Station Font-Romeu Pyrénées 2000 : ce qui se prépare derrière l’investissement de 30 millions d’euros

Après les déboires engendrés par la crise sanitaire du Covid (principalement une baisse de fréquentation), les stations de ski réfléchissent plus que jamais comment élargir leurs ailes de saison et attirer une nouvelle clientèle. C’est toute l’ambition d’Altiservice, gestionnaire délégataire de la station Font-Romeu Pyrénées 2000, dans les Pyrénées-Orientales, qui investira, durant les trois prochaines années, 30 millions d’euros dans divers aménagements et équipements.
Cécile Chaigneau

5 mn

Altiservice va investir 30 millions d'euros sur la station de Font-Romeu Pyrénées 2000 pour booster son attractivité en toutes saisons.
Altiservice va investir 30 millions d'euros sur la station de Font-Romeu Pyrénées 2000 pour booster son attractivité en toutes saisons. (Crédits : DR)

Délégataire de service public depuis 2004 pour la gestion de la station Font-Romeu Pyrénées 2000, la société toulousaine Altiservice* a rempilé, fin avril, pour 25 années supplémentaires avec le SIVU (le syndicat d'exploitation et d'aménagement de la station Font-Romeu Pyrénées 2000 pour les communes de Font-Romeu et Bolquère).

Cette station phare des Pyrénées-Orientales compte 23 remontées mécaniques, 42 pistes de pistes ski alpin (45 km), 103 km de pistes de ski de fonds.

« Sur cette saison 2021-2022, nous avons enregistré 515.000 journées skiées cumulées, avec des pointes à 12.000/jour, ce qui est une belle performance, quasi un record, précise Yves Rougier, P-dg d'Altiservice. La station réalise un chiffre d'affaires de 14 millions d'euros, dont 95% l'hiver. Elle emploie 200 personnes en hiver et l'activité de la station génère 1.500 emplois indirects... Il faut rappeler qu'1 euro dépensé sur les remontées mécaniques, c'est 6 ou 7 euros dépensés autour, et de la même manière, un emploi sur les remontées mécaniques génère 6 ou 7 emplois autour, dans les commerces, les hébergements, la location de ski ou les écoles de ski. La station compte environ 30.000 hébergements (hôtels, résidences vacances, locations Airbnb, NDLR) et on considère qu'il y a autant de nuitées les quatre mois d'hiver que sur les huit autres mois de l'année. Pour l'instant, on n'a pas encore trouvé la martingale pour faire autant l'été... »

15 millions d'euros sur le point névralgique de la station

A défaut de martingale, le gestionnaire de la station investit. Et pour les trois prochaines années, ce sera à hauteur de 30 millions d'euros, a-t-il annoncé au moment de la signature de du contrat de concession.

« Les investissements des domaines skiables sont toujours conséquents, environ un million chaque année, mais aujourd'hui, l'objectif est de se diversifier, d'attirer des touristes toute l'année mais aussi d'en attirer de nouveaux en hiver. Il s'agit d'une station familiale et une personne sur deux ne skie pas, donc il faut proposer d'autres activités. Cet investissement va permettre d'améliorer l'attractivité du territoire. »

Le plus gros chantier - et le plus coûteux (environ 15 millions d'euros) - vise la mobilité douce via le remplacement et le réaménagement de la télécabine des Airelles. Point névralgique de la station pour accéder au domaine skiable, la future gare sera abaissée, supprimant les escaliers actuels qui empêchaient la fluidité des passages, et dotée d'un accès pour les personnes à mobilité réduite. Le débit de la télécabine sera revu à la hausse afin de transporter plus de 2000 personnes à l'heure.

« Cette amélioration du niveau de service entraînera aussi un réaménagement du front de neige du secteur de Font-Romeu afin de fluidifier la circulation des skieurs et d'offrir un nouvel espace débutant sécurisé et ludique, ajoute Yves Rougier. Le chantier a déjà démarré et s livraison est prévue pour l'hiver 2023-2024. »

Luge sur rail et tyrolienne de 1.000 m

L'autre gros investissement (3 millions d'euros) portera sur un équipement de loisir particulièrement apprécié par ceux qui cherchent une activité hors ski : une luge sur rails dans le secteur de Pyrénées 2000. Argument de poids dans la stratégie "quatre saisons", elle pourra fonctionner pendant la saison hivernale, lors des vacances de Pâques, mais aussi lors des vacances d'été et de la Toussaint. Son ouverture est programmée pour 2023.

Autre levier à vocation "quatre saisons" : une tyrolienne longue de 1.000 m (avec un départ à 2213 m et une arrivée à 2000 m d'altitude) sur le secteur de La Calme, qui devrait être mise en service à l'été 2024.

Sur le secteur Pyrénées 2000, Altiservice aménage le front de neige pour sécuriser la pratique du ski pour les débutants et les tout-petits. A l'hiver 2024, ne piste ludique sera aménagée dans la forêt pour les enfants. A compter de l'été 2024, le télésiège du Belvédère sera réaménagé avec une gare intermédiaire (environ 4 millions d'euros) pour desservir la piste des Gentianes, « ce qui permettra, l'été, d'accrocher des VTT », souligne Yves Rougier.

Passerelle entre Font-Romeu et Pyrénées 2000

A l'horizon été 2025, l'accès vers le site classé des Bouillouses, très touristique, sera facilité et amélioré par le remplacement du télésiège de Calme Nord par un télésiège six places débrayable (7 millions d'euros).

« Dès cet été 2022, nous allons relancer et développer les activités de Dévalkart, de Trottin'herbe, d'Aéro-trampoline et de snow-tubing sur piste synthétique, ajoute le P-dg d'Altiservice. Et cet automne, nous créerons une passerelle entre les pistes du Levant au Coll de Pam et la nouvelle piste des Fornells pour permettre la descente gravitaire depuis Font-Romeu vers Pyrénées 2000. Ce qui facilitera le passage des skieurs plutôt que prendre un petit téléski très embouteillé ! »

Selon Altiservice, ce nouveau panel d'activités estivales pourrait être générateur de huit emplois supplémentaires.

Enfin, sur les activités de ski nordique, la communauté de communes Pyrénées Catalanes investira près de 3 millions d'euros sur un nouvel espace ludique dédié à l'apprentissage du ski de fond, et un nouvel espace dédié au biathlon avec la création d'un pas de tir.

* Altiservice gère également la station de ski de Saint-Lary en délégation de service public (jusqu'en 2039) où 22 millions d'euros d'investissement sont prévus dans les deux ans. Elle gère aussi l'exploitation et la maintenance du téléphérique urbain de Toulouse qui sera mis en service ce 13 mai 2022. Depuis 2019, Altiservice est détenue majoritairement par le fonds d'investissement BTP Impact Local, géré par Vauban Infrastructure Parners, filiale de Natixis Investment Managers (Groupe BPCE - Banques Populaires Caisses d'Épargne).

Cécile Chaigneau

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.