiche une situation encore difficile.
Cécile Chaigneau

5 mn

Dans les zones proches du littoral, comme à La Grande Motte (photo), les niveaux de fréquentation se rapprochent de l'avant-crise : - 9% dans le Gard, - 7% dans les Pyrénées-Orientales, - 4% dans l'Hérault.
Dans les zones proches du littoral, comme à La Grande Motte (photo), les niveaux de fréquentation se rapprochent de l'avant-crise : - 9% dans le Gard, - 7% dans les Pyrénées-Orientales, - 4% dans l'Hérault. (Crédits : Hérault Tourisme)

Après une saison estivale 2020 difficile, marquée du sceau de la crise sanitaire, l'INSEE confirme la bonne tenue de la cuvée estivale 2021 en Occitanie en publiant des chiffres positifs pour ce qui est de la fréquentation globale. Car dans les détails, les résultats présentent des disparités.

Durant l'été 2021, le tourisme a donc repris des couleurs, en particulier aux mois de juillet et août. La fréquentation touristique se redresse et atteint presque son niveau d'avant-crise. Ainsi, de mai à août 2021, l'Occitanie enregistre 33,1 millions de nuitées dans les hébergements collectifs de tourisme, se plaçant au 2e rang des régions les plus fréquentées de France métropolitaine, après la Nouvelle-Aquitaine.

La région ne retrouve toutefois pas son niveau de fréquentation d'avant-crise, avec des nuitées en baisse de 9 % par rapport à l'été 2019. Ce recul est plus faible en Occitanie qu'en France métropolitaine (- 19%) et qu'en Nouvelle-Aquitaine (- 8%) mais moins haut que dans d'autres régions (- 11% en PACA par exemple).

Parmi les raisons rappelées par l'INSEE figurent les restrictions d'ouverture de restaurants et lieux de culture et de loisirs au début de la saison, ou les conditions sanitaires imposées qui ont constitué un frein au retour des touristes en provenance de l'étranger.

Au cœur de l'été, la situation s'est améliorée, les nuitées atteignant leur niveau de 2019 en juillet et s'en rapprochant en août (- 1%).

Lourdes toujours à la peine

Si la saison a été marqué par l'absence de la clientèle étrangère (- 49%) en Occitanie, une compensation s'est partiellement opérée grâce aux touristes français (+ 3% de nuitées par rapport à 2019).

Selon les chiffres de l'INSEE, c'est en Occitanie que les touristes séjournent le plus longtemps, avec une durée moyenne de séjour de
4,1 nuitées, contre 3,2 nuitées au niveau national.

Tout comme en 2020, c'est le département des Hautes-Pyrénées qui a enregistré la plus forte baisse de fréquentation en Occitanie (- 38%). La ville de Lourdes, locomotive du dynamisme touristique local, a encore subi, en été 2021, la défection des touristes internationaux. Une défection qui affecte également les zones urbaines, notamment la métropole toulousaine. Les établissements de Haute-Garonne perdent ainsi 26% de leur fréquentation touristique par rapport à l'été 2019.

« La situation est plus favorable dans les départements proches du littoral où les niveaux de fréquentation se rapprochent, pour certains, de l'avant-crise : - 9% dans le Gard, - 7% dans les Pyrénées-Orientales, - 4% dans l'Hérault, indique l'INSEE. La Lozère est le seul département où les nuitées sont en augmentation sur la saison (+ 7 %) grâce au dynamisme de l'hôtellerie de plein air. »

22 millions de nuitées en camping

L'hôtellerie de plein air, avec les autres hébergements collectifs de tourisme (résidences hôtelières, villages de vacances...), est justement l'un des facteurs de cette dynamique estivale en Occitanie.

Durant la saison d'été 2021, les campings d'Occitanie ont enregistré 22 millions de nuitées, soit légèrement en-dessous de la saison 2019 (- 3%, contre - 7,5% pour la France métropolitaine). Ce qui fait de l'Occitanie la destination la plus fréquentée des campeurs, devant la Nouvelle-Aquitaine et PACA. Logiquement, le littoral concentre 63% des nuitées en hôtellerie de plein air. La fréquentation y est toutefois en retrait de 4% par rapport à 2019. Dans les zones rurales, les nuitées sont aussi légèrement en-dessous de leur niveau de 2019 (- 3%), tout comme dans les Pyrénées (- 2%).  En revanche, les campings de la Lozère et de l'Aveyron ont fait carton plein (+ 6%).

Là aussi, c'est la clientèle française qui permet à ce segment de marché de tirer son épingle du jeu, plus nombreuse qu'en 2019 et générant plus de nuitées (+ 10%). La fréquentation des non-résidents baisse de 40% par rapport à 2019, avec un recul plus marqué en mai-juin (- 76%) qu'au cœur de l'été (- 27% en juillet-août). Les touristes en provenance de l'étranger sont principalement des Néerlandais (38% des nuitées), des Belges (24%) et des Allemands (14%). Ceux du Royaume-Uni sont nettement moins nombreux cette année (2% des nuitées contre 8% en 2019).

- 26% dans les hôtels

L'été aura été moins favorable pour l'hôtellerie traditionnelle. Avec 5,7 millions de nuitées de mai à août 2021, la fréquentation des hôtels d'Occitanie est en retrait de 26% par rapport à 2019. Un recul qui reste toutefois moindre que sur l'ensemble de la France métropolitaine (- 33%).

La légère hausse de la clientèle résidant en France (+ 10% vs 2019) en juillet et août 2021 n'aura pas suffi à compenser l'absence de la clientèle étrangère (- 55%).

Le déficit de fréquentation a été particulièrement marqué dans les zones urbaines (- 23% de mai à août, et même - 28% sur les seuls mois de juillet et août), en particulier sur la métropole toulousaine (- 39% de mai à août). En revanche, avantagés par la proximité du littoral, les hôtels de la métropole montpelliéraine enregistrent une baisse plus limitée (- 13%).

Dans les autres zones urbaines, la fréquentation des hôtels recule de
19%.
À Lourdes, les effets de la crise sanitaire persistent, avec une fréquentation hôtelière en chute libre de 80% par rapport à 2019. Les chiffres restent vertigineusement bas : - 93% de nuitées des touristes étrangers et quand même - 55% de la clientèle résidente.

Malgré tout, les hôtels du littoral sauvent leur saison, avec une fréquentation proche de l'avant-crise, grâce en particulier à la clientèle venue de France, plus nombreuse à y séjourner, et dont les nuitées progressent de 7%.

Cécile Chaigneau

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.